S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Paris-Dakar : 20 ans après le drame l’EFAP se souvient

Paris-Dakar : 20 ans après le drame l’EFAP se souvient

Disparition de Thierry Sabine et de Nathaly Odent : 20 ans après le drame l’EFAP se souvient

Disparition de Thierry Sabine et de Nathaly Odent : 20 ans après le drame l’EFAP se souvient

Le 14 janvier 1986 l’EFAP apprenait la disparition tragique dans un accident d’hélicoptère des anciens efapiens Thierry Sabine, créateur du « Paris-Dakar » et Nathaly Odent journaliste au JDD.image

Il y a vingt ans, disparaissaient tragiquement Thierry Sabine, à l’âge de 36 ans et Nathaly Odent, 26 ans. Le père du Paris-Dakar et la journaliste du Journal du Dimanche, étaient diplômés de l’EFAP. Lors de l’édition 1986 du Dakar, l’hélicoptère qui les transportait s’est écrasé contre une dune près de Gourma, au Mali. Trois autres personnes ont péri dans la catastrophe; le chanteur Daniel Balavoine, le pilote François-Xavier Bagnoud et Jean-Paul Lefur technicien chez RTL.

C’est en 1978 que Thierry Sabine, envoûté par le désert africain et passionné de course automobile, décide de créer le Paris-Dakar. Attaché de presse formé à l’EFAP, il réussit rapidement à médiatiser son épreuve en ayant pour devise « faire vibrer ceux qui partent, et rêver ceux qui restent ». Le 26 décembre 1978, à Paris sur le Trocadéro, 170 autos, motos et camions en quête d’aventures et de sensations s’élancent à l’assaut de l’Afrique. Sur le bivouac, Thierry Sabine était surnommé Dieu; non seulement à cause de sa barbe et ses habits blancs mais surtout pour son charisme extraordinaire.

Pour Philippe Colleu*, il avait « la volonté, de la détermination, de la curiosité et il voulait aller au bout de lui-même et au final il réussissait tout ce qu’il faisait. » Etudiant il était déjà beau et charismatique, « il avait organisé la plus grande élection au bureau des élèves qu’on ai jamais vu à l’EFAP. Pour cela, il avait loué le plus grand bus et la plus petite voiture de Paris. Il avait réussi à faire venir Zanini pour chanter « tu veux ou tu veux pas », il avait également offert un bouquet de roses aux filles et un paquet de cigarettes aux garçons pour qu’ils votent pour lui ». Il avait commencé sa vie professionnelle en tant qu’attaché de presse du groupe musical « Il était une fois », puis de la ville du Touquet, où il a eu l’idée de créer l’Enduro du Touquet.

Diplômé en 1971, il revient à l’EFAP en 1974 en tant que chargé de TP de Relations Publiques. « Pour ses débuts, il est arrivé à 9h alors que son premier cours était programmé pour 10h. Lui qui côtoyait les stars et les médias m’a dit non « je ne veux pas y aller, j’ai la trouille. Ce n’est qu’après avoir pris trois cafés en face de l’école qu’il décide d’y aller. Inutile de préciser que le courant est très vite passé avec ses étudiants. »

Nathaly Odent était justement une élève de Thierry Sabine à l’EFAP où elle a obtenu son diplôme en 1985. Elle a perdu la vie dans l’accident alors qu’elle effectuait un reportage pour le Journal du Dimanche à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Philippe Colleu se souvient:« C’était une étudiante qui voulait faire à tout prix du journalisme, notamment sportif. Elle a été embauchée au JDD après y avoir effectué un stage. Elle s’est accrochée et a fini par couvrir le Paris - Dakar où elle était bien intégrée. Sa disparition est une grande tragédie.»

L’administration et les étudiants de l’EFAP furent effondrés par la nouvelle du drame du 14 janvier 1986. En souvenir, une salle « Thierry Sabine » a été inaugurée en présence de sa famille à l’EFAP Bruxelles, en octobre 1987.

Marc Samer Daou*Phillipe Colleu est conseiller pour la communication auprès de Denis Huisman président du groupe EDH.

Presse gratuite: le sondage de l’EFAP

Le raid humanitaire de l’EFAP

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle