Accueil > Archives 2005-2012 > Sylvie ELLES - promo 1974

image





Rencontre avec Sylvie ELLES, diplômée en 1974 de l’EFAP. Sa détermination, son professionnalisme mais aussi son audace, lui ont permis une carrière fulgurante. En effet, elle a compté parmi les meilleurs communicants de la génération 1980-2000. On ne peut qu’être admiratif devant un tel parcours !



Bonjour Sylvie, pouvez-vous nous dire pour quelles raisons, à l’époque, avez-vous choisi d’intégrer l’EFAP ?
Je venais de commencer des études de journalisme au moment ou la presse écrite commençait à battre de l’aile. Ne souhaitant pas continuer dans cette voie, j’ai cherché une alternative. Une école de communication était pour moi la meilleure option. C’est pourquoi, mon choix s’est tourné vers l’EFAP : une école innovante et différente des autres établissements de l’époque.

Quel a été votre parcours ?
Après mon diplôme, j’ai été embauchée en tant qu’assistante de l’attachée de presse chez Yves Saint Laurent Parfum. Cette marque appartenait à l’époque au groupe américain Charles Of The Ritz. J’assistais la directrice des relations publiques pour ces deux marques. Après son départ, j’ai été nommée responsable des relations publiques France. Je venais tout juste d’avoir 22 ans quand YSL a lancé le légendaire parfum OPIUM : une réponse de taille face aux marques américaines. Je suis particulièrement fière d’avoir participé à cet événement révolutionnaire dans le monde de la parfumerie du XX eme siècle !

Le succès était tel qu’une direction internationale des relations publiques pour les parfums YSL a été créée. On m’a proposé le poste de directrice, j’ai accepté malgré mon jeune âge, car c’était pour moi un véritable challenge !

Après 10 années passées chez YSL, j’ai quitté l’entreprise pour goûter aux joies de la maternité. J’ai passé ensuite cinq années à la direction des relations publiques internationales chez Claude Montana. Puis, je suis entrée chez Thierry Mugler. Un nouveau défi, car il s’agissait de gérer la création d’une direction de la communication réunissant les pôles couture et parfum, chose qui n’existait pas en France. Le but était de créer une synergie et d’assurer le lancement d’un nouveau parfum. J’ai terminé mes 5 dernières années de carrière chez Mugler en tant que directrice marketing et communication.

Que faites-vous aujourd’hui ?
Aujourd’hui, je me suis reconvertie dans la fiscalité et la gestion de patrimoine, ce qui n’a rien à voir ! Un nouveau challenge et sans doute un nouveau commencement pour moi. Comme quoi, l’EFAP peut vous mener partout !

Qu’est-ce que l’EFAP vous a apporté dans votre carrière ?
Indéniablement, cette école m’a aidé au commencement ! J’ai appris à avoir davantage confiance en moi à travers l’expérience acquise en stage et la théorie enseignée à l’école. Grâce à mes acquis de l’EFAP, j’ai trouvé les ressources en moi pour occuper un poste à hautes responsabilités, au tout début de ma vie professionnelle. C’était un immense défi mais je suis très fière d’avoir réussi !

Quelle attitude devrait avoir, selon vous, un bon communicant ?
Personnellement, je conseillerais de ne jamais avoir peur de rien ! On a tous en soi la capacité de réussir, il ne faut pas hésiter à se prendre en main, à être maître de son destin. Dans le milieu de la communication, il est d’autant plus nécessaire de se forger une carapace, afin de pouvoir résister à l’échec. La vie professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille !

Propos recueillis par Anne-Sophie Cariou

EFAP • l’école des métiers de la communication depuis 1961