S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Yannick CELLIER - France 2

Yannick CELLIER - France 2

Assistant de production ou l'homme aux multiples casquettes... Tout un programme !

Yannick Cellier est tous les jours du lundi au vendredi dans les coulisses d’une des émissions les plus regardée en France depuis bientôt presque 10 ans : C’est au programmeBonjour Yannick, pourriez-vous nous dire ce qui a motivé votre choix de l’EFAP plutôt qu’une autre école ?
Pour être sincère avec vous, j’ai connu l’EFAP quelques mois avant la rentrée scolaire.
Jusque là j’avais fais une seconde générale, un Bac Littéraire, toujours général, un BTS Action commercial, encore assez général… mais il fallait bien que je trouve ma voie puisque je n’étais pas convaincu par la filière commerciale !
J’ai donc arpenté les salons étudiants, j’ai découvert différentes écoles et me suis senti particulièrement attiré par la communication.
J’ai donc rencontré dirigeants et étudiants de deux écoles : l’EFAP Lyon et l’ISCOM, j’ai passé les concours d’entrée de ces deux établissements, j’ai reçu une première réponse positive de l’ISCOM mais ai préféré attendre celle de l’EFAP… qui a été, elle aussi positive !
Si j’ai préféré attendre la réponse de l’EFAP c’est que 3 choses avaient retenu mon attention : le réseau d’entreprises, le réseau des anciens élèves et… je pouvais prendre des vacances en été me permettant ainsi de travailler ! C’est bête mais pour bon nombres d’étudiants cela peut avoir son importance.
Vous noterez que je suis quand même resté dans ma ligne de conduite : général, toujours général, puisque les choix et les débouchés proposés par l’EFAP sont assez larges : presse, relations publiques, communication, événementiel, audiovisuel…

En quelle année avez-vous été diplômé ?
J’ai obtenu mon diplôme en juillet 2004.

Selon vous, qu’est-ce qui a été le plus formateur à l’EFAP ?
Beaucoup de choses, mais j’ai toujours eu une préférence pour les ateliers de travail et bien entendu les stages en entreprises.
Les travaux de groupe étaient un bon moyen pour apprendre à nous connaître mais surtout une bonne immersion dans le monde du travail.
Concernant les stages en entreprises l’école a tenu ses « promesses » faites sur le salon en proposant régulièrement des offres de stage dans des entreprises parfois prestigieuses telles que – pour ma part – le Conseil général du Rhône et le Festival de Cannes.

image

Quel a été votre parcours professionnel après l’obtention de votre diplôme ?
Ou là là, c’est un peu chaotique !
Lors de ma scolarité à l’EFAP Lyon, j’avais fais un stage à France 2, au sein de la production de l’émission « C’est au programme ».
Une expérience unique pour un petit provincial comme moi. C’était décidé, je voulais bosser en production télé !
Après obtention de mon diplôme je me suis donc installé à Paris et ai commencé à chercher du travail… en télé… mais il va s’en dire que c’est un milieu plus que fermé.
C’est pourquoi j’ai pris, pour quelques semaines, un petit job dans un grand restaurant Parisien. Inutile de préciser que c’était uniquement alimentaire. Bien entendu je poursuivais mes recherches mais encore une fois un emploi dans l’audiovisuel ne se trouve pas du jour au lendemain. Je me suis donc orienté vers le milieu bancaire, à défaut de mieux !
Et quelques mois plus tard, grâce à un de mes contacts à France 2, on m’a proposé un poste d’assistant de production.

Quel poste occupez-vous aujourd’hui ?
Depuis maintenant plus de 3 ans, je suis donc assistant de production pour l’émission « C’est au programme »,
Cette matinale de France 2, produite pas William Leymergie et animée par Sophie Davant fête cette année ses 10 ans et représente chaque jours près de 25% de part d’audience.

image

Pourriez-vous nous décrire quelles sont vos missions au quotidien ?
L’appellation « assistant de production » est un peu réductrice par rapport à mon poste.
En effet, mes missions sont diverses et variées.
Je suis avant toutes choses, assistants aux chroniqueurs dans différents domaines : gastronomie, handicap, jardin, droit, bien-être, nutrition… C’est-à-dire que je suis le lien entre les chroniqueurs et la prod : je gère avec eux leur programmation et l’ensemble de leurs besoins pour l’antenne (shopping, invités, livres, images…)
Je peux aussi occuper des fonctions journalistiques pour certaines chroniques : préparation de tournages, écriture des fiches de l’animatrice, casting de témoins, recherches presse, suivi de montages…
L’un des points positifs de ce job est que je suis polyvalent, que les sujets traités changent tous les jours… et que l’émission est en direct. C’est une très bonne école !

Quels sont vos meilleurs souvenirs de l’EFAP?
Il y en a beaucoup, surtout lors de ma première année : la soirée d’intégration - où tout le monde faisait connaissance à son rythme, la quinzaine au Festival de Cannes - où partage et complicité étaient au rendez-vous, les soirs de présentation des études de cas - où nous étions tous dans un stress incroyable…
Après je n’étais pas très soirée BDE… j’ai peut être raté des choses mais ce sont mes plus belles années d’étudiant.

Auriez-vous un conseil à donner à nos futurs diplômés ?
Rester simple, rester soi-même… avoir les « dents longues » ne rime pas avec réussite !
Les professionnels préfèrent souvent les gens sincères et humbles….
Et surtout rester en contact avec son propre réseau, mais des contacts humains et pas seulement intéressés !

Propos recueillis par Yaël MORDEHAI, responsable du réseau des anciens élèves
.(Le JavaScript doit être activé pour voir cette adresse email)

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 01/03/2009

Juliette - M&A

Etudiante en EFAP Com’ 3 à Paris, Juliette réalise son stage dans l'industrie musicale.

Une soirée rock au profit de l’action Humanitaire

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle