S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Sara Lesage, CIVB

Sara Lesage, CIVB

Entretien avec Sara Lesage, membre du service presse et relations extérieures du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux

Diplômée de l’EFAP Bordeaux (promotion 2007) , Sara Lesage débute sa carrière là où elle a effectué son stage de dernière année, au Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB). C’est au service presse France et relations extérieures, que cette Nantaise évolue désormais dans le milieu qui la passionne : le vin ! Constance Goigoux : Quel a été ton parcours avant d’intégrer l’EFAP ? Sara Lesage : Après mon bac littéraire, je voulais faire de la communication mais je ne me trouvais pas assez équipée. J’ai donc fait une fac de droit à Nantes, où j’ai obtenu une licence. J’ai ensuite intégré l’EFAP en 2e année.

C.G. : Pourquoi as-tu choisi l’EFAP ? S.L. : J’ai toujours été intéressée par les métiers de la communication. Je cherchais une école, et l’EFAP semblait tout à fait répondre à mes attentes : surtout parce que les intervenants sont des professionnels.

C.G. : Quels stages as-tu effectué tout au long de ton cursus ? S.L. : J’ai essayé de diversifier mes stages afin de toucher à tout. Mon 1er stage s’est déroulé dans le service public, à la préfecture de la Gironde. Ce fut un stage très marqué par le référendum sur la Constitution Européenne. L’année suivante, j’ai intégré une agence, Intercom Grand- Ouest, qui n’existe plus aujourd’hui.
Finalement, en dernière année, j’ai effectué mon stage là où je suis aujourd’hui, au CIVB.

C.G. : Qu’as-tu pensé de tes années à l’EFAP ?
S.L. : C’est une grande école de vie ! J’ai intégré l’EFAP l’année de sa création à Bordeaux. C’était formidable, on avait la sensation de créer l’école tous ensemble. De plus, on avait une petite responsabilité dans la future notoriété et crédibilité de l’école, c’était super motivant. Au-delà de ça, je trouve que la formation est excellente, les intervenants sont des professionnels et il n’y a rien de tel que l’expérience de terrain.

image

C.G. : Quelles sont tes missions au sein du CIVB ?
S.L. : Je m’occupe des relations presse, je reçois environ une dizaine d’appels de journalistes par jour, je collabore avec eux, je participe aussi à leur travail d’investigation. Je gère le fichier presse, je réalise une revue de presse tous les jours (notamment avec Sud-Ouest). Je participe aussi à l’organisation de la conférence de presse annuelle qui a lieu à Paris. Mon service, dans lequel nous sommes deux, est rattaché à celui du président du CIVB, Alain Vironneau.

C.G. : Cela te plaît-il ? S.L. : Oui, je suis passionnée par ce que je fais, j’apprends tous les jours un peu plus. Au début je pensais que ça serait compliqué, n’étant pas de Bordeaux, je ne connaissais rien au vin, ni aux appellations. Le CIVB, c’est un peu le Parlement du vignoble bordelais. On représente aussi bien les petits viticulteurs que les gros négociants. J’aime beaucoup cette part de mon métier, le contact avec ces gens-là.

C.G. : En quelques mois, tu es passée du statut d’étudiante à celui de membre du service presse d’une structure importante, quel est ton sentiment par rapport à cela ? S.L. : Je n’ai pas trop senti la différence puisque, durant mon stage j’étais déjà très autonome, et on me faisait confiance. Maintenant, il est certain que les responsabilités sont de plus en plus grandes, mais c’est cela qui est intéressant !

C.G. : Peux-tu nous raconter une journée type ?S.L. : Je n’en ai pas vraiment. Je lis mes mails puis la presse tous les matins. Ensuite, cela dépend de l’actualité que nous avons. Souvent, je réalise des plaquettes sur différentes thématiques.

C.G. : Quels sont tes projets pour l’avenir ? S.L. : Je souhaite rester ici et donner une autre dimension à mon service.
Proposer un maximum de choses afin de le rendre plus important. Je veux rester dans ce secteur car je suis passionnée par les valeurs, les hommes et l’histoire que véhicule le milieu du vin.

C.G. : Quel conseil pourrais-tu donner aux futurs et actuels Efapiens ? S.L. : Il faut être curieux et surtout, ouvert à tout.

C.G. : Si tu devais te définir en 3 adjectifs ? S.L. : Curieuse, sincère et loyale !

Entretien réalisé par Constance Goigoux, EFAP 2, Bordeaux.

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 20/03/2008

Pascal Toth, France Bleu Nord

Election Municipale à Lille Lomme

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle