S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Thomas Bahon - Directeur de production chez Ankama

Thomas Bahon - Directeur de production chez Ankama

Après un Bac ES et deux ans de Droit et une année à l’IHECS en Belgique, Thomas a intégré l’EFAP en première année.

Pourquoi avoir choisi d’intégrer l’EFAP ?
Ce qui m’a attiré, c’était le principe des cours et des stages. Ensuite, les intervenants, sont des professionnels qui entrent tous de suite dans le cœur du sujet. Pour les cours de communication par exemple, il fallait faire des communiqués de presse et travaux très rapidement ! Là où j’insiste vraiment, c’est que tu ne peux pas progresser et être efficace dans tes stages, si tu n’as pas les bases que tu apprends en cours.

Votre parcours reste inédit, vous avez assisté et participé à la naissance de Dofus. Mais maintenant Ankama, c’est environ une vingtaine de sociétés. De vos stages à aujourd’hui, vous avez touché à plusieurs facettes du monde de la communication et de l’entreprise.
J’ai fait pas mal de stages au sein de l’agence de publicité C CARRE. J’ai été immergé dans le domaine de la publicité et de la mission de concepteur rédacteur. Ensuite j’ai effectué un stage au Kinepolis de Lomme dans le service communication. C’est après que j’ai postulé au Conseil Général du Nord où j’ai été énormément encadré dans mon travail. Ce fut une bonne expérience. Au début de l’année d’EFAP III, j’ai été recruté chez Ankama. Ma mission était de développer l’aspect communication corporate liée au scénario de Dofus (le célèbre jeu en réseau) ainsi que de rédiger des communiqués de presse, organiser des événements …
Puis j’ai glissé naturellement de la communication au marketing, c’est-à-dire de la définition de stratégie de communication à la promotion et aux nouveaux moyens de paiement à utiliser.

Auriez-vous un conseil pour les Efapiens actuels ?
Pour les stages, il faut varier les plaisirs … Entre une grande structure, qui t’apprend la rigueur, où ton travail est encadré et une petite structure comme moi à l’époque chez Ankama (moins d’une dizaine et plus de 400 aujourd’hui). J’étais autonome et je devais me débrouiller pour mener à bien mes projets. Ensuite, le dernier stage doit être dans le secteur d’activité qui t’intéresse. Mais surtout, en ce qui me concerne, je pense que le stagiaire doit vraiment montrer qu’il est motivé ! Dernier petit conseil, pour le mémoire de fin d’étude en EFAP IV, il faut absolument le faire dans l’année et ne pas le repousser.

Quel est votre meilleur souvenir à l’EFAP ?
Les travaux de groupe sont les plus intéressants surtout en EFAP IV où tu commences à découvrir en quoi tu es bon. C’est là que la répartition du travail devient automatique. Pour moi les études de cas, on était très enrichissant personnellement et presque autant utile que les cours et les stages, surtout dans les conditions de rendre un projet et de faire des propositions à un client.

Propos reccueillis par Raphaël Chiche (EFAP Lille)

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 18/05/2011

Thomas Bahon - Directeur de production chez Ankama

École de communication EFAP - Thomas Bahon - Directeur de production chez Ankama

Thomas Dancette - We Love Motion

École de communication EFAP - Thomas Dancette - We Love Motion

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle