Accueil > Archives 2005-2012 > Patrick MANCLIERE

image

Interview de Patrick MANCLIERE, étudiant en Master “Communication et Management d’Évènements” à l’EFAP Paris.

Laurie CATHALIFAUD :  Quand et comment est née l’idée du projet “L’éVILLEmentiel” ?

Patrick MANCLIERE : Nous avons vu un matin d’octobre Philippe COLLEU, conseiller du président des EFAP, débouler en salle de cours en nous disant :

- j’ai une idée !

Je pensais qu’il venait, au moins, de résoudre l’énigme de “l’oeuf et de la poule” (ou quelque chose encore plus fort que la théorie d’Archimède qui, soit dit en passant, n’aura jamais rien fait de plus que de prendre un bain…). Donc tout en poursuivant son propos, il nous dit :

- L’école et moi-même avons eu une idée, nous allons créer un grand prix de l’événement d’ampleur nationale, mais c’est vous, la promotion, qui en assurerez l’organisation.

(et là, j’ai rapidement compris que la réponse de cette fameuse énigme n’était pas vraiment d’actualité, mais que l’on risquait fort de jouer les sous-marins dans la baignoire d’Archimède).

L.C :  Quels sont les objectifs de ce concours ?

P.M : Ce concours vise à récompenser les municipalités qui se sont distinguées en organisant l’action de communication événementielle la plus originale et la plus créative au cours de l’année 2006, dans les domaines culturel, social et sportif.

L.C :  En quoi consiste ce projet ?

P.M : Comme il ne s’agit pas de résoudre l’énigme dont je parlais un peu plus haut (oui, oui, celle de l’oeuf et de la poule), on pouvait penser que c’était du tout cuit (non pas l’oeuf, le grand prix). Mais en fait, il a fallu trouver un nom, créer un logo, un site Internet, assurer une cohérence visuelle de tous ces éléments de communication, trouver des partenaires qui puissent donner à cette initiative tout le sérieux et la crédibilité qu’elle mérite. Puis, nous avons créé un dossier de candidature à destination des collectivités territoriales qui, après impression, leur sera adressé très prochainement par voie postale.
Cette opération de mailing très laborieuse a suscité de nombreuses discussions au sein de la promotion : combien d’exemplaires devons-nous imprimer, comment sélectionner les communes sur les plus de 36 000 existantes ?
Une fois cette première étape passée, une autre tout aussi importante devra être assurée : une assistance téléphonique ainsi que la réception des dossiers pour une première sélection qui s’effectuera en amont de celle jury.
Puisque nous parlons du jury, ce dernier est aussi une cause d’intenses débats : qui choisir, sachant que ce dernier doit être représentatif des trois catégories du Grand Prix ?
Et enfin, parallèlement à tout cela, l’organisation de la cérémonie de remise des Trophées, suivie d’un cocktail, nous accapare tout autant.
Voilà, brossées succinctement, les grandes étapes d’organisation de “L’éVILLEmentiel”.
Inutile de préciser que c’est un challenge passionnant qui nous offre l’opportunité d’être en contact, dans des conditions réelles, avec les acteurs du monde de la communication.

L.C :  Quel est votre rôle au sein de ce concours ?

P.M : Je me suis occupé, pour le moment, des travaux de PAO, du site Internet et des partenariats.

L.C :  Quel a été votre parcours ?

P.M : Mon parcours est quelque peu atypique.
Après une très belle carrière au sein de l’armée de l’air, j’ai souhaité donner un nouvel élan à ma vie professionnelle et mon choix s’est tout naturellement orienté vers une activité qui me tenait beaucoup à coeur et que j’ai exercée en parallèle (un peu comme une danseuse), durant de nombreuses années au sein du ministère de la défense : la communication.

L.C :  Pourquoi vous êtes vous dirigé vers l’Evènementiel ?

P.M : Pourquoi l’événementiel ? Pourquoi pas ? Non, beaucoup plus sérieusement, je dirais que l’événementiel est un secteur jeune en pleine structuration. Par ces temps de formalisme et de monotonie, il offre encore des possibilités de créativité d’étonnement et un pouvoir de mémorisation extrêmement important. C’est encore un des rares domaines où tout est possible ou il ne semble pas y avoir de limite et ou la raison ne régente pas encore trop les choses…

L.C :  Quels sont vos objectifs à présent ?

P.M : Mon premier objectif est, bien sûr, de réussir cette reconversion, une façon pour moi de remercier l’EFAP pour sa “largeur d’esprit” et la confiance qu’elle m’a témoigné en m’autorisant à suivre ce cursus. Le second est de devenir un intervenant crédible et un professionnel efficace, ce qui devrait pouvoir, avec beaucoup de travail de ma part, se réaliser, tant le programme suivi est de qualité, aussi bien au niveau des “intervenants” que des matières enseignées.


Retrouvez l’article sur le concours “L’éVILLEmentiel” en cliquant ici.