S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Cécile Lesgourgues-Dussarrat

Cécile Lesgourgues-Dussarrat

Rencontre avec Cécile Lesgourgues-Dussarrat : du Parlement à la Communauté d’Agglomération du Grand Dax

Rencontre avec Cécile Lesgourgues-Dussarrat : du Parlement à la Communauté d’Agglomération du Grand DaxUn parcours fait de « concours de circonstances »

Cécile Lesgourgues-Dussarrat est entrée à Science Po Bordeaux en 1981 après avoir suivi des études de lettres et sciences humaines. Elle choisit la filière « service public », voulant un cursus généraliste, avec dans l’idée de passer les concours administratifs. À cette époque, la communication institutionnelle commençait à se développer dans les grandes entreprises. Après l’obtention du diplôme et souhaitant effectuer un stage d’été, elle demande un entretien au maire de sa ville de naissance, Dax (Landes). Ce dernier était en campagne sénatoriale lors de leur rencontre. Lorsque Yves Goussebaire-Dupin est élu, il la rappelle et lui propose d’être une de ses assistantes parlementaires. Elle accepte l’offre sans pourtant rien connaître du contenu de la fonction. De la rédaction du courrier à la préparation des interventions des parlementaires, elle reste en tout 17 ans au Sénat. Grâce à cette expérience, Cécile Lesgourgues-Dussarrat a acquis la conviction que pour faire de bonnes lois, il convient de rester proche des préoccupations de la société civile et des citoyens.

Dans les années 1980, les groupes politiques se préoccupaient peu des relations avec la presse ou de la communication en général. Des journalistes accrédités étaient présents en permanence et se chargeaient de relayer les informations diffusés par les services du Sénat. La situation évoluant progressivement, Cécile Lesgourgues-Dussarrat a découvert peu à peu le monde de la communication via les relations avec la presse parlementaire d’une part, la rédaction des publications du groupe d’autre part.

Hasard de la vie et des relations professionnelles, un poste de chargée des affaires publiques, plus communément dénommé « lobbying », lui est proposé par la société Rhône-Poulenc. En deux ans, Cécile Lesgourgues-Dussarrat apprend, en même temps que le monde de la communication corporate en grande entreprise, les clés du travail de communicante. Ainsi, la publicité, l’événementiel, l’édition, la production audiovisuelle, la communication scientifique, l’internet, le mécénat, … commencent à avoir moins de secrets pour elle. Elle devient responsable de la division relations avec les Parlements (français et européen) de la multinationale.

Mais elle manquait au Sénat, où lui est proposé un poste de secrétaire générale adjoint et de chef de cabinet du président d’un groupe de 50 sénateurs, les Républicains et Indépendants.

Au terme de cinq années, nouveau hasard de la vie : Cécile Lesgourgues-Dussarrat se voit une nouvelle fois proposer un poste de travail auprès d’un sénateur, président d’une intercommunalité, cette fois en province, dans l’agglomération bordelaise. « Pourquoi pas, c’est un retour aux sources ». Mais ce ne fut pas une décision facile à prendre : « A 44 ans, se reconvertir n’est pas évident ».
Il faut également avoir conscience que ce fut « un sacrifice car à Paris j’avais un gros salaire pour des supers postes. Pourtant, on est tous capable de s’adapter et cela à n’importe quel âge. On peut toujours sortir son épingle du jeu. »

image

L’appel du pays est donc le plus fort et elle devient en 2003 responsable de service communication du Syndicat Départemental d’Energie Electrique de la Gironde, avant de postuler, fin 2006, à la même fonction au sein de la Communauté de communes du Grand Dax, tout juste devenue Communauté d’agglomération. « Ce fut ma candidature professionnelle la plus difficile, m’obligeant à faire face à une rude concurrence de spécialistes de la communication territoriale, filtrée par un cabinet de recrutement et des élus exigeants ». Mais, Cécile Lesgourgues-Dussarrat utilise ses expériences et acquis passés dans le milieu politique et institutionnel pour défendre devant les élus et la direction l’importance des stratégies de communication.

Qu’est-ce que la communication dans une communauté d’agglomération ?
Cela fait peu de temps que la communication est acceptée par les collectivités comme étant incontournable. Mais, il est encore parfois difficile d’asseoir la fonction de manière stratégique. « Ma fonction est surtout opérationnelle, c’est à dire produire des supports et accompagner les actions. »
Le travail avec la direction n’est pas toujours évident car il faut traiter avec les désirs et objectifs de chacun et surtout composer avec les enjeux politiques.

Quelle image de la communication avez-vous ?« Il y a inévitablement de grandes différences de communication selon la taille et la nature des collectivités territoriales. Malgré le développement des services de communication, les professionnels comme nous ont encore des efforts à produire pour faire prendre conscience aux élus qu’il est essentiel de définir des stratégies de développement et d’y associer la communication suffisamment en amont. Enfin, il est important de préciser que la part du budget de communication est encore modeste. Au Grand Dax, le service est réduit à deux collaborateurs et le budget de communication institutionnelle s’élève à 127 000 euros (sur 45 millions d’euros de budget global), à 400 000 euros en intégrant la communication opérationnelle de tous les services, sponsoring inclus. Mais les projets exponentiels de la jeune communauté permettent de faire prendre conscience aux élus que la communication est incontournable pour les soutenir. Sur certains dossiers de développement économique, un rapprochement devrait aussi être opéré entre la communication et le marketing pour plus d’efficacité et ce, même dans les collectivités locales.»

Des conseils aux étudiants« Soyez adaptables. Osez, ayez confiance en vous. Créez-vous un réseau sans oublier de l’entretenir. Apprenez à prendre du recul sur votre travail et votre environnement. Les conseils des anciens doivent toujours être les bienvenus mais gardez votre esprit critique, au sens noble du terme. Analysez en permanence, en poste, quel qu’il soit, l’entreprise et ses modes de fonctionnement. N’ayez pas la grosse tête et travaillez en équipe, quel que soit le niveau hiérarchique de chacun. Enfin, n’oubliez pas que rien n’est acquis et que vous devez toujours prouver le bien fondé de la communication, que ce soit dans les collectivités ou les entreprises. La communication est un métier à part entière, qui demande un esprit de synthèse, de la culture générale, une grande puissance d’analyse globale. Ce n’est pas une activité accessible à tout le monde, comme d’aucuns le prétendent trop facilement. Il est souvent reproché à la communication d’être uniquement dépensière, alors qu’elle peut apporter un important retour sur investissement, en terme d’image ou de business».

Solène CHAZAL

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 22/01/2008

Sur le plateau de Direct 8

École de communication EFAP - Sur le plateau de Direct 8

Paris Match : ce n’est plus le poids…

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle