S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Métiers > Hall of Fame > Emmanuelle BERNARD

Hall of fame

Emmanuelle BERNARD
Photographe

EFAP 1988

École de communication EFAP - Emmanuelle BERNARD

Née à Nice, Emmanuelle Bernard arrive à Rio à l’âge de 3 ans lorsque son père lance son entreprise pharmaceutique. Elle étudie au Lycée Molière jusqu’à son bac puis délaisse l’insouciance de la plage pour étudier la communication à l’EFAP Paris. Pleine de curiosité, elle enchaîne avec 2 années à l’EFAP New York et fait partie de la première promotion aux USA. C’est là, dans les rue de NY que naîtra sa passion pour la photographie.

Qu’avez-vous retenu de vos années EFAP ?

« J’ai adoré l’EFAP, les cours étaient très intéressants et enseignés par des professionnels. Le format était atypique, dynamique, nous avions des travaux de groupe, ce qui favorisait le travail d’équipe mais développait aussi l’esprit de compétition. Je me souviens que je soignais particulièrement la présentation, j’étais déjà très visuelle. J’ai eu un énorme choc culturel quand je suis arrivée à Paris, je n’avais pas de sentiment d’appartenance. New York au contraire était l’intermédiaire entre le désordre de Rio et la sophistication européenne. On se sentait chez soi et puis j’aimais cette mentalité américaine du « just do it ». L’individualité était mise en valeur. »

Quels stages avez-vous effectué lorsque vous étiez à l’EFAP NY ?

« J’ai fait des stages passionnants, avec CNN en tant qu’assistante de Elsa Klensch, productrice et animatrice de Style sur CNN, je travaillais dans la salle de rédaction, puis au Globe, télévision brésilienne. Ensuite, j’ai commencé à travailler dans le département de relations publiques des Galeries Lafayette qui venaient de s’implanter à NY. Mais cela me déplaisait de rester enfermer dans un bureau. »

Comment êtes-vous passée à la photographie ?

« C’est à NY que j’ai réellement commencé à faire de la photographie. J’étais fascinée par l’énergie de la rue. J’ai rencontré un designer qui m’a demandé de photographier son défilé, je ne l’avais jamais fait mais il m’a offert une chance, c’est ce qui m’a donné le courage de continuer dans cette voie. J’ai ensuite rencontré l’éditrice du magazine brésilien « Interview » et j’ai commencé à publier des portraits d’acteurs et de musiciens. »

Vous avez choisi cependant de rentrer faire carrière au Brésil…

« J’ai rencontré un metteur en scène brésilien et je suis rentrée à Sao Paulo mais Rio me manquait, la vie près de la nature et surtout de la mer. Je souhaitais me diriger vers une photographie plus personnelle. Je voulais essayer de montrer ma ville, de montrer pourquoi les gens sont plus heureux, plus légers. Ce désir a donné naissance au premier ouvrage d’une trilogie : Carioca (2010), j’ai photographié les habitants de Rio, la poésie de leur quotidien. Puis j’ai continué avec Ginga (2013), un ouvrage sur la dance, la musique et la diversité pour finir avec Mar (2015) où j’ai essayé de montrer la relation du Carioca avec la plage et les activités qui en découlent, le côté démocratique de la plage où les gens de tous horizons se mélangent. »

Quelles sont les qualités requises dans votre profession ?

« Je ne suis pas la seule photographe à dire cela : être au bon moment et au bon endroit, être attentif à cela, être préparée sur le terrain et attendre que les choses se mettent en place. Ce qui m’a absolument fascinée dans mes livres, c’est que ce n’est pas moi qui allais vers la photo mais c’est la photo qui venait vers moi. »

Est-ce que vous conseilleriez aux étudiants de venir à l’EFAP New York ?

« Oui ! parce que je pense qu’il est très important de sortir de son pays d’origine, surtout lorsqu’on veut faire de la communication. Il faut avoir l’esprit ouvert aux autres modes de vie et cultures pour comprendre le monde et pouvoir passer un message universel.

Parce que New York est une ville vibrante et dynamique, c’est la capitale du système D, à l’image de l’EFAP, dont la philosophie est de rapprocher ses étudiants de la “vraie vie”, à travers des cours avec des professeurs qui ne sont pas des académiques dans le sens traditionnel du mot, qui sont de vrais pros, et à travers des stages qui nous plongent tout de suite dans le cœur de l’action. »


Emmanuelle Bernard
Photographe
EFAP Paris : 1985-1986
EFAP New-York : 1986-1988
www.emmanuellebernardfineartphotography.com

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle