Accueil > Archives 2005-2012 > Véronique FLYE SAINTE MARIE

image

Portrait de Véronique FLYE SAINTE MARIE,  EFAP Lille promo 2003 par Clarisse Daux, EFAP 3 Lille.


Les relations presse, c’est son dada ! Son rêve, les exercer dans le domaine du sport. Mais si celui-ci n’est pas encore réalisé à ce jour, Véronique compte tout de même parmi les chanceux de l’EFAP : le chômage, elle ne l’a jamais connu ! Avril 2003, Véronique passe un entretien à la Communauté Urbaine de Lille pour le poste d’assistante relations presse. En juin de la même année, elle est diplômée de l’EFAP de Lille. Quelques jours avant la remise de diplôme, la Communauté Urbaine de Lille lui apprend qu’elle est engagée et signe son contrat d’embauche. Autrement dit, sa période de recherche d’emploi a été quasi inexistante.

image

C’est un parcours sans embûches qu’a réalisé Véronique. Une scolarité classique et réussie l’a menée à passer deux ans en faculté de droit à Nancy. Mais rapidement elle se rendit compte que le droit représentait pour elle un univers concurrentiel malsain dans lequel elle ne s’épanouissait pas. C’est alors qu’elle choisit l’EFAP et l’intègre en deuxième année. Là, c’est la révélation : elle se découvre une passion pour les relations presse et l’événementiel. Au cours de ses trois ans à l’EFAP, elle fait des stages sa priorité et en réalise cinq : l’un au sein d’une association, l’un au protocole de manifestations officielles du Festival de Cannes, l’un pour Décathlon, un autre à la mairie de Lomme, et enfin celui qu’elle a préférée, au LOSC, pendant neuf mois.

En poste depuis le mois d’août 2003, ses journées à la Communauté Urbaine sont rythmées par les informations. Lire la presse, rédiger des communiqués, répondre aux demandes des journalistes avec lesquels elle se doit de nouer des relations de confiance, sont autant de tâches à accomplir en plus de faire preuve de réactivité dans un métier d’urgence.

Des anecdotes et situations cocasses, à la Communauté Urbaine, elle reconnaît qu’il y en a peu, mais certains travaux qui lui sont confiés prêtent tout de même à sourire, voire à rire. Son contrat de trois ans avec la fonction publique a été renouvelé une fois. Mais le mandat de son supérieur Pierre Mauroy arrivant à son terme dans un an et demi, Véronique craint qu’un changement de président n’entraîne également un changement de toute l’équipe du pôle presse.
Des regrets, elle n’en a pas. Mais de l’ambition oui. Aujourd’hui, même si son travail lui plait, elle désire évoluer et avoir davantage de responsabilités.