Accueil > Archives 2005-2012 > Sébastien - Télé Melody

image

Rencontre avec Sébastien Picquart – EFAP III en stage chez Télé Melody.

Arrivé en septembre dernier en EFAP III, Sébastien Picquart nous fait part de ses impressions concernant son premier stage d’efapien, qui vient tout juste de se terminer.

Quelles études as-tu fait avant de rentrer en accès parallèle à l’EFAP ?
A 23 ans, j’ai un parcours un peu atypique. Après un Bac STI Génie Electronique, j’ai passé en deux ans mon DUT informatique. Cette formation m’a permis d’acquérir bon nombre de connaissance et je suis désormais capable de créer un site internet. Malgré tout, j’avais d’autres ambitions pour l’avenir et je ne me voyais pas continuer toute ma vie dans ce secteur. Pour cette raison, j’ai cherché une école qui serait complémentaire à mes connaissances déjà acquises grâce à mon DUT. J’ai rapidement orienté mes recherches vers le domaine de la communication car celle-ci passe de plus en plus vers les nouvelles technologies. Le choix de l’EFAP s’est très vite imposé et j’ai donc décidé de passer le concours d’entrée, que j’ai obtenu !

Ta période de stage a commencé en janvier dernier, peux-tu nous expliquer comment et où as-tu trouvé ton stage ?
Au départ, ne sachant pas vraiment vers quel secteur de la communication me diriger, j’ai demandé l’aide de Laurent Noël, le responsable des stages de l’EFAP. Celui-ci m’a vivement conseillé de postuler chez « Télé Melody », chaine de télévision basée à Tourcoing. J’ai pris en compte ses recommandations, envoyé ma candidature à la chaine et j’ai finalement intégré l’équipe au statut de stagiaire, du 5 janvier au 3 avril dernier.

Quelles étaient tes missions au cours de ces trois mois à Télé Melody ?
Mon maitre de stage, Olivier RAMOND, m’a nommé « chargé de production ». Concrètement, j’étais responsable du programme : « Melody de stars ». Le principe de cette émission reprend en partie celui de « l’Aparté » sur France 5.

image



J’étais chargé de contacter les artistes (ou leurs intermédiaires) pour les inviter à participer à l’émission. A cette occasion, j’ai travaillé en étroite relation avec les maisons de production (notamment « Vérone »), mais aussi des maisons de disques et de nombreux attachés de presse.

Mon travail commençait par une veille sur internet pour savoir qui se produisaient en concert sur la métropole. Là, j’établissais une liste potentielle d’artistes susceptibles d’accepter de participer à l’émission ou nécessitants de promotion. Je proposais ensuite celle-ci à ma direction qui donnait ou non son aval pour les contacter.  En règle générale, les artistes étaient rapidement d’accord de se rendre sur l’émission, comme par exemple Daniel Levy de la comédie musicale « Les 10 commandements ». La difficulté se trouvait avant, au moment de joindre les attachés de presse des artistes, notamment celui de Patricia Kaas. On passe de contacts en contacts avant de réussir à joindre la bonne personne.

Une fois l’artiste d’accord pour participer à l’émission, le travail était loin d’être terminé. Je contactais un des animateurs pour l’émission (le plus souvent « Tonton SIGISMON »), je réservais une maquilleuse, et selon l’envie de l’artiste, un restaurant. Plus tard, pendant les émissions, j’étais présent, derrière les caméras pour assurer en cas de problème. Enfin, post-émission,  je faisais signer un contrat de diffusion à l’artiste.

Quel bilan pourrais-tu faire de ces trois mois de stage à TéléMelody ?
Cette expérience de trois mois m’a vraiment plu. Elle m’a d’abord permis de développer mon sens du relationnel et de la négociation. Par ailleurs, j’ai découvert un milieu qui m’était totalement inconnu : j’ai vu comment on montait une émission de TV d’un bout à l’autre. J’ai apprécié d’être utile d’un bout à l’autre de l’émission et pas qu’au début. Ainsi j’ai systématiquement pu voir la réalisation de mon travail en amont. L’équipe était jeune et on s’entendait tous bien, ce qui facilite considérablement les choses au quotidien. Enfin, j’ai également appris à rendre des comptes à une hiérarchie. Pour finir je dirais que ce stage m’a confirmé que la communication est vraiment le secteur dans lequel je souhaite m’épanouir. A l’avenir, même si je souhaite avant cela découvrir d’autres milieux à travers mes futurs stages, je me vois bien travailler plus tard dans le milieu relationnel.

Propos recueilli par Flore Girard (EFAP Lille-Europe III)

EFAP, l’école des métiers de la communication