Accueil > Archives 2005-2012 > Clémence planche sur l’écologie

image



Rencontre avec Clémence Azcue Lafargue, étudiante en EFAP 4, actuellement en stage à Surfrider Foundation Europe à Biarritz.

Quel est ton parcours universitaire ?

Après un Bac littéraire, j’ai suivi une Licence d’anglais à l’Université de Pau et j’ai intégré par la suite l’EFAP Bordeaux en deuxième année.

Tout d’abord, peux-tu nous décrire les missions de Surfrider Foundation Europe ?

Le but est de protéger le littoral et la population qui en jouit. Cela passe par la sensibilisation, le lobbying et inévitablement la communication qui joue un rôle primordial. Les objectifs principaux de Surfrider Foundation Europe sont tout simplement de lutter contre la pollution des océans et faire comprendre dès aujourd’hui les enjeux de leur protection. Nous devons donc changer nos comportements, entre autres les habitudes de consommation.

De plus, Surfrider Foundation a une envergure internationale. L’association, qui est née aux Etats-Unis en 1984, a servi de modèle pour créer des antennes locales dans le monde entier : Surfrider Foundation Europe, Surfrider Foundation Brazil, Surfrider Foundation Japan, Surfrider Foundation Australia. L’association compte aujourd’hui plus de 60 000 adhérents à travers le monde.

Quelle était ta motivation pour faire ton stage dans une association ?

Le fait de véhiculer des messages auprès du grand public, avec l’envie et la conviction de changer les choses, me tient à cœur. De plus j’ai un grand amour pour le Pays basque !

Quelle est ta mission au sein de l’association ?

Je suis Assistante du Responsable Communication. Mes missions sont variées puisque je fais un stage d’un an. Du 24 au 27 mars 2011 auront lieu les initiatives Océan partout en Europe. C’est un week-end éco-citoyen ouvert au grand public pour sensibiliser et mobiliser sur la problématique des déchets aquatiques. Dans la perspective de ces initiatives, je m’occupe de tous les outils de communication. Cela va de la rédaction à la traduction, de l’élaboration des messages à la mise en page. Nous avons plusieurs cibles : le grand public, l’institutionnel, les associations sportives, et tout cela à l’échelle européenne ! Ceci constitue donc ma mission principale. Je suis également amenée tout au long de mon stage à utiliser les techniques de communication que nous avons apprises à l’EFAP comme la rédaction d’articles ou encore celle des communiqués de presse…

Etais-tu investie dans l’écologie avant même de faire ce stage ?

Oui ! Mais mon stage a tout de même éveillé une nouvelle conscience écologique. En général, on ne se rend pas compte de l’ampleur du problème si l’on n’est pas vraiment investi dans la problématique en elle-même. Tout le monde peut changer les choses même par des petits gestes du quotidien.

Que t’apporte ce stage aussi bien sur le plan professionnel que personnel ?

Déjà, le fait que l’on soit à temps plein en 4ème année représente un réel pas dans la vie active. Mais aussi la relation de confiance que j’entretiens avec mon maître de stage amène une autonomie et des responsabilités nouvelles. La polyvalence de mes missions me permet de mettre en œuvre tous les enseignements reçus à l’EFAP. Personnellement, mon investissement en écologie m’a fait grandir, car le fait d’être en charge d’une mission si particulière fait qu’on s’investit à fond. Tu dépasses ainsi tes limites.

Une question que se posent toutes les filles qui vont lire cette interview : as-tu eu l’occasion de rencontrer Bixente Lizarazu, ambassadeur de Surfrider Foundation Europe ?

Oui ! Bixente Lizarazu est depuis de nombreuses années engagé dans cette association. Surfrider Foundation Europe a fêté dernièrement ses 20 ans. A cette occasion, une soirée d’anniversaire a été organisée à laquelle j’ai participé. Bixente Lizarazu était donc présent tout comme Guy Forget ou encore Tom Frager (surfeur et chanteur à succès).

As-tu une autre anecdote à nous confier ?

Après Bixente Lizarazu, c’est au tour de Vincent Cassel de s’engager aux côtés de Surfrider Foundation Europe avec des projets plus alternatifs. J‘ai l’espoir de le croiser dans les couloirs des locaux !

Idoya Grzimek - EFAP 3
EFAP, l’école des métiers de la communication