S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Laurence Tricot Coutet, Culture Professionnelle et Marketing

Laurence Tricot Coutet, Culture Professionnelle et Marketing

Intervenante Culture Professionnelle en EFAP 1, Marketing en EFAP2, Marketing Direct en EFAP3

Intervenante Culture Professionnelle en EFAP 1, Marketing en EFAP2, Marketing Direct en EFAP3

Parlez-nous de votre parcours :
J’ai effectué une formation supérieure de commerce au Ceram Sup de Co Nice avec une option communication. Pour la petite histoire, j’étais dans la même promotion que Marie-Laure Gilbert et de Gilles Anedda.

Après l’obtention de mon diplôme, Europe 1 Communication m’a embauchée. J’ai d’abord travaillé à la Régie, Régie 1, puis dans une de leur filiale spécialisée en marketing direct, Multilignes Conseil.

En 1992, j’ai quitté Paris pour Lyon où j’ai décidé de créer en partenariat avec Gilles Anedda - Comme Un Accord - une agence spécialisée dans le conseil et la formation marketing. C’est à ce moment que je me suis intéressée davantage à la formation. J’avais déjà une petite expérience puisque des écoles parisiennes m’avaient sollicitée lorsque je travaillais chez Europe 1 Communication. J’avais apprécié l’expérience et je souhaitais la développer.

Pour quelles raisons avoir choisi l’EFAP et non une école de commerce ?
Même si j’ai une formation basée sur le commerce, c’est dans le monde de la communication que j’ai évolué et je me sens plus proche de cet univers.

Concernant le choix de l’EFAP, l’école de Paris m’avait sollicitée pour une intervention quelques années auparavant. J’avais apprécié l’accueil et le concept de l’école, ainsi je me suis naturellement tournée vers l’antenne lyonnaise. Je n’ai pas été déçue !

Ce qui est appréciable ici, en tant que professeur, c’est l’écoute que Jean-François Croës et Marie-Laure Gilbert nous consacrent. Ils s’intéressent à l’évolution de la formation et accueillent positivement les idées nouvelles que nous leur proposons.

Vous intervenez auprès de toutes les promotions : quelles matières enseignez-vous et pour quelles classes ?Lors de la 1ère année, j’interviens aux côtés de Dominique Célestin pour un cours dit « Culture professionnelle ».
Il s’avère que les étudiants de 1ère année sont issus du baccalauréat et ont une représentation assez floue des métiers de la communication.

Le but de ce cours est d’accompagner les étudiants dans l’exploration et la découverte de ces métiers pour qu’ils aient, à l’avenir, une démarche volontariste dans leur apprentissage.
Le cours repose sur plusieurs choses :

- Une revue de presse de supports spécialisés dans le marketing et la communication : Marketing Magazine et Stratégie.
- Un exposé approfondi sur le métier de leur choix avec pour consigne d’interviewer au moins 3 professionnels.

Durant la 2ème année, j’enseigne le marketing avec un parallèle entre les cours magistraux et le TP. Ce dernier consiste à définir un produit ou service qui n’existe pas sur le marché français puis à effectuer de A à Z la démarche marketing. On balaye ainsi toutes les étapes clés du lancement d’un produit : étude de marché, sondage d’opinion, définition de la stratégie du marketing mix etc.

Le marketing, par son influence transversale, est une discipline importante. C’est avant tout une méthode de raisonnement à acquérir qui peut se transposer pour chaque stratégie de communication.

En 3ème année, j’inculque les bases du marketing direct, branche (très opérationnelle) de la communication. Comme pour les autres cours, apports magistraux et mises en pratique se répondent.

Des techniques pédagogiques précises ?
L’expérience me prouve que la meilleure formation qui soit est celle de l’action. Travailler sur un projet permet aux élèves d’apprendre à fonctionner en équipe et à délivrer un résultat fruit d’un travail sur le long terme. La clé est donc l’organisation.

Un souvenir particulier sur les projets effectués par les élèves ?
Je me souviens surtout d’un projet marketing réalisé par des étudiantes il y a quelques années. Celles-ci avaient eu l’idée de créer des lingettes de nettoyage… Produit que l’on a vu se développer quelques années plus tard !

Si vos élèves ne devaient retenir qu’une seule chose, qu’est-ce que ça serait ?
Aujourd’hui, le marché du travail est mouvant et l’on sera amené à changer de métier plus d’une fois ! Aussi, il est très important d’avoir une grande capacité d’adaptation : au milieu dans lequel on travaille, à la méthode de travail, aux nouveaux outils…

Pour ceci, il faut savoir s’auto-former. La formation que l’on reçoit aujourd’hui est valable quelques années seulement puisque tout évolue très vite. Pour rester à la pointe de son métier, il faut continuellement alimenter son savoir. Il faut donc être très curieux, s’intéresser à tous les sujets, être alerte.
propos recueillis par Alice NIQUET, étudiante en EFAP3
EFAP, l’école des métiers de la communication

Mylène Decaix, en stage à la Préfecture du Rhône

Estelle Delattre, Responsable Studio, Eksploziv’

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle