Accueil > Archives 2005-2012 > Marine - Mille & Une Vagues

image

Rencontre avec Marine Carrié, étudiante en EFAP4 Entreprise et déjà embauchée en CDI comme attachée de presse junior, au sein de l’agence Mille & Une Vagues.

Fabien : Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Marine : Mon parcours avant l’EFAP a été tout ce qu’il y a de plus classique : j’ai fait un cursus général et j’ai obtenu un baccalauréat économique et social. En toute honnêteté, je ne savais pas exactement vers quelle orientation me diriger, mes résultats me permettant de prétendre à diverses voies. J’ai connu l’EFAP lors d’un salon de l’éducation, et cette école m’a tout de suite paru adéquate et propice à la réalisation de mes projets. J’ai donc passé le concours de l’EFAP, en janvier 2005, et y suis entrée dès la première année, en septembre. Je me suis inscrite dans la filière Agence & Entreprise et ai choisi la filière entreprise en troisième année. Je n’ai effectué que trois stages différents au cours de mon cursus, car j’ai choisi de prolonger la plupart d’entre eux pour pouvoir m’enrichir et apprendre le plus possible du milieu professionnel. J’ai effectué un stage à l’APPM (Association pour la Promotion de la Presse Magazine), où j’ai fait beaucoup d’événementiel pour promouvoir le magazine en tant que média d’influence, j’ai ensuite fait un stage chez Albertine & Média (agence de RP dans la finance, le juridique et le médical), peu formateur, il m’a permis de me rendre compte dans quel domaine je ne voulais pas travailler ! Hé oui, cela sert à ça aussi les stages… Et enfin, mon dernier stage a été chez Mille & Une Vagues, agence de relations presse, relations publiques et d’événementiel spécialisée dans le sport et l’art de vivre. J’ai été embauchée en troisième année en CDD, qui s’est transformé en CDI début janvier, une chance par ces temps de crise ! 

Fabien : Pourquoi avez-vous choisi cette école et non une autre ?
Marine :
L’atout majeur de l’école sont les stages. Avoir la possibilité de se professionnaliser dès la première année en étant intégré dans le monde de l’entreprise est un avantage et un acquis que les étudiants d’autres écoles et universités n’ont pas forcément l’opportunité d’avoir. Pendant 4 ans, de nombreux stages sont possibles dans diverses structures, et ce, notamment grâce au service des stages de l’EFAP. De plus, l’EFAP est une école connue et reconnue des professionnels de la communication, ce qui n’est pas négligeable lorsque l’on cherche une école.

Fabien : Pouvez-vous nous présenter vos tâches quotidiennes ?
Marine :
Je suis actuellement à un poste d’attachée de presse junior. Je travaille en binôme pour deux clients : Le Groupe Banque Populaire(sponsor dans la voile) et l’Office de Tourisme des Contamines-Montjoie (station en Savoie).

Pour ces deux clients, la « base » est similaire : il s’agit de relations presse pures et dures :

image

- Contact avec les journalistes
- Rédaction de communiqués de presse
- Élaboration de recommandations stratégiques
- Rédaction de dossiers de presse
- Organisation de voyages de presse
- Réalisation de revues de presse
- Réalisation de banques images
- Bilan de missions et reporting mensuel.

Je m’occupe également de la mise en ligne de contenus (news, vidéo, photos, interviews) sur le site voile du Groupe Banque Populaire. Enfin, en collaboration avec l’une des deux directrices associées, je suis en charge de ce qui est communication autour de l’agence, refonte du site internet Mille & Une Vagues, réalisation de cartes de vœux …

Fabien : Quelle est la structure de Mille & Une Vagues ?
Marine :
Mille & Une Vagues est composée de six personnes : deux directrices associées et quatre attachées de presse. Les équipes sont donc très réduites ! Mais ce nombre restreint permet une cohésion et un esprit d’équipe très fort. Nous travaillons souvent en binôme et les deux directrices associées chapotent l’ensemble. Le fait d’être peu nombreuse permet de savoir sur quel projet travaille chacune des personnes de l’agence et ainsi de pouvoir s’aider mutuellement, réfléchir à des idées ensemble, etc. Sans hypocrisie, je ne vois pour le moment pas d’inconvénient à travailler en petite équipe.

Fabien : Comment vous voyez-vous évoluer professionnellement dans les cinq prochaines années ?
Marine :
Je pense devenir chef de projets pour un ou plusieurs clients, peut-être aller dans une entreprise plus grande pour voir ce qu’il se fait ailleurs. Je ne pense pas rester dans les relations presse indéfiniment. C’est un métier, certes enrichissant et où l’on est obligé de se dépasser et donner le meilleur de nous-même pour obtenir des retombées médiatiques, mais cela demande parfois un peu trop de sacrifices…

image

Propos recueillis par Fabien Furst, étudiant en EFAP3

EFAP, l’école des métiers de la communication