S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Nada Raouda - 1979

Nada Raouda - 1979

Nada Raouda Tabakkh est une ancienne élève de la promo 1979, aujourd'hui rédacteur en chef de AcademiX à l'autre bout de l'Atlantique, au Canada.

Nada Raouda Tabakkh est une ancienne élève, aujourd’hui rédacteur en chef de AcademiX à l’autre bout de l’Atlantique, au Canada.En quelle année avez-vous été diplômée de l’EFAP ?
1979

Qu’est-ce qui a motivé le choix d’entrer dans cette école ?
A l’époque les relations Presse et publiques étaient encore une nouveauté… et n’étaient pas vraiment dispensées couramment. L’EFAP m’offrait exactement ce que je souhaitais apprendre.

Quelles étaient vos ambitions dès lors ?
Tout n’était pas clair dans ma tête mais avec le temps mes objectifs devenaient plus clairs, je me rendais compte que je pouvais travailler dans n’importe quel domaine de mon choix.

Quelle étudiante étiez-vous ?
Je dirais… moyenne au niveau académique mais l’EFAP me donnait les moyens de me démarquer sur le plan pratique et là, je me suis bien amusée et je me suis bien impliquée. J’ai fait partie du BDE (le bureau des élèves) et je me lancée dans le projet d’échanges culturel avec l’Australie.

image

Vous êtes actuellement au Canada, quand, et pour quelle raison avez-vous choisi de vivre à l’étranger ?
Nous sommes à Montréal depuis 5 ans. Plusieurs raisons justifient mon choix d’émigrer au Canada et pour aller plus vite je vais seulement les énumérer :
1- Nos filles adolescentes alors, ne pouvaient espérer aucun bel avenir au Liban. La sécurité devenait notre souci numéro 1, à mon époux et moi-même.
2- Le Canada est un pays où les droits de l’Homme sont bien reconnus et où ma famille serait en sécurité.
3- Le Canada et surtout Montréal représentaient le dynamisme de l’Amérique du Nord avec un soupçon de l’Europe.
4- Nos filles sont très heureuses ici bien que le Liban leur manque, et c’est normal, mais la vie universitaire leur convient parfaitement.

Comment s’est passée votre adaptation ? Vos premiers mois sur place ?
Nous avons carrément changé de planète ! Les débuts étaient un peu difficiles mais avec une bonne d’humour tout semble plus facile… Montréal nous semblait énorme par rapport à Beyrouth mais l’adaptation a été assez rapide, heureusement.

Quelle fonction occupez-vous aujourd’hui ?
Le magazine AcademiX est devenu un magazine on-line et nous essayons toujours de le démarrer au Canada avec une version Nord-Américaine, mais cela semble un peu long.

image

A quoi ressemble une de vos journée type ?
Pour le moment mes journées n’ont rien d’une routine « journalistique » vu que le magazine a été suspendu en attendant le redémarrage.

En quoi la formation à l’EFAP a-t-elle été bénéfique pour votre emploi ?
Il y a quelques années les Relations Publiques et Presse n’étaient pas vraiment reconnues en tant que telles surtout au Liban où je suis retournée après la fin de mes études. Mais la formation à l’EFAP m’a été très bénéfique, elle m’a donné confiance en moi-même et m’a aider à réaliser que si l’on veut, on peut vraiment décrocher le job dont on rêve. L’EFAP a été un excellent tremplin professionnel.

Quelles différences voyez-vous entre travaille en France, et travailler au Canada ?
Ici personne n’est vraiment pressé…

Quelles sont les qualités nécessaires pour travailler à l’étranger?
Essayer de s’adapter le plus vite possible et ne pas oublier que nous venons d’une culture bien différente. Il ne faut pas s’amuser à comparer les modes de vie, mais garder l’esprit ouvert.

Une anecdote au cours de votre adaptation?
Comprendre le Québécois…

Propos recueillis par Lucile DOUCHIN, EFAP 1
EFAP, l’école des métiers de la communication

Dominique Crouzat - 1978

Le KA2 Vanessa

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle