S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Alain Ribet, Objectif Aquitaine

Alain Ribet, Objectif Aquitaine

Rencontre avec le Rédacteur en Chef Objectif Aquitaine, également intervenant à l’EFAP Bordeaux

Rencontre avec Alain Ribet, Rédacteur en Chef Objectif Aquitaine et Intervenant en journalisme à l’EFAP BordeauxC’est après une fac de droit, qu’Alain Ribet entre à Sud-Ouest en tant que stagiaire, il y fera ensuite toute sa carrière, avant de reprendre en 2003 les rennes d’Objectif Aquitaine, magazine régional d’informations. Rédacteur en chef du magazine, chroniqueur sur France Bleu Gironde, chroniqueur à France 3 Aquitaine, professeur de journalisme à l’EFAP, Alain Ribet « tape sur toutes les touches du piano » ! Constance Goigoux : Parlez- nous de vos années à Sud-Ouest.
Alain Ribet
: J’y suis rentré comme stagiaire, très vite on m’a conféré de
grandes responsabilités, je travaillais pour les différents endroits des zones de diffusion du journal. Plus tard, on m’a confié la direction générale de la ville de Bordeaux, et du département de la Gironde, avant de me nommer Directeur délégué au Développement.

C.G. : Quand est-ce qu’à commencer pour vous l’aventure Objectif Aquitaine ?
A.R
. : Sud-Ouest a racheté Objectif Aquitaine et m’a demandé de le redresser avant de me le céder en 2003. C’était pour moi une étape nouvelle et amusante, je trouvais très intéressant de mixer le statut de journaliste et celui de chef d’entreprise, un peu comme « une rupture de vie » !

image

C.G. : Peut-on en savoir plus sur Objectif Aquitaine ?
A.R.
: Objectif Aquitaine est tiré à 12 000 exemplaires par mois, ce qui
représente 80 000 lecteurs et 1 200 000 € de chiffre d’affaires en 2007.
Le magazine compte 10 salariés à temps plein, des correspondants dans chacun des départements d’Aquitaine, des pigistes, on appelle aussi en renfort des commerciaux pour des activités ponctuelles, ils ne sont pas salariés mais rémunérés à l’acte.

C.G. : Comment arrivez-vous à France 3 Aquitaine ?
A.R
. : J’ai d’abord animé Écobizz, un magazine économique sur TV7, en tout, 238 émissions diffusées 22 fois par semaine. Ensuite France 3 est venu me chercher pour contribuer à deux émissions par semaine.

C.G. : Et l’EFAP ?
A.R
. : J’y enseigne depuis la 1e année de sa création à Bordeaux. C’est une très belle boîte, très sérieuse. Il y a une vraie stratégie pédagogique et un réel encadrement, et c’est cela qui est très intéressant.

C.G. : Quels conseils donneriez-vous aux actuels et futurs Efapiens ?
A.R.
: Bosser, bosser, bosser ! Et arrêter tout de suite si l’on sent que l’on fait fausse route. Les métiers de la communication ne sont pas des « métiers tièdes », il faut mouiller sa chemise, se donner à fond !

C.G. : Quels sont vos loisirs ?
A.R.
: Le cinéma et la lecture. Je vois au moins un film par semaine. Pour ce qui est de la lecture, je lis le Monde et Aujourd’hui en France tous les jours, ainsi que Sud-Ouest et les gratuits. Je lis aussi des magazines dont le Point, l’Express et Challenge auxquels je suis abonné. J’aime aussi beaucoup le théâtre et les bonnes bouffes et virées entre potes !

C.G. : Si vous deviez vous définir en 3 adjectifs ?
A.R.
: Curieux, disponible, et…un peu chiant !


Constance Goigoux, EFAP Bordeaux 2

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 08/02/2008

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle