S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Charlotte change d’Eire

Charlotte change d’Eire

Échange avec Charlotte Vigneau, étudiante en EFAP 3 et poursuivant actuellement son cursus au Griffith College de Dublin jusqu’en janvier prochain.

Échange avec Charlotte Vigneau, étudiante en EFAP 3 et poursuivant actuellement son cursus au Griffith College de Dublin jusqu’en janvier prochain. Quel est ton parcours ?

J’ai intégré l’EFAP Bordeaux après l’obtention de mon Bac L Théâtre.

Du point de vue de tes stages ?

En 1ère année, j’ai fait mon stage au siège Sud Ouest de la banque CIC, à la Direction de la Communication. C’est ce stage qui m’a vraiment donné le goût de la communication d’entreprise et qui m’a montré que c’était cette voie-là que je souhaitais prendre.
En deuxième année, j’ai fait mon stage à la Mission Locale de Bordeaux où j’étais chargée de créer le Service Communication de l’association.

Quelles seront tes prochaines missions à ton retour ?

Je compte effectuer mon stage à la FNAC. Je vais devoir m’occuper de tout un service dans lequel je serai chargée d’organiser certains évènements originaux. Comme par exemple un show-case avec Cœur de Pirate qui chantera du Brel !

Pourquoi partir en Irlande ? Comment est venue cette idée-là ?

C’était nécessaire pour moi de partir car mon niveau d’anglais était très faible. Dans le monde de la communication, c’est toujours un plus de maîtriser cette langue.
Quant à l’Irlande, je pense que c’est l’endroit rêvé pour un étudiant qui souhaite passer un semestre à l’étranger ! Tout simplement parce que c’est un pays où il fait bon vivre : c’est festif, c’est jeune, ça bouge tout le temps, il y a de la musique partout, des soirées typiques dans les pubs 7 jours sur 7 et des voyages magnifiques à faire. On ne peut pas qu’améliorer son anglais dans de telles circonstances !As-tu appréhendé ton départ ? Ou au contraire, était-ce une source de motivation ?

Un peu des deux je pense. Au début, j’appréhendais. Je me posais beaucoup de questions : est-ce que je vais réussir à me faire comprendre ? Vais-je réussir à suivre les cours ? Je redoutais également d’avoir des colocataires français, étant donné que je ne voulais parler qu’anglais.
En revanche, une semaine avant de partir, j’étais complètement excitée ! Tellement que je n’ai pas pu dormir la veille de mon départ.

Peux-tu présenter l’école dans laquelle tu étudies ?

Griffith College Dublin est une université située dans le sud de Dublin, à 15 minutes du centre ville. Etonnamment, on y trouve plus d’étrangers que d’Irlandais !
Le système est bien différent de celui que l’on peut rencontrer en France : c’est plus ludique et plus interactif. Quant à mes cours, je dois par exemple écrire des articles, faire des interviews et mener des reportages. C’est très enrichissant.
En revanche, il faut s’accrocher, et s’y retrouver parmi les expressions irlandaises, qui sont parfois très surprenantes !

Comment s’est passée ton intégration dans ce nouveau pays, cette nouvelle culture ?

Je me suis directement sentie comme un poisson dans l’eau ! J’adore l’ambiance des pubs (la Guinness est devenue sans aucun doute ma bière préférée).
L’Irlande était faite pour moi. Elle me fait beaucoup penser à la région (le sud-ouest) avec nos férias, nos bandas et nos danses folkloriques. Ce sont en fait les équivalents des pubs, des groupes de musique irlandaise et des danses typiques.
L’Irlande est un pays merveilleux, on ne peut qu’adorer cette culture !

Conseillerais-tu à d’autres étudiants de franchir le pas et partir un semestre ?

Quiconque est parti ne peut que conseiller de faire de même.
Le soutien de ma famille est un facteur très important. Sans elle, je n’aurais jamais eu la chance de vivre un semestre à l’étranger, surtout dans un pays comme l’Irlande (à cause de la crise économique actuelle, NDLR). Je me rends très bien compte de ma chance.

As-tu un projet professionnel particulier ?

Mon objectif serait d’occuper un poste de Directrice de Communication dans une entreprise. C’est également pour cela que j’ai décidé de partir dans un pays anglophone, afin de combler cette carence linguistique et d’atteindre cet objectif.

Une anecdote ?

Dans un pub, une bande de musiciens irlandais m’ont appris une chanson pour supporter l’une de leurs équipes de rugby. Alors à mon tour je leur ai appris à chanter l’hymne de l’Aviron Bayonnais « La Pena Baiona»… Ils ont adoré la chanson, tellement qu’ils se sont mis à la jouer et chanter devant tout le monde, et ce plusieurs fois dans la soirée ! C’était bon d’avoir un peu de chez moi en Irlande !

Thomas Bouchard Grunberg
Correspondant région – EFAP Bordeaux

Publié le 19/01/2012

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle