S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Charline construit son avenir

Charline construit son avenir

Passer des études d’architecture à la communication, il n’y a qu’un pas. C’est le cas de Charline Freshard, étudiante en 3ème année à l’EFAP Bordeaux, qui effectue un stage à l’Ordre des Architectes d’Aquitaine.

Quel a été ton parcours post-bac et comment as-tu connu l’EFAP ?

Après un Bac Littéraire, je savais exactement ce que je voulais faire : créer. Je me suis donc dirigée vers une Prépa d‘Architecture et Design à Paris. Cette année m’a permis d’apprendre la rigueur mais aussi le processus de créativité. Malheureusement, je ne me sentais pas du tout à ma place dans cet univers très statique et très codifié. J’ai décidé de m’engager dans un cursus de Lettres Modernes à la Sorbonne. Après avoir fait mes trois années et avoir raté ma licence de peu, je me suis remise en question. Pourquoi rester à l’Université, un monde qui ne m’offrait que peu de perspectives d’avenir ? Je voulais quelque chose qui combine à peu près tout ce qui m’intéresse, c’est à dire le graphisme, la culture, les nouvelles technologies, et la littérature. J’ai donc pensé à la communication, puis en faisant des recherches j’ai découvert l’EFAP. J’ai intégré directement en deuxième année l’EFAP Bordeaux.

Que représente pour toi la communication ?

J’aimerais dire aux étudiants un peu perdus, comme je l’étais moi-même il y a quelques années, que la communication est un métier de touche à tout. Il ne met pas les gens dans des cases précises, avec un travail précis à effectuer chaque jour. Je me suis toujours sentie un peu à l’étroit dans le profil qu’on m’octroyait, mais aujourd’hui je me sens à l’aise dans le milieu de la communication à 360°. En somme, je me sens libre d’aller où je veux.

A présent, présente-nous en quelques mots la structure dans laquelle tu travailles actuellement.

Je travaille actuellement pour l’Ordre des Architectes d’Aquitaine. Il s’agit d’une institution culturelle et d’intérêt public, puisqu’elle permet aux architectes de prouver leur appartenance au métier et régit leur droit d’exercer ou non dans la profession. Comme pour l’Ordre des Médecins, les jeunes diplômés doivent prêter serment et veiller à la bonne application du métier. Il en va en effet de la sécurité des citoyens.

Quelles sont les missions qui te sont confiées ? Qu’est-ce qui te plait dans ce stage ?

Je suis assistante attachée de presse. Je m’occupe du pilotage, avec ma collègue et la Directrice de communication, de l’événement « Les Architectes ouvrent leurs portes » qui aura lieu les 6 et 7 juin prochains, à échelle nationale. Je gère donc la réalisation de supports de communication comme les fichiers presse pour chaque région participante, du dossier de presse et des communiqués de presse. Je m’occupe aussi des supports digitaux comme Facebook et Twitter, ainsi que de la préparation des conférences de presse organisées pour faire connaître l’événement aux journalistes.

Ce qui me plaît dans ce stage, c’est la rencontre avec un univers que je ne connaissais qu’en surface. C’est aussi la rencontre avec de nouvelles personnes, et évidemment le fait de s’occuper de quelque chose de concret et réalisé à grande échelle. C’est presque un défi qu’on se lance, tant pour motiver les architectes et les autres Ordres régionaux à participer, et pour leur faire comprendre que c’est pour leur bien. La communication ne s’arrête pas qu’à la porte de mon bureau… Et heureusement !

Après ton stage effectué en EFAP 2 et celui en cours, comment décrirais-tu ton évolution depuis ton entrée à l’EFAP ?

Je n’en suis qu’à mon second stage en tant qu’Efapienne, mais je mets chaque fois un point d’honneur à choisir soigneusement les entreprises où je postule. Mes deux stages ont duré 6 mois, ce qui m’a permis de comprendre et de voir l’évolution d’un projet et le fruit concret de mon travail. Ce qui me faisait un peu peur au début était de devoir me mettre en avant, d’aller au-devant des journalistes. Mais je me prends au jeu chaque jour un peu plus en me créant un réseau de contacts et en rencontrant du monde. Je suis aussi beaucoup plus à l’aise qu’avant face à un public. Je commence à avoir des réflexes de communicant.

Dans quel milieu souhaites-tu évoluer plus tard ?

Je n’ai pas de milieu privilégié, ce qui me plaît c’est avant tout la mission qui m’est proposée. Je pense donc avoir un profil à travailler en agence pour avoir des challenges différents chaque jour.

Marine Mercier – EFAP 4
Correspondante Région EFAP Bordeaux

EFAP, l’école des métiers de la communication

Hugo chez Suez Environnement

SUEZ

École de communication EFAP - Hugo chez Suez Environnement

Thaïs et le milieu équestre

EQUITATION

École de communication EFAP - Thaïs et le milieu équestre

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle