Accueil > Archives 2005-2012 > Constance COHEN

image

Constance Cohen (Efap - Image & Médias 4) est salariée depuis le mois d’août au sein de KM Prod, qui produit le “Grand Journal” animé par Michel Denisot sur Canal +. Elle fait le déplacement à Cannes, pour la deuxième fois consécutive, où l’émission dédiée au Festival est retransmise en direct.


- Que représente pour toi le fait d’être au Festival de Cannes ?


Constance Cohen: C’est un rêve qui se réalise ! C’est pour vivre ce genre d’événement qu’on fait de la télé ou du cinéma, donc c’est vraiment génial d’y aller même si ce n’est pas ma première fois.


- Qu’attends-tu de cette expérience ?


C.C: L’émission change, on n’occupe plus les mêmes postes. La pression est démultipliée. C’est un moyen de montrer ses qualités dans des domaines inhabituels. C’est à la fois une grande colonie de vacances, avec 50 personnes de la production et beaucoup d’activité puisqu’on travaille tous près de 12 à 14 heures par jour. Mais cela nous sort tellement du quotidien que tout se passe très bien.

image


- Parle-nous du poste que tu occupes au « Grand Journal ».


C.C: Normalement, je suis assistante du rédacteur en chef de l’émission. À Cannes, je suis chargée de la coordination avec la chaîne Téléfestival, qui a l’exclusivité des conférences de presse, des interviews et des « photo calls ». Par exemple, je m’occupe du choix des images qui sont utilisées pour le « Grand Journal ». Comme c’est la même société de production qui la produit (KM) on dispose des droits gratuitement.


- Comment s’est déroulée ton embauche ?


C.C: Cela c’est passé l’année dernière, justement après avoir fait mes preuves pendant le Festival. J’effectuais mon stage chez KM Prod. On est parti à Cannes en mai et tout a été concluant. J’ai été embauché en Août de la même année.


- Comment es-tu arrivée à l’EFAP ?


C.C: J’ai suivi des études de droit pendant 3 ans afin de me spécialiser en droit de l’audiovisuel.  Je me suis rendue compte que je n’étais pas dans la bonne voie. J’ai commencé à chercher une école de communication qui proposait une formation en audiovisuel. J’ai découvert l’EFAP grâce à son site Internet, en plus, après avoir demandé autour de moi; c’était l’école qui revenait le plus souvent.


- Quid de ta vie d’étudiante à l’EFAP ?


C.C: Je suis très satisfaite de mon cursus à l’EFAP, même si la dernière année était plus dure, puisque je travaillais en même temps. Tout s’est finalement très bien passé, malgré cette pression supplémentaire. Je me suis trouvée un groupe d’efapiens d’une dizaine de personnes, dans lequel je me sens bien, on se voit souvent en dehors des cours.


- Que peut-on te souhaiter pour les années à venir ?


C.C: D’avoir un poste avec plus de responsabilité et toujours à la télé…

 


Interview: Marc Daou