S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Quand Paul rencontre Catherine…

Quand Paul rencontre Catherine…

Quand un Prof se fait interviewer par son ancienne stagiaire et élève !

Catherine, qu’avez-vous ressenti lorsque vous être revenu à l’EFAP à titre d’invitée d’honneur ?C : j’ai été émue de revenir ici après six ans et de revoir des visages familiers. Et à vrai dire, c’est plutôt intimidant de se retrouver face à une assemblée d’étudiants attentifs. Beaucoup d’émotions.

Paul, quel effet ça vous fait d’être interviewé par une ancienne stagiaire ?P : Et bien, je n’ai pas l’habitude d’être interviewé. Généralement je suis plutôt celui qui tient le micro (rires) Mais je reconnais que cela fut très agréable. Quant à Catherine, je la considère d’avantage comme une consœur.

Voilà un beau compliment. J’imagine que cela fait plaisir à entendre, surtout de la bouche de votre ancien « mentor ». Pouvez-vous nous parler de votre parcours post EFAP ?C : Après l’obtention de mon diplôme, j’ai souhaité consolider mes acquis en poursuivant à l’école de journalisme et de communication de Marseille. Cela m’a permis d’appréhender les techniques propres au métier. Mon cursus scolaire achevé, j’ai travaillé dans une entreprise de production d’émissions avant d’obtenir un CDI à la chaîne de télévision locale, Clermont Première. Aujourd’hui, je suis actuellement pigiste et que je collabore régulièrement pour une société de production de contenus pour Internet et la télévision.

Paul, vous avez enseigné à l’EFAP, quelles valeurs vouliez-vous inculquer aux élèves ?P : S’intéresser à l’actualité ! J’ai remarqué que les étudiants sont généralement sous-informés ou mal : ils se renseignent uniquement sur les sujets qu’ils aiment. Or, il faut s’intéresser à tout car lorsque l’on est journaliste, on est amené à traiter tout type d’information. Il faut être ouvert d’esprit. Mon second leitmotiv était de leur apprendre à penser par eux-mêmes !

Beaucoup vous connaissent grâce à votre édito (diffusé tous les matins sur Radio Scoop entre 7h15 et 9h15) où votre esprit critique nous fait débuter la journée le sourire aux lèvres . Comment choisissez-vous vos sujets ?P : Et bien justement, je veille à garder l’esprit ouvert lorsque je m’informe sur l’actualité pour capter le maximum de choses et trouver l’inspiration, l’idée du moment que je vais ensuite pouvoir développer. Parfois, il m’arrive d’avoir plusieurs idées en même temps, alors je les note pour les jours de grises mines (sourire).

La vie d’un journaliste est souvent bien remplie, vous avez certainement des anecdotes à nous raconter ?C : Il y en a une qui me vient tout de suite à l’esprit. Je couvrais le salon du cerveau où se réunissent d’éminents chercheurs, des médecins, etc. En résumé, beaucoup d’intellectuels. Et lorsque j’ai mené une de mes interviews, le micro n’était pas branché ! Heureusement l’interlocuteur était indulgent, on a bien ri. Finalement cela reste un bon souvenir.
P : C’était à l’époque du passage à dix chiffres des numéros de téléphone (j’ai l’impression d’être un dinosaure !). Pour mon reportage, j’interviewais au téléphone un des chargés de communication de France Télécom et il se trouve que celui-ci bafouillait beaucoup. L’entretien terminé, je me suis tourné vers mes collaborateurs pour leur dire « pour un communicant, il pourrait prendre autre chose qu’un bègue ! ». Le concerné était toujours en ligne.

image

Bonne nouvelle pour les fans du billet d’humeur de Paul Satis, un livre rassemblant les meilleures est désormais disponible aux éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire. Alors, Courez vite à la FNAC !- à lire également : Paul et Catherine invités de la rentrée solennelle
propos recueillis par Alice NIQUET, étudiante en EFAP3
>Retrouvez toute l’actualité de l’ EFAP Lyon
EFAP, l’école des métiers de la communication

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle