Accueil > Archives 2005-2012 > Anne - Direct 8

image

Anne étudiante en 4ème année à l’EFAP Paris se passionne pour l’audiovisuel : elle réalise actuellement un stage au sein de la chaîne de la TNT, Direct 8.

Fabien : Pouvez-vous nous présenter votre parcours avant d’intégrer l’EFAP ?
Anne : J’ai fait une scolarité tout ce qu’il y a de plus normale avant d’arriver à l’EFAP. J’ai passé un Bac Littéraire, en 2005, dans un lycée à Montpellier, ville d’où je suis originaire.

Fabien : Pourquoi avez-vous choisi cette école et non une autre ?
Anne : Durant mon année de Terminale, je ne savais pas du tout où aller. L’idée de terminer le lycée m’angoissait car j’avais déjà songé à plusieurs domaines sans vraiment me fixer sur une profession en particulier. Ma sœur m’a parlé de l’EFAP, je suis allée voir ce qu’il en était sur le site de l’école, et je me suis lancée. Ayant toujours été attirée par l’image, j’ai pensé que ce serait une bonne formation, suffisamment large pour me permettre de trouver mon bonheur. Notamment grâce aux nombreux stages.

image

Fabien : Quels cours préférez-vous ?
Anne : Je ne suis pas très “théorie”. J’ai donc eu du mal avec les cours dits “magistraux”, mais je me suis vraiment épanouie dans les cours de radio, ainsi que dans les ateliers “image” que l’on a fait en troisième année : la réalisation d’un film institutionnel, puis d’une émission de télévision (cf le site de travaux des étudiants, mywork on line)

Fabien : Où avez-vous effectué vos stages et qu’en retenez-vous ?
Anne : J’ai fait mon stage de première année au sein d’RTV, une chaîne de télévision locale de l’Est parisien. J’accompagnais les Journalistes Reporters d’Images sur leurs tournages, j’ai donc pu voir comment réaliser un JT, des premières recherches jusqu’à la post production. Au bout d’un mois de stage, j’ai pu réaliser mes propres sujets, écrire mes textes et poser ma voix. C’était une expérience géniale. En deuxième année, je suis partie à l’aventure avec 4 autres EFAPiens sur la tournée événementielle “Snow Games” pour RMC et Nissan. Nous avons fait le tour des stations des Alpes, j’ai donc pu voir ce qu’était l’événementiel sur une opération de grosse envergure. Mais comme j’étais un peu frustrée de n’avoir pu voir l’événement se préparer en amont, j’ai voulu poursuivre mes stages dans l’événementiel. Je suis rentrée chez SNOB en troisième année, agence événementielle parisienne où j’ai travaillé sur de gros budgets. J’ ai même pu gérer seule l’organisation d’un séminaire pour une banque importante. SNOB étant une petite structure (nous étions trois), j’ai eu envie d’apprendre à travailler dans une plus grande entreprise;  j’ai donc effectué un stage au Public Système. J’ai travaillé sur le Forum Alcatel-Lucent, qui fut une impressionnante opération. Malgré tout ce que j’ai pu vivre et apprendre dans cette entreprise, le désir de retourner vers l’image s’est fait ressentir. Et pour mon stage de 6 mois, le plus important de mes études, je ne voulais pas me tromper.
J’ai passé près de dix entretiens avant de me décider. Je suis actuellement chez Direct 8, je travaille pour une émission de décoration qui s’appelle Déco8*. Je réalise les deux sujets par semaine de l’émission.

image

Fabien : Pouvez-vous donc nous présenter vos tâches quotidiennes ?
Anne : Ma principale mission est de réaliser les deux sujets chaque semaine pour l’émission diffusée le dimanche matin (à 9h). Je choisis moi-même les sujets, je pars en tournage avec un cadreur, je réalise mes interviews, je “dérushe” mes images, j’écris mes commentaires de voix off, je fais mes plans de montage et je monte les sujets avec un monteur. J’écris aussi pour Direct Soir. Chaque lundi paraît une page “déco” pour laquelle j’écris très régulièrement l’article principal. C’est d’autant plus enrichissant que l’écriture journalistique de presse écrite et très différente de celle de la télévision.
Je m’occupe d’autres tâches, comme l’aide à la préparation des tournages des plateaux principaux. J’ai aussi organisé les émission “best of” pour les fêtes de Noël. Autant dire qu’on ne chôme pas, et que le poste que je tiens est un vrai poste de journaliste rédactrice.

Fabien : Que pensez-vous du retrait de la publicité après 20h sur France Télévisions ?

Anne : Disons que le changement a été assez radical. Ça devenait insupportable (et ça l’est toujours sur les chaînes privées) d’entendre le son augmenter pendant la publicité, de supporter des coupures beaucoup trop longues. Mais la publicité avait du positif, je pense qu’il aurait peut-être fallu savoir trouver un juste milieu. Mon discours est simpliste, je crois qu’au final ça ne pose problème à personne, en dehors des principaux concernés qui risquent de ne pas très bien vivre les pertes budgétaires qui découleront de ce changement. Personnellement, ça ne change pas ma vie, je ne suis pas une grande adepte du petit écran, aussi étrange que cela puisse paraître pour quelqu’un qui travaille en télé !

Fabien : Quels types de programmes regardez vous ? Animateur, journaliste, chroniqueur, émission préféré ?

Anne : Je ne zape pas devant Le Grand Journal et + Clair sur Canal+, ou encore Revu et Corrigé sur France 5. Les seules émissions pour lesquelles je programme de regarder la télévision, c’est Envoyé Spécial, ou encore Zone Interdite ou Capital si le sujet m’intéresse.


Fabien : Après l’obtention de votre diplôme, vers quel métier ou entreprise aimeriez-vous vous tourner ?

Anne : J’aimerais déjà partir à l’étranger pour apprendre l’anglais, et pourquoi pas, faire au passage une cinquième année, encore davantage orientée vers l’audiovisuel. Une formation technique à la caméra m’intéresserait également aussi…

Fabien : Comment vous voyez-vous évoluer professionnellement dans les cinq prochaines années ?
Anne : Idéalement ? En train de réaliser des documentaires, des reportages dans les quatre coins du monde… Plus sérieusement, sûrement en télévision ou en production, je crois que j’ai encore beaucoup à apprendre.

* Déco8 : Le samedi à 11h30 et le dimanche à 09h00.

Propos recueillis par Fabien Furst, étudiant en EFAP3

EFAP, l’école des métiers de la communication