S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Pauline à la Maison Blanche

Pauline à la Maison Blanche

Pauline, en stage au service culturel à l'Ambassade de France à Washington, était présente lors de la visite de François Hollande à la Maison Blanche le 12 février dernier, et a même pu rencontrer Barack Obama !

Pourriez-vous nous décrire votre parcours jusqu’à votre stage actuel ?
Après l’obtention de mon bac scientifique, j’ai directement décidé de m’orienter vers la communication et d’intégrer l’EFAP. Le mot “communication” me paraissait être un terme tellement vaste qu’il devait sans doute englober de très nombreuses possibilités de carrières. Il est difficile d’avoir une idée fixe du métier que l’on veut exercer alors que l’on a à peine 18 ans. L’idée était au départ de me rapprocher au plus près de ce qui me passionnait : la musique. Cependant, l’on m’avait toujours dit que com rimait avec polyvalence. J’ai donc essayé, par les stages que j’ai effectué, d’acquérir la plus grande variété de compétences possible. Rédaction en presse magazine et web, évènementiel, en passant par le cinéma, l’édition ou encore la télévision… J’ai voulu tout tester. C’est sans doute lors de mon stage au sein de la société de Nicolas Vanier (réalisateur/auteur/explorateur spécialiste du Grand Nord) l’année dernière, que j’en ai appris le plus . Affectionnant particulièrement la langue anglaise, j’ai aussi eu la chance d’effectuer un stage de trois mois à New York à la fin de ma deuxième année, après un semestre passé à Dublin.


Quelles sont les démarches que vous avez effectuées pour pouvoir être en stage à l’ambassade de France à Washington : avez-vous répondu à une annonce ? Combien d’entretiens avez-vous passé ?
Étrangement j’ai trouvé l’annonce pour le stage à l’Ambassade de France sur un site internet dédié aux offres d’emplois dans le milieu de la communication. J’ai envoyé mon CV et une lettre de motivation sans vraiment espérer quoi que ce soit car cela me paraissait trop gros, trop beau. De plus, je me disais qu’il devait y avoir un nombre incalculable de postulants. J’ai pourtant reçu un appel dès le lendemain matin, mon profil les intéressait et ils voulaient m’accorder un entretien ! La personne chargée de recruter résidait à Marseille et partait deux jours plus tard pour les États-Unis. Je me suis dit qu’il fallait être plus réactive que jamais si je ne voulais pas avoir de regrets et j’ai proposé à cette personne de venir la rencontrer le lendemain, ce qui m’a valu un aller-retour express dans le Sud de la France. Et une semaine plus tard, on me rappelait pour me dire qu’il fallait que je fasse mes valises pour arriver à Washington dans à peine 15 jours. Ce sont des moments incroyablement excitants qu’il est difficile d’oublier!


Comment avez-vous obtenu votre visa ?
S’agissant d’un stage à l’Ambassade de France aux Etats-Unis, j’ai bénéficié d’un visa diplomatique, et ces derniers sont délivrés en seulement 48h, ce qui m’a permis ce départ à la hâte!


Pourriez-vous nous présenter la fonction que vous occupez ? Pourriez-vous nous faire une description synthétique de vos tâches ?

J’occupe la fonction de programmatrice en musique au sein du service culturel de l’Ambassade. Je suis ainsi chargée d’organiser des concerts d’artistes français et américains, dans le but d’optimiser les échange culturels, et le partage entre les deux pays. Ces évènements concernent les six États de notre circonscription (DC, North Virginia, West Virginia, Pennsylvania, Delaware, et Maryland). Je dois donc rechercher des concepts intéressants d’évènements musicaux, trouver des artistes, des partenariats, réfléchir et mettre en œuvre des stratégies de communication en fonction des différentes cibles, etc…
Il y a aussi un important travail de logistique, comme l’implique toute gestion de projet. Je suis sous les ordres de l’attachée culturelle, Mme Catherine Albertini, qui elle même est sous la direction d’Antonin Baudry (auteur, sous le pseudonyme Abel Lanzac, de la fameuse BD Quai d’Orsay, récemment adaptée au cinéma), le conseiller culturel basé au consulat de New York City.


Pauline à la Maison Blanche
Que pensez-vous de la ville de Washington?
Washington est une ville très particulière, sans doute à cause de la place qu’elle occupe aux États-Unis et dans le monde. C’est un haut lieu de pouvoir et cela se ressent énormément de par la discipline et l’ordre qui y règnent. Travailler dans ce contexte là, au sein d’une telle institution est une expérience passionnante et cela me permet de m’imprégner pleinement de l’atmosphère diplomatique ambiante. J’ai l’occasion tous les jours de rencontrer des gens brillants, aux parcours très impressionnants, et les dialogues sont vraiment enrichissants. Au delà de la politique, les accès à la culture sont incroyablement nombreux, la plupart des musées sont d’ailleurs gratuits. Je fus aussi étonnée d’apprendre que Washington était la ville des États-Unis où il y avait le plus de contrastes de richesse entre les habitants. A deux pas des luxueuses résidences des grands diplomates, il y a effectivement des zones très défavorisées où la criminalité est très présente, où même les taxis n’osent pas s’aventurer.


Arrivez-vous à vous adapter à la culture américaine ?
La culture américaine m’a toujours passionné et l’ambition d’y travailler à long terme ne m’a jamais quitté. J’avais déjà pu expérimenter un peu l’“American Lifestyle” lors de mon stage à New York, même si c’était un contexte très différent. Malgré les mauvais clichés parfois réalistes sur les États-Unis, il y a ici un enthousiasme et une volonté de réussir qui ne peuvent que vous porter vers le haut. Cela change du pessimisme permanent presque imposé aux jeunes générations en France. Le meltingpot des cultures et la grande ouverture d’esprit qui en découle sont aussi des éléments qui rendent la vie très excitante de ce côté de l’Atlantique. A côté de tout cela, je suis très attachée à la culture française, c’est pourquoi je suis ravie d’en faire la promotion aux États-Unis ! Encore aujourd’hui, j’ai du mal à réaliser la chance que j’ai d’être ici. Je touche du bois pour que ce ne soit que le début!


Obama reçoit Hollande


Et “cherry on the cake” vous avez même pu vous rendre à la Maison Blanche et serrer la main de Barack Obama, lors de la visite officielle de François Hollande à Washington !
Tous les agents de l’Ambassade étaient invités à participer à l’évènement. J’ai eu une chance incroyable car les visites présidentielles sont très rares, la dernière date des mandats de Jacques Chirac et Bill Clinton, il y a vingt ans. La Maison Blanche ne se visite même plus. J’ai pu rentrer à l’intérieur avant la cérémonie, qui s’est déroulée dans le “South Lawn” dans le jardin de la White House. Cerise sur le gâteau, j’étais au premier rang, juste derrière Michelle. Nous avons eu droit à la traditionnelle et très impressionnante démonstration militaire avant d’entendre “And now, Ladies and Gentlemen, the President of the United States of America” et de voir Barack Obama arriver sur l’estrade, suivi de près par François Hollande. C’est un moment que je ne suis pas prête d’oublier. Pour couronner le tout, j’ai eu droit à une poignée de main des deux présidents.


Michelle Obama

Barack Obama

Retrouvez toutes les photos de la visite de Pauline à Washington :

EFAP - L’école des métiers de la communication

Publié le 10/04/2014

Valérie, une journaliste en devenir

Médias

École de communication EFAP - Valérie, une journaliste en devenir

Habib, notre ambassadeur

EDH

École de communication EFAP - Habib, notre ambassadeur

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle