Accueil > Archives 2005-2012 > Géraldine, l’École Française des Formateurs

 

Rencontre avec Géraldine, diplômée de l’EFAP Lyon en 2001 et fondatrice de l’École Française des Formateurs


Pourquoi avoir choisi de faire l’EFAP ?

Dans le cadre de mes études antérieures à l’EFAP, j’ai été en alternance pendant 2 ans dans le domaine de la grande distribution. Chaque jour, j’observais des tensions relationnelles devant lesquelles je me sentais impuissante. Je me suis dit qu’il fallait que je poursuive mes études en communication, afin de retourner plus tard en entreprise pour mettre en place des outils efficaces pour faire évoluer/améliorer les comportements.
Une école de communication me semblait donc être la réponse. Et, tant qu’à choisir, autant prendre la meilleure. Je me suis donc retrouvée quelques mois plus tard dans le cursus de formation de l’EFAP Lyon, en admission parallèle.


Quels souvenirs gardez-vous de vos années d’études au sein de l’école ?

Des souvenirs de travaux en groupe : la tension du délai et de la remise de projets, mais aussi l’interaction avec le groupe. Des cours de créativité et de marketing, que j’utilise toujours. De stages très riches, et très nombreux. De débats houleux, apprentissage de l’argumentation et de l’exemple. De grandes tranches de rire aussi et de la détente.


Au sein de quelle(s) entreprise(s) avez-vous travaillé avant de créer la votre ?

J’ai travaillé dans des entreprises qui m’avaient accueilli en stage à l’EFAP (Hermès, Richard Bagur Architecture intérieure), puis à l’université où, après avoir fabriqué des outils de communication, j’ai très vite été sollicitée pour animer des cours.


Quelles sont les raisons qui vous ont conduites à créer votre propre société ? Quelles difficultés avez-vous rencontré à sa création ?


Mon entourage professionnel de l’époque m’a vite encouragé à me mettre à mon compte. J’avais, semble-t-il, un profil qui correspondait à cela. J’ai donc été très vite indépendante, pour exercer le métier de formatrice en communication, management et vente. D’abord dans des écoles de commerce et d’ingénieurs, puis très vite en entreprise. Au bout de quelques années, on m’a de plus en plus sollicitée pour former les formateurs. Et c’est le domaine dans lequel je me suis le plus épanouie.

 

 



La formation me permet d’utiliser toutes les facettes de mon profil (créativité, gestion, animation, relation, communication). La formation des formateurs me donne également l’occasion de transmettre cette compétence et cette énergie. Que du bonheur !


Pouvez-vous expliquer le concept de “l’École Française des Formateurs” ?

L’Ecole Française des Formateurs© est un cycle de formation résidentiel de 10 jours (4+4+2) permettant de professionnaliser sa pratique de la formation, et/ou de devenir un formateur d’exception, par une approche en 3 temps, que l’on appelle le kaléidoscope :
1. Travailler sa relation à soi : confiance et estime de soi, projet de vie, un vrai travail de développement personnel du formateur.
2. Découvrir et tester les techniques d’animation les plus efficaces : les meilleurs jeux de formation, présentés sous forme de pocket cards pour pouvoir les réutiliser facilement en situation.
3. Développer sa créativité, en fabriquant ses propres itinéraires pédagogiques innovants, ludiques, uniques.

La démarche est validée par une certification en fin de parcours, où chaque participant présente un itinéraire expert, et anime 3 séquences devant un jury de professionnels (directeurs d’organismes de formation, formateurs, consultants)


Votre parcours professionnel ressemble t-il à ce que vous vous imaginiez au lycée ?

Quand j’étais lycéenne, je voulais être avocate. Je fais aujourd’hui un métier que je trouve assez proche, dans la transmission d’idées, d’arguments, d’exemples et aussi d’émotions. Proche aussi dans l’écoute de l’autre : lui laisser de la place pour s’exprimer, se positionner, aller chercher ses réponses.


Quelle est, selon vous, la principale qualité requise dans votre métier ?

Dans le métier d’entrepreneur : le courage, sans doute, il ne faut pas hésiter à parler de ses projets, à convaincre. Avoir confiance en soi aussi, c’est important, toujours croire que c’est possible.
Dans le métier de formateur : la créativité, l’ouverture, l’inclusion et l’humour !

 

Portrait chinois, si vous étiez…

Un livre : Jonathan Livingstone le Goéland, pour la difficulté d’avancer parfois dans d’autres directions que ses proches.
Un film : La belle verte, de Coline Serreau. Pour le recul, la remise en question
Une chanson : Jailer, Asha. Calme et dynamisante en même temps. Je mets toujours celle-ci pour démarrer mes formations.
Une couleur : Les couleurs de l’école sont mes couleurs !
Un animal : Un chat, j’aime leur indépendance et leur élégance.

 


Propos recueillis par Agathe Verguin (EFAP 2)


EFAP • Ecole des métiers de la communication