S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > A la découverte de Prague

A la découverte de Prague

Rencontre avec Jeanne Loridon, étudiante en EFAP 3, partie un semestre découvrir la ville de Prague.

Bonjour Jeanne, te voilà de retour dun périple de 4 mois dans une capitale européenne. Comment as-tu vécu ces mois passés loin de la France et de chez toi ?

Tout sest très bien déroulé ! L’adaptation s’est passée sans problème. Bien sûr, ce n’est jamais facile de partir dans un pays étranger, loin de chez soi, d’autant plus que j’étais la seule Efapienne bordelaise à aller à Prague. Mais il n’était question que de 4 mois seulement et cela passe très vite. On ne s’en rend même pas compte finalement. Durant mon séjour, il y a eu des hauts et des bas évidemment, mais je ne retiens que les bons moments. Quitter la France n’est pas si compliqué lorsque lon sait que l’on part vivre une expérience unique.

Pourquoi avoir choisi de découvrir lEurope et en particulier Prague ?

J’ai toujours beaucoup aimé l’Europe, c’est vaste et avec tellement de pays très différents. Mais l’Est semble si lointain de notre cher Sud-Ouest, que lorsque l’opportunité s’est présentée, jai foncé pour Prague. Tout d’abord pour sa géographie. La ville est située au centre de l’Europe, cela m’a permis de voyager très facilement. J’ai ainsi pu visiter la Pologne, l’Allemagne, l’Autriche et également la Hongrie. Ensuite, il y a bien sûr l’Université proposée par lEFAP : celle de diplomatie, de relations publiques et internationales. Elle me semblait très intéressante, différente de la communication, tout en restant en lien. Cela ne pouvait m’apporter que dupositif. Et enfin, ce qui a confirmé mon choix a été le bouche à oreille honorifique qu’a hérité la ville grâce à sa beauté, son activité, sa richesse culturelle et historique. A mon tour de le dire aujourdhui, on ne m’a pas menti, Prague a tout pour elle. Quelle a été ta première impression lorsque tu as découvert Prague ?

La beauté de la ville ! L’architecture est absolument superbe, les façades sont toutes différentes, avec toutes sortes de couleurs. Même encore au bout de trois mois, je m’étonnais de la beauté de certains bâtiments. Toutes ces petites ruelles, ces ponts, ces parcs, tout est beau.

Comment sest passée lintégration avec les « Pragois » ? Quelles sont les spécificités locales ?

Les Pragois ne sont, honnêtement, pas très faciles à aborder. Certains sont un peu distants et froids. Et, je pense que le fait de ne pas parler tchèque ne leur donnait pas envie d’être plus chaleureux. Car en effet, très peu parlent langlais. Ça a donc été parfois compliqué de me faire comprendre. En revanche, les jeunes tchèques sont très ouverts et sympathiques. Ceux de mon Université nous ont beaucoup aidés au début pour mieux découvrir la ville. Pour les spécificités locales, je suis obligée de citer la bière en premier lieu évidemment (dans certains restaurants, on reçoit même une pinte avant le menu), même si Prague est aussi grande productrice de vin. Sinon il y a le hockey sur glace, le “goulasch” (un plat un peu spécial), Franz Kafka et jen passe

Comment étaient organisés tes cours ? Les méthodes dapprentissage sont-elles similaires à la France ?

Mes cours étaient répartis sur les quatre premiers jours de la semaine. Je les avais choisis à lavance, ce qui m’a permis d’adapter mon emploi du temps. Les cours sont moins théoriques qu’en France, cest-à-dire qu’il était rare qu’un enseignant parle durant deux heures pendant que lon prend des notes. Etant dans une classe ERASMUS, les professeurs aimaient beaucoup discuter et échanger avec nous pour connaître nos avis. C’était très intéressant, notamment grâce à l’interactivité de chacun. Avoir l’opinion d’un Grec face à un Kazakh nous faisait parfois partir dans de grands débats.

Quels conseils donnerais-tu à un(e) étudiant(e) qui souhaite aussi partir à l’étranger ?

De foncer ! Si il ou elle a l’opportunité de partir découvrir un pays, il ne faut surtout pas hésiter. En revanche, il faut être préparé : se renseigner sur le pays d’accueil, avoir un point de chute, peut-être aussi un contact sur place. Vivre à l’étranger est absolument incroyable, mais il faut savoir que, sur place, des tâches très faciles peuvent soudainement devenir très compliquées : essayez de payer une facture de téléphone dans un bureau où personne ne parle une langue commune Le langage des signes ne m’a jamais autant servi qu’à ce moment-là, et ce fut long (rires).

Un autre conseil que je pourrais donner également : se préparer au retour en France. Cest parfois difficile de revenir à la réalité.

As-tu des projets en tête pour ton année dEFAP 4 ?

Oui, je pense faire mes quelques mois de cours à Bordeaux. Mais pour le stage à réaliser, c’est maintenant inconcevable de rester ici, je cherche déjà des stages à l’étranger. Prague est dans ma liste, mais pourquoi pas lAngleterre, lAllemagne ou même Paris ! Ce sera une dernière année chargée, et je pourrai ensuite dire adieu aux études.

Marine ROUSSEL EFAP 4

Correspondante Région EFAP Bordeaux

EFAP, l’École des nouveaux métiers de la communication

L’EFAP est à la Une !

L'EFAP est à la Une !

École de communication EFAP - L’EFAP est à la Une !

Le goût de l’aventure

Stage

École de communication EFAP - Le goût de l’aventure

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle