S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Nina PEREZ, EFAP Paris

Nina PEREZ, EFAP Paris

Quelques questions posées à Nina Perez, étudiante efapienne qui part tenter l’aventure new-yorkaise pour sa quatrième année d’étude

Quelques questions posées à Nina Perez, étudiante efapienne qui part tenter l’aventure new-yorkaise pour sa quatrième année d’étude, pour connaître et comprendre les envies de ces étudiants qui décident d’aller étudier un an à l’étranger, ainsi que leurs appréhensions…Laurette SALIN : Tu vas passer ta quatrième année d’EFAP à New York. Qu’attends-tu de cette expérience ?
Nina PEREZ :
J’attends de cette année beaucoup de choses !! Partir à l’étranger est une réelle chance, j’en suis totalement consciente, on apprend tellement lorsque l’on doit se débrouiller par soi-même. Je sais que tout ne sera pas facile et certaines personnes me manqueront énormément. J’espère que cette dernière année sera celle de l’aventure et de l’ouverture sur une autre culture.

L.S : Des appréhensions avant le départ ?
N.P :
Oui une : je ne sais pas comment faire pour ma valise !
Plus sérieusement, partir ne me fait pas tellement peur. C’est sûr qu’au début je serai quelque peu perdue. Je parle l’anglais et je le comprends mais ça sera un choc. Mais bon, j’ai un atout de taille, je ne pars pas toute seule et c’est pour cela que je suis très confiante pour cette année, sinon j’aurais eu des appréhensions. Je pars avec quatre autres étudiants de l’EFAP et tous ensemble nous ferons une colocation. Du coup, mes appréhensions s’effacent puisque là-bas j’aurai mes amis avec moi !

L.S : En partant en quatrième année à l’EFAP New York, tu vas bénéficier d’un double diplôme : celui de l’EFAP Paris, et celui du NYIT de New York. Qu’est ce que cela va t’apporter, à ton avis ?

image

N.P : Pour moi c’est un atout de taille que d’obtenir le double diplôme, cela ne sera pas facile certes. Quitte à partir, autant que l’année serve réellement à quelque chose. Tout le monde sait que l’année là-bas n’est pas donnée. J’ai la chance de pouvoir le faire autant que j’obtienne en retour un maximum de bénéfices, d’où mon choix de partir en dernière année. Le double diplôme sera un atout dans mon CV ici ou à New York, mon anglais sera “fluent” et de nos jours c’est important.

L.S : Est ce que c’est ce double diplôme qui t’a poussé à partir là-bas ?
N.P :
Le double diplôme a pesé dans la balance, c’est sûr. Je n’aurais pas pu partir là-bas comme ça, sans qu’en retour j’obtienne un réel résultat.
Partir en troisième année ne me tentait pas. Mais c’est le besoin de partir qui m’a réellement décidé.

L.S : Quelles sont tes autres motivations ?
N.P :
Sincèrement, j’ai envie de voir autre chose et en décembre 2006 j’ai pris ma décision. J’ai hâte de voir autre chose que Paris, de découvrir de nouvelles cultures, un nouveau mode de vie. Avant l’EFAP, j’ai passé toute ma scolarité dans une école internationale où 11 sections de pays différents se côtoyaient. Mes amis sont anglais, italiens, allemands, suédois, américains, hollandais etc. Du coup côtoyer de nouvelles cultures me manque. J’ai envie de m’ouvrir sur autre chose que Paris.
De plus, j’ai envie de relever ce challenge qu’est passer un an de l’autre côté de l’océan, m’insérer dans une nouvelle culture et une nouvelle vie. Et aussi, faire progresser considérablement mon anglais.

L.S : Quels sont tes projets professionnels pour le futur ? Est-ce que tu veux profiter de cette année à l’étranger pour y prendre des contacts et éventuellement y retourner travailler dans quelques années ?
N.P :
C’est très précis : je souhaite devenir “Wedding planner” (Organisateur de mariages). J’ai programmé pour ma vie professionnelle, que sur les coups de 25/30 ans, j’ouvrirais mon agence avec ma future associée (elle se reconnaîtra !). Les Etats-Unis sont le berceau des “wedding planner”. Je fais mes expériences côté français, mais j’ai hâte de voir ce que cela donne côté américain.
Hormis ça, qui sait, ça se trouve, je resterais là-bas et j’aurais trouvé un job de folie, ou un américain milliardaire !! Si je ne trouve pas en France un épanouissement professionnel, partir là-bas ne me dérange en aucun cas. On verra…

Vous voulez avoir plus d’informations sur l’EFAP New York ?
Alors cliquez sur la vignette !

image

Jean-Michel Germain, Port Autonome de Bordeaux

Jean-Michel Germain, Port Autonome de Bordeaux

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle