Pauline : devenir Community Manager pour So Shape

Devenue Community Manager pour la marque "So Shape" durant son stage, Pauline nous parle de son expérience professionnelle.

Pouvez-vous nous présenter So Shape en quelques mots ?

So Shape est une marque foodtech 100% française, créée par deux jeunes diplômés, qui développe et distribue des repas diététiques innovants pour aider les personnes à mincir tout en prenant du plaisir. Les repas se présentent sous la forme de berlingots d’environ 230 kcalories, prêts à consommer et qui couvrent les besoins en nutriments et en vitamines de l’organisme. Pas de privation, pas d’effet yo-yo et pas de bouleversement pour le métabolisme ! 

Major de la promo 2012, vous êtes devenue community manager chez So Shape. Pouvez-vous nous dire ce qu'un community manager fait ?

Aujourd’hui, les entreprises sont devenues très attentives aux avis des consommateurs, qui parlent de plus en plus des produits et de leur expérience sur internet, au sein de communautés. Le rôle du community manager est d’animer et de modérer ces communautés pour développer les relations avec les utilisateurs et augmenter la notoriété de la marque, sa « e-réputation ». Concrètement, je réponds aux questions et aux commentaires des utilisateurs de So Shape sur les réseaux sociaux, je les oriente vers le service client ou les coachs diététique, je cherche à convaincre des prospects ou à fidéliser les clients déjà existants en les encourageant et en les accompagnant dans leur processus de perte de poids, avec un ton santé à la fois friendly et très sérieux.

Ce que vous préfèrez dans votre métier ?

Être en interaction directe avec les utilisateurs, on a de la chance chez So Shape car on a des clients super contents et satisfaits qui vont jusqu’à suggérer de nouveaux produits (le shaker saveur Banane Choco, notre petite dernière, c’est eux !), j’ai parfois l’impression d’être leur bonne copine, leur confidente, leur oreille attentive, les échanges sont pour la majorité très agréables !

Quelles sont les qualités et compétences nécessaires pour devenir community manager ?

Pour devenir Community Manager, il faut beaucoup de patience, de tact et d’empathie car on est au contact des clients. Un esprit fédérateur, accueillant, à l’écoute, est aussi nécessaire pour donner envie aux gens de faire partie de la communauté. Enfin, au-delà du côté fun, le job requiert énormément de rigueur et de réactivité : il y a une vraie responsabilité à poster ou à répondre à un commentaire qui sera lu par 155k membres, c’est l’image de l’entreprise et sa e-réputation qui sont en jeu !

Pouvez-vous revenir sur votre parcours après l’EFAP avant de devenir Community Manager ?

En sortant de l’école avec ma formation digitale en poche, j’ai lancé mon propre site internet sur la compétition moto, l’une de mes passions, puis au gré des opportunités, j’ai été amenée à travailler dans le commerce retail où je me suis spécialisée dans le service client et le marketing, et où je manageais de grosses équipes de vente. J’ai par la suite suivi une formation en cuisine et nutrition, par passion. Mon job chez So Shape met donc en perspective tous mes centres d’intérêt, et j’ai en plus la chance d’être en télétravail, ce qui me permet de voyager. Dans quelques mois, je pars m’installer en Californie, où j’espère d’ailleurs accompagner le développement de So Shape sur le marché US ! Et dans quelques années, j’espère que je serai toujours chez So Shape, avec des responsabilités croissantes notamment dans le développement à l’international.

Des rencontres qui vous ont marquée ?

J’ai fait trois rencontres très importantes à mes débuts professionnels, dont une que je dois en partie à mon école de communication, celle de Pierre Ménès, chroniqueur au Canal Football Club, qui m’a beaucoup aidée dans la compréhension du monde des médias avant de devenir un ami ; Cédric Grolet, immense chef pâtissier 2.0, qui m’a donné envie de me lancer dans l’aventure de la cuisine et qui m’a ouvert les yeux sur l’importance de l’utilisation des réseaux sociaux et des communautés ; puis Steven Tordjeman et Raphaël Wetzel, co-fondateurs de So Shape, que j’ai eu la chance de rencontrer en tant que cliente il y a bientôt cinq ans à la naissance de l’entreprise, qui m’ont donné l’opportunité de faire aujourd’hui le job de mes rêves et qui sont des modèles de réussite à suivre !

Quels conseils donneriez-vous à des étudiants ?

À l’EFAP, j’ai appris l’importance du travail en équipe, notamment lors des compétitions sur cas réels – qui font partie de mes meilleurs souvenirs, mais aussi l’importance de croire en soi – ce qui, pour ma part, m’a permis de porter mon mémoire sur l’impact du 11 Septembre sur les médias dont personne ne voulait entendre parler mais qui, au final, à force de passion et d’engagement, m’a permis de décrocher les meilleures notes et de majorer ma promo !

 

Téléchargez une documentation


Merci de sélectionner un campus.