Faire une année de césure durant sa formation communication

Julia a décidé d'effectuer une année de césure durant sa formation communication à l'EFAP Lille. Une année entière où elle met ses études en pause et se consacre à des projets personnels.

Julia a mis sa formation communication en pause pendant un an pour faire une année de césure.

Pourquoi avoir fait le choix d'une année de césure ?

J’ai choisi de faire une année de césure durant ma formtion communication car j’avais un désir de parler anglais. Je voulais partir dans un pays étranger afin d’être complètement immergée et revenir avec des solides bases. Je ne voulais pas arrêter les études mais je savais que j’avais besoin de partir, il le fallait pour mon futur. C’est là que m’est venue l’idée de faire une année de césure, prendre un an et me consacrer à un réel projet qui me tenait fortement à cœur. J’ai des amis qui l’ont fait après le DUT car ils ne savaient pas dans quels domaines ils souhaitaient continuer leurs études. Je savais également que dans certaines écoles de commerce une année de césure est obligatoire entre les deux années de Master. Je me suis alors lancée dans cette nouvelle aventure qui m’enjouait mais m’effrayait à la fois.

Qu'avez-vous fait durant cette année ?

Pendant cette année, j’ai travaillé les six premiers mois. J’ai fait beaucoup de missions pour une agence d’hôtesse sur Lille. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de travailler pour une grande marque de voiture électrique. Ce fut une bonne expérience et ça m’a permis de développer mon réseau et préparer mon voyage. Ensuite, début février, je suis partie à Malte dans une école de langue pour apprendre l’anglais.

Comment s’est passée votre intégration dans ce nouveau pays, cette nouvelle culture ?

En arrivant dans ce pays inconnu j’étais partagée entre la peur et l’excitation. Je n’avais ni ami, ni famille sur place mais pourtant je m’y sentais bien. Je sentais que j’avais fait le bon choix et que c’était ici que j’allais évoluer. Mon intégration n’a pas été compliquée, Malte est une petite île où vivent énormément d'expatriés du monde entier. De plus, étant scolarisée dans une école de langue, je me suis vite fait des amis. Le plus compliqué le premier mois, c’est de réussir à communiquer mais après on prend de l’assurance et nos craintes disparaissent. La culture maltaise est un mix entre la culture britannique et la culture arabique, c’est assez perturbant au début mais ça ne change pas énormément de la culture européenne.

Quel bilan tirez-vous de ce séjour ?

Je pense que partir vivre à l’étranger est l’une des meilleures choses qui me soit arrivée. Sortir de ma zone de confort m’a fait réaliser que rien n’était impossible lorsqu’on s’en donne les moyens. J’ai rencontré des personnes formidables avec qui je suis toujours en contact. J’ai atteint l’objectif que je m’étais fixé grâce à cette expérience. Les bénéfices obtenus sont autant d’un point de vu personnel que professionnel. J’ai développé plusieurs aspects de ma personnalité comme le dépassement de soi et l’adaptation car partir vivre seule dans un pays est quelque chose que je n’avais jamais fait. Échanger avec mes camarades de classe m’a ouvert l’esprit sur les autres façons de vivre en Europe et dans le monde. J’ai beaucoup appris pendant cette année, sur moi mais aussi sur les autres. Je me suis aussi posé beaucoup de questions et ça m’a aussi permis de me recentrer sur ce que j’aimais et je voulais vraiment faire plus tard. Ce voyage m’a enrichie et m’a fait grandir. Je suis consciente de la chance que j’ai eu d’être partie et je le souhaite à toutes personnes qui ont envie de franchir le cap. 

Quels conseils donneriez-vous à des étudiants qui souhaiteraient tenter l’expérience ?

Je pense qu’il faut avoir un projet avant de se lancer dans une année de césure. Ça ne doit pas être un an de perdu mais un an de plus-value pour votre formation communication. Cette expérience doit venir enrichir votre personne que ça soit d’un point de vue personnel ou professionnel.  Je conseille à toutes les personnes qui se posent des questions de foncer sans trop réfléchir. Mettre les peurs et les angoissent de côté et de sauter le pas. Partir à l’étranger pour un semestre ou une année est quelque chose d’unique, une expérience propre à chacun. Il faut croire en soi, en ses projets et saisir les opportunités. Il y a des choses qui arrivent par hasard et d’autres qu’il faut savoir déclencher. L’inconnu vous apportera, quoi qu’il arrive, un développement personnel et culturel.

 

Téléchargez une documentation


Merci de sélectionner un campus.