S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Laura Boucila chez Albine&Co

Laura Boucila chez Albine&Co

Etudiante en EFAP2, agence et Entreprise, Laura effectue son stage chez Albine&Co.

Etudiante en EFAP2, agence et Entreprise, Laura effectue son stage chez Albine&Co.

Une EFAPienne :

J’ai voulu intégrer l’EFAP car j’ai toujours cherché le contact des autres et le dialogue. De plus l’EFAP est une école qui apporte beaucoup de débouchées, y compris pour ceux qui ne souhaitent pas devenir attaché de presse.
Enfin, les cours dispensés par l’EFAP permettent de développer notre sens du détail et de la perfection. Ce qui me plait c’est de pouvoir anticiper les attentes des gens et d’y répondre de la meilleure façon possible.

Etre stagiaire à plein temps dans une entreprise est très formateur et bien loin de la vie étudiante. Toutefois, le fait d’avoir nos matinées de libres est à la fois un avantage et un inconvénient car peu de patrons n’embauchent de stagiaires à mi-temps.

De l’histoire des stages :

J’ai effectué mon stage de première année au service de communication de l’EFAP. Sans fayoter, je n’aurai pas pu souhaiter meilleur premier stage. L’équipe est très accueillante et chaleureuse. Mélanie Barrow, la directrice de communication m’a laissé suffisamment de responsabilités pour que je sois autonome. De plus, aimant beaucoup l’écriture, j’ai été très enthousiasmé de pouvoir « jouer la journaliste », poser des questions et rédiger les articles pour le site internet de l’école. Ce stage fut pour moi très épanouissant.

En deuxième année, j’effectue depuis 5 mois un stage dans dans l’agence albine&Con une agence de relations publiques spécialisée dans l’art de vivre et la gastronomie. Ce stage est très formateur. J’ai pu aborder toutes les facettes du métier d’attachée de presse. A l’agence, nous sommes dix filles et ce qui ressort le plus c’est qu’elles travaillent énormément. Aujourd’hui, il est évident pour moi, que ce métier doit être avant tout une vocation.
image

Pour le stage de première année, je me suis laissée guidé par Emmanuelle Soulard, et je ne l’ai pas regretté. Cette année non plus car j’aborde les outils de communication plus concrètement. Il est vrai que lorsqu’on arrive à l’EFAP, on est un peu dans le flou par rapport à tous les outils dont on peut disposer et quelles sont les ouvertures, les métiers concrets qui s’ouvrent à nous. Heureusement, plus le temps passe, et les expériences s’accumulent et plus nos envies et nos possibilités se précisent et se diversifient. Ce qui est drôle, c’est que plus j’avance dans les études et plus j’ai envie de découvrir des métiers différents, et le fait de rester sans stage devient presque impensable ! On devient avide de savoirs !

Actuellement en stage dans le domaine de la gastronomie, quelles sont tes responsabilités et tes missions ?

Ouf ! Pleins de choses… Du plus simple au plus stimulant. en stage chez Albine&Co, j’ai préparé des portages, fais des relances par téléphone et par mail. J’ai également monté des press book, rédigé des comptes-rendus, monté des tableaux de parutions. J’ai recherché des goodies pour les journalistes en respectant des budgets. Puis il faut faire des retroplanning en étant très précise. J’ai également rédigé des communiqués de presse (pour le côté plus stimulant), j’ai participé à la rédaction de dossiers de presse. J’ai également assisté à des conférences et événements presse.

Qu’as-tu appris sur la gastronomie ou de manière plus générale sur l’art de vivre ?

J’ai appris un vocabulaire précis ! Il est vrai que pour des marques comme Lipton, Ben&Jerry’s ou les rosés de Provence, on se sert d’un vocabulaire des sens, pour stimuler l’envie des lecteurs. Dans tout texte rédigé, et sachant qu’on travaille avec des marques d’alcool, il faut faire attention au choix des mots pour qu’il n’aillent pas en contre sens de la loi Evin. Pour tout ce qui touche à l’art de vivre, ce qui est plaisant c’est que tout ce qui est envoyé aux journalistes est toujours de très bonne qualité. Que ce soit les produits, les goodies, la qualité du papier ou les sacs. On apprécie à travailler dans du beau.

Comment caractériserais-tu les métiers de la communication dans l’univers de la gastronomie ?

Ce qui est très plaisant, c’est qu’en travaillant dans le monde des produits de consommation, on les teste et il y en a toujours en plus pour les attachées de presse ! Donc on peut manger de la glace à l’œil !
Sinon, à part les clients, je ne pense pas qu’il y ait grande différence entre une attachée de presse gastronomique ou travaillant dans l’automobile. Pour ma part, la différence est plus dans le statut de l’entreprise. L’ambiance dans une agence est très différente que celle d’une entreprise. A l’agence nous travaillons dans un open space, elle est organisée comme un appartement donc il n’y a aucun cloisonnement, aucune intimité. La promiscuité se ressent fortement et cela devient presque comme une seconde famille. Donc on a intérêt à s’entendre avec ses collègues !

Dans quel domaine souhaites tu effectuer tes prochains stages ?

Par la suite, j’aimerai beaucoup effectuer un stage au sein d’une agence de wedding planner, car j’apprécie comment ces organisatrices pimentent des instants du quotidien, elles en font des moments magiques, uniques, et le soin avec lequel elles les organisent.

Quelles sont tes ambitions une fois diplômée ?
Pour l’instant, je me laisse porter par mes expériences !

L’EFAP, l’école des métiers de la communication.

Publié le 24/03/2010

Julie Braun et l’Art de Vivre

Julie Braun, étudiante en Agence et Entreprise, effectue son stage chez Albine&Co, une agence de relation publiques spécialisée dans l'Art de Vivre.

Carinne Teyssandier, Cuisine TV, France 2 et France 3

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle