Accueil > Archives 2005-2012 > Stéphanie Porcheret, Directrice de Papiers de Soi

image

Stéphanie Porcheret, Promotion 1995.

Après 15 ans dans la communication, Stéphanie plaque tout pour créer sa propre entreprise, Papiers de Soi et propose de créer des faire-parts entièrement sur-mesure. 

Comment vous est venue cette idée plutôt originale ? 
Ce projet ne vient pas de nulle part : avec un grand-père relieur et un père imprimeur, on peut même dire que je suis née dans le papier. L’odeur de l’encre, les couleurs, le rythme infernal des machines ont bercé mon enfance. Il y a un côté quasi génétique ! Et puis, j’ai toujours été attirée par le fait de créer quelque chose.

Mais alors, pourquoi avoir attendu 15 ans avant de vous tourner vers ce métier ?
J’ai mis longtemps à prendre conscience de ce besoin de créativité et à me “l’avouer”. Lorsque j’étudiais les disciplines artistiques à l’école (dessin, musique), il ne m’était jamais venu à l’esprit qu’un jour je pourrais m’y épanouir.

D’ailleurs, au-delà de la création graphique, je me suis aussi mise au piano, mais je fais des faire-part bien mieux que je ne joue. En même temps, ça n’est pas difficile ! En France, à l’inverse d’autres pays, les métiers manuels et créatifs ne sont pas mis en avant. Ce qui n’est pourtant pas logique car ces métiers demandent de la réflexion et une prédisposition manuelle ! Comme j’étais plutôt bonne élève, on m’encourageait à faire des études plus classiques. 

Parlez-nous de votre parcours :
J’aimais écrire, manier les textes et décrypter ceux que je lisais. J’étais très attirée par le journalisme qui permettait ce travail de la langue. Je me suis donc dirigée vers la filière L. À la fin du lycée, j’ai parcouru les salons d’étudiants à la recherche d’une formation. 

Et c’est là que vous avez entendu parler de l’EFAP ?
Exactement et j’ai eu le coup de foudre pour cette école. Il est vrai que son concept était attirant: une panoplie de métiers, le système en alternance qui permettait une insertion professionnelle directe, une école à taille humaine et des intervenants qui étaient dans le métier. Je n’ai pas regretté mon choix ! Les trois années à l’école ont été un vrai plaisir. Les cours étaient passionnants, il y avait une bonne ambiance. Je me souviens qu’à cette époque, je me positionnais assez naturellement en tant que créa lors des travaux de groupe. 

Puis, 15 ans de communication…
J’ai travaillé dans plusieurs domaines de la communication : agence de publicité, design, industrie, œnologie pour finir Chargée de communication dans une banque où je suis restée 8 ans. Là-bas, j’étais notamment chargée d’organiser les vernissages des expos de peinture qui avaient lieu dans le hall du siège. Des rencontres passionnantes mais aucune évolution en 8 ans, c’est long…

Lassée, j’ai décidé de faire un bilan de compétence qui à révélé mon besoin d’indépendance dans le travail et a assuré mes capacités créatives. C’est là que tout a réellement commencé. Il faut savoir que l’idée m’avait déjà effleuré mais sous une forme un peu différente.

Lorsque j’étais enceinte, je recherchais des produits originaux pour mes enfants et j’avais découvert un certain nombre de petits créateurs. En me projetant, je m’étais dit qu’un jour, je créerai un magasin qui proposerait des objets peu conventionnels dédiés aux bébés, dont des faire-parts sur mesure. J’ai décidé de ne garder que l’idée des faire-parts et de travailler sur Internet. Le 4 mars 2009, Papiers De Soi a réellement vu le jour après un an de “gestation” ! 

Pourquoi ce nom ?
Je l’ai trouvé lors d’une soirée brainstorming entre copines. Et j’ai tout de suite su que c’était le bon. D’abord parce que l’idée du jeu de mots me plaisait (toujours les mots…) ! Et puis le mot “Papiers” rappelle la matière principalement utilisée dans la réalisation d’un faire-part bien sûr. Le Soi quant à lui correspond plus au côté personnel, unique, intime aussi ; lorsqu’on l’entend, on pense à la soie, cette matière noble, brillante, un peu luxueuse aussi ! 

Qu’est ce qui vous distingue de vos concurrents ?
On peut trouver des tonnes de modèles de faire-parts, sur Internet ou ailleurs. A des prix défiant toute concurrence. Mais des faire-parts tels que je les conçois, véritablement sur-mesure, racontant une histoire unique et particulière ; créés après avoir rencontré et découvert qui sont les gens en face ; j’en connais peu à vrai dire.

Je crois que mon originalité réside dans cette découverte fouillée et dans le fait que je mets non seulement les faire-parts en page, mais également en mots. Je suis très attachée à la cohérence entre le visuel et le texte. J’utilise souvent l’image d’un panier que je remplis de pelotes de laine au fur et à mesure de l’entretien et dont vont d’échapper des petits bouts de fils. Je tire dessus et les déroule ensuite pour tricoter et entremêler les couleurs qui seront le reflet des envies de mes clients.

La majorité de mes clients sont de jeunes mariés, jeunes parents, mais aussi des entreprises. Je n’allais pas mettre mon expérience auprès des professionnels au placard comme ça !

Désormais Papiers De Soi existe depuis presque 1 an, quel est votre bilan ? 
Que du bonheur ! Je vais même vous dire quelque chose qui va vous surprendre : ça fait un an que j’ai l’impression de ne plus travailler.

Je crois que c’est à ce moment-là qu’on réalise que ce que l’on fait nous convient vraiment. Sur le plan professionnel, je suis optimiste car jusqu’à maintenant tous mes clients sont ravis et le bouche-à-oreille fonctionne très bien. Bien entendu, je ne peux pas prédire l’avenir, mais je sais que j’ai fait le bon choix et je ne regretterai rien si un jour l’aventure devait s’arrêter. 

Papiers de Soi 06 63 08 50 19
http://www.papiersdesoi.com    et   http://papiersdesoi.blogspot.com


propos recueillis par Alice NIQUET, étudiante en EFAP3


EFAP, l’école des métiers de la communication