S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Eric Chollet, Directeur d’Eficio.

Eric Chollet, Directeur d’Eficio.

Eric Chollet, Directeur d’Eficio

Compte-rendu de la seconde rencontre professionnelle de l’année 2007, qui s’est déroulée dans les locaux de l’EFAP, le 18 octobre dernier, en présence des EFAP 1 et des EFAP 2. Animée par Danièle Caillau, elle a reçu avec une « sincère joie » Eric Chollet, Directeur d’Eficio.

Eric Chollet, un homme « Moderne, dynamique, performant » !

Naturel, généreux et lucide, son expérience professionnelle est à l’image de sa personnalité : toujours plus riche et toujours plus humaine. Eric Chollet évoque son parcours avec modestie et enthousiasme : celui d’un « jeune et ambitieux français » qui rêvait de « manager plus que d’exécuter ».

Danièle Caillau : Quelles études as-tu faites pour arriver à travailler dans le multimédia et qu’est-ce qui t’a conduit à faire ce métier ?« Mon parcours est banal », annonce Eric Chollet. Après une Ecole supérieur de commerce, le directeur d’Eficio a travaillé en tant que marketeur et commercial dans différentes entreprises. Un parcours pas si banal. Ce qui caractérise le plus Eric Chollet c’est sa capacité d’adaptation : « Je ne suis pas né avec le multimédia mais on apprend à l’apprivoiser, on s’adapte et on se rend compte qu’il peut apporter beaucoup », explique ce dernier.

D.C. : Marketeur, mais dans quelle entreprise ?« Jeune, j’étais comme beaucoup, c’est-à-dire un bateau sans gouvernail ! », plaisante Eric Chollet. Sa carrière débute à Renault dans la cellule de marketing direct : « J’étais responsable de la communication directe pour la Renault 19 puis j’ai travaillé dans la grande distribution, pour E. Leclerc », raconte l’ancien marketeur. Si ce dernier avoue avoir un « parcours banal », ses expériences sont quant à elles variées. Après divers stages de formation, une opportunité se présente à lui : « Je suis parti deux ans à New-York en tant que chargé de promotion de la destination France auprès des agences de voyage américaines, au sein de la Maison de la France », relate ce dernier. Organisation de petits-déjeuners pour faire découvrir aux américains de nouvelles régions de France, réalisation de brochures, prise de rendez-vous téléphoniques et relation presse ont bercé son quotidien aux USA. « L’American dream » d’un jeune et ambitieux français !

D.C. : Après la Maison de la France, qu’as-tu fait ?« Je suis revenu en France et j’ai travaillé pendant trois ans dans le commerce du vin pour un négociant spécialisé dans l’export de vins dans les pays anglophones et en Amérique latine », relate Eric Chollet. Il ajoute : « Ensuite, malgré une évolution dans des PME très intéressantes, je voulais me frotter à des groupes plus importants ». Cofinoga en ligne de mire… Il y apprendra la finance pendant 6 ans, évoluant de directeur commercial à directeur de filiale et y découvrira de nouveaux outils de communication. Révélation aussi pour lui : « Je me suis rendu compte que la finance était fun et que c’était le métier le plus simple au monde de vendre de l’argent ! », s’amuse le directeur d’Eficio.

D.C. : Quels sont les nouveaux outils de communication qui t’ont étonné ?« En 1994, on rentre en plein dans le monde du multimédia et c’est à ce moment que j’ai découvert les mails et les formations via des CD-ROM », s’exclame Eric Chollet. Une révolution pour l’époque…

D.C. : Est-ce à ce moment, après avoir découvert les arcanes des grands groupes, que tu as eu envie de créer ta propre entreprise ?« Pas du tout », proteste le chef d’entreprise. Cette idée, il l’avait déjà à l’âge de 20 ans : « J’avais la fibre entrepreneuriale en moi depuis toujours », justifie ce dernier. Il s’explique : « Je me lassais très vite des postes occupés et j’empiétais rapidement sur le travail du manager ». Indéniablement, jeune et ambitieux. Il ajoute : « Lors de mon parcours, j’ai créé des petites entreprises en parallèle de l’édition ». Rentable ? « Pas toujours » mais c’était un « loisir qui me permettait de financer mes vacances », plaisante Eric Chollet.

D.C. : Et après Cofinoga…« Je pars de Cofinoga pour être autonome et parce que dans les grands groupes, on passe plus de temps à faire de la politique interne que son travail », explique le directeur d’Eficio. Il « atterrit » alors à la CCI où il décide de faire un master INSEEC, pour se « libérer de la pression salariale », selon ses termes. Mais pas seulement : « Le master m’a permis de prendre du recul, de théoriser tout ce que j’avais vécu sur le terrain ». Une piqûre de rappel. Un retour sur les bancs de l’école à 37 ans. Etrange ? « Pas tellement : je crois que chacun se formate son petit parcours éducatif ». Et ce à tout âge.

D.C. : Avais-tu une stratégie pour ta vie professionnelle ou as-tu simplement saisi les opportunités ?« Un peu des deux », déclare Eric Chollet. Il avoue avoir « vécu sur les opportunités et les rencontres ». Il ajoute avec humour : « J’étais plus un manager qu’un exécutant : je suis meilleur dans le faire faire que dans le faire ».

D.C. : Maintenant, on va arriver à Eficio. Raconte-moi la naissance d’Eficio et pourquoi, tout d’abord, le nom d’Eficio ?« Rien du tout, à l’origine ! », plaisante son directeur. C’est le fruit d’un brainstorming entre Eric Chollet et son associé. En réalité, le nom a une résonnance avec efficience, terme qui qualifie à la perfection le caractère du chef d’entreprise. Eficio est né en 2003, Eric Chollet nous conte le contexte de sa création : « A l’époque j’effectuais des missions pour la CCI à Bordeaux et je me chargeais de l’accompagnement des petites entreprises dans leur développement ». Déclic : il se rend compte alors « qu’il est comme eux », explique ce dernier. L’idée va faire son chemin pour arriver à une rencontre avec un ancien collègue de Cofinoga qui lui « est complémentaire », selon ses termes. Il ajoute : « On avait tous les deux passer trop de temps à gagner de l’argent pour les autres ! ». Ils ont ainsi planché quelques mois sur différents critères dont le Business Model (système économique choisi par l’entreprise pour faire du C.A. et de la rentabilité). Ainsi, à force de réfléchir, suite à une visite à Cap Sciences et à la découverte d’une nouvelle technologie pouvant animer un personnage à partir d’une simple photo, dans le magazine « L’Usine Nouvelle », ils saisissent une opportunité. « Mauvaise », certes selon Eric Chollet mais ils l’ont prise. « En 2003, Internet, par rapport à 2007, c’est la préhistoire », s’amuse le directeur d’Eficio. En effet, Internet n’était constitué que d’écrits : aucune vidéo ou photo n’étaient présentes. « On trouvait intéressant d’humaniser internet en créant un personnage qui délivre un discours oral », explique-t-il. Ils se lancent alors dans cette aventure périlleuse et créent Eficio qui est destiné à vendre ces personnages virtuels aux entreprises. Seul bémol : le prix du logiciel, « 400 000 euros » avec des mises à jour de « 50 ou 60 000 euros par an ». Eric Chollet avoue « s’être bien amusé au départ » mais il s’est vite rendu compte que le marché était trop limité et plus favorable au e-learning.

D.C. : Avais-tu fait une étude de marché ?« Officiellement, oui, pour pouvoir avoir des investisseurs mais officieusement, l’étude de marché était tronquée puisque l’offre n’existait pas », relate l’invité. Prise de conscience au bout d’un an, Eric Chollet et son associé décident de basculer dans la communication audio : « On s’est spécialisé dans la communication parlée sur le web et le multimédia, en association avec un studio d’enregistrement », explique l’ancien chargé de promotion de la destination France aux USA. Depuis un an, Eficio est donc spécialisé dans la production web et multimédia pour les entreprises.

D.C. : Quels sont vos clients ?« De la TPE aux grandes entreprises », annonce Eric Chollet. Eficio, c’est surtout un positionnement spécifique : « C’est l’audiovisuel à portée de toutes les entreprises » avec une volonté permanente de démocratiser cet univers et qui se traduit par : « Moderne, dynamique, rentable et performant », explique ce dernier. L’audiovisuel, pour les entreprises, a été longtemps réservé à une élite et inaccessible pour l’ensemble des TPE ou des PME. Leur concept s’est donc voulu innovant et rentable, aussi bien pour l’entreprise-client que pour Eficio. Leur méthode : utiliser des techniques journalistiques pour mettre en valeur le visuel. Il souligne : « La valeur ajoutée, c’est le montage ». Les films sont montés à partir des bases de données visuelles de l’entreprise et d’une voix off qui va commenter les images. D’où, le positionnement d’Eficio : « Faire de l’audiovisuel avec de l’existant ». Le prix : de 700 euros à 3000 euros.

D.C. : Est-ce qu’on peut dire : « Eficio pour la vie ? »
Réponse ambigüe d’Eric Chollet : « J’ai pour but de pérenniser Eficio. Pour l’instant, ça ne fait que 4 ans et on continue à s’adapter et à créer de nouvelles choses. Mais après, pourquoi ne pas changer de branche ! ». Il ne serait donc pas étonnant de le voir à la tête de nouvelles entreprises ! En attendant, Eficio compte 15 salariés (5 à Bordeaux et 10 à Toulouse) et affiche un C.A. de 200 000 euros pour 2007 et les prévisions sont estimées à 500 000 euros pour 2008. Une ambition qui ne semble se tarir avec le temps…

Mais qui est Eric Chollet ?« Enthousiaste et pragmatique », il aimerait être le « prêcheur de la bonne parole de l’entreprenariat ». Avec un rythme de vie effréné et une soif insatiable d’expérience, il n’est pas étonnant de l’entendre prononcer « L’Equipe et le Midi Olympique », comme journaux préférés. Peut-être, par contre, une certaine ingratitude envers L’Usine Nouvelle, tremplin d’Eficio ! « Super actif », il avoue détester par-dessus tout « les embouteillages ». A l’engouement de la salle pour cette réponse, il semblerait qu’il ne soit pas le seul ! Sa qualité préférée chez les humains n’est autre que le « naturel », et il attend d’un bon communiquant « qu’il transmette un message clair, court, concis et percutant ». Alors, futurs communicants, vous savez à quoi vous attendre face à lui! Un homme étonnant, riche en expérience et aux qualités humaines incontestables…

Compte-rendu réalisé par Caroline Senamaud – EFAP 2

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle