Accueil > Archives 2005-2012 > Caroline et Thibault, ECLA

image

Rencontre avec deux EFAP 4 en stage à ECLA, l’agence du Conseil Régional d’Aquitaine pour l’écrit, le cinéma, le livre et l’audiovisuel.

Thibault, Caroline, pourriez-vous nous décrire les missions de la structure dans laquelle vous travaillez ?

Thibault : ECLA (Ecrit, Cinéma, Livre et Audiovisuel)  est un relais entre les différents acteurs du monde culturel en Aquitaine. Le pôle Cinéma et Audiovisuel, auquel je suis rattaché, s’occupe par exemple de la mise en relation des producteurs et des techniciens mais également de l’accueil des tournages ou encore de la recherche de décors.
Caroline : Je suis en stage au sein de l’agence ECLA issue de la fusion de l’ARPEL (Agence Régionale pour l’Ecrit et le Livre) et d’AIC (Aquitaine Image Cinéma) qui a eu lieu le 22 juin 2009. ECLA traduit dans ses missions les priorités du Conseil régional d’Aquitaine en matière de livre et d’écrit, de cinéma et d’audiovisuel et de labels musicaux indépendants. Elle est chargée de favoriser la promotion de ces secteurs par la mise en place d’actions spécifiques de soutien, d’accompagnement et de valorisation.

image

Quelles sont vos missions au sein de l’agence ?
Thibault : Je suis en stage ici depuis deux semaines. Et pour le moment, l’agence est en pleine fusion et traverse une phase de transition importante. Donc, je suis chargé de l’entretien de la base de données concernant les techniciens, artistes et figurants. Je participe aussi à leur mise en relation avec les producteurs et je vais également faire de l’accueil sur les tournages.
Caroline : Je travaille au service communication avec ma responsable de stage, Géraldine Arnoux, Chargée de la Communication et du Développement culturel d’ECLA. Le service s’occupe des relations presse, de l’organisation des avant-premières inscrites dans l’action culturelle cinématographique, des relations publiques dans les secteurs de l’écrit et de l’image. En ce moment, nous travaillons sur la mise en place d’actions dans le cadre d’un partenariat avec le Festival International du Film d’Histoire de Pessac.
Je m’occupe aussi de la revue de presse mensuelle, de l’actualisation du site, de la mise en ligne des articles mais également de l’actualité de l’agence, des projets et manifestations qu’elle soutient. Ponctuellement, je réalise également un peu de création pour les plaquettes inhérentes aux actions mises en place par ECLA.

Thibault, est-ce ton premier stage dans ce domaine ?

Oui, c’est mon premier stage dans ce domaine. C’est un concours de circonstances. Caroline m’a parlé d’une place vacante de stagiaire, j’ai fait une candidature spontanée et j’ai obtenu le poste.

Qu’est-ce que cela vous apporte en termes d’expériences professionnelle et personnelle ?
Thibault : Je découvre l’envers du décor du cinéma, tous les corps de métiers s’y rattachant, les contraintes des tournages, les moyens mis en place. Mais également l’organisation d’une agence rattachée à une collectivité territoriale.
Caroline : D’une part, c’est l’opportunité rêvée pour moi car mon sujet de mémoire porte sur la communication en entreprise en période de fusion. Avec l’actualité d’ECLA, je suis totalement immergée dans le sujet et c’est une expérience inédite en tant que stagiaire.
Au niveau professionnel, ce stage me permet de découvrir l’univers du cinéma et du livre mais également de rencontrer beaucoup de personnes.

Mettez-vous en pratique ce que vous apprenez à l’EFAP ?
Thibault : Oui, surtout dans le domaine relationnel, dans le contact avec les différents acteurs que nous sommes amenés à côtoyer.
Caroline : Oui, bien sûr. Surtout au niveau des relations presse. Ensuite, c’est la règle même de l’apprentissage, il n’y a pas de manière précise pour étudier les choses, il faut adapter la théorie à la dimension réelle, propre à l’entreprise.

Que pouvez-vous nous dire sur l’ambiance de travail ?
Thibault : C’est intéressant de vivre une fusion sur son lieu de travail. En ce moment, nous sommes en plein changement de locaux et en attente de nouveaux collaborateurs. L’ambiance de travail générale est très bonne.
Caroline : C’est difficile à dire parce que la fusion est en train d’avoir lieu. Pour l’instant, l’ambiance a toujours été bonne, très humaine, avec des décisions prises en commun et un véritable esprit de solidarité. Je trouve qu’il y a une volonté partagée de travailler au mieux ensemble.

Caroline, ce stage correspond-il à tes objectifs professionnels ?
Il correspond à mon désir d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences mais ne s’intègre pas, théoriquement parlant, à mon projet professionnel puisque j’aimerais m’orienter vers le journalisme. Cependant, cela me permet de découvrir des univers différents et toute expérience est bonne à prendre pour continuer son apprentissage.

Interview réalisée le 5/11/09 par Maxime Mothiron, EFAP 4.

Toutes les infos sur l’ ECLA


EFAP, l’école des métiers de la communication