S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Marion LAMURE

Marion LAMURE

Anciennement attachée de presse auprès du Ministre délégué à l’Emploi, Gérard LARCHER, Marion LAMURE a rejoint l'équipe de Valérie Pécresse, Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

Anciennement attachée de presse auprès du Ministre délégué à l’Emploi, Gérard LARCHER, Marion LAMURE a rejoint l’équipe de Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la RechercheLaurette SALIN : Vous étiez, il y a encore quelques semaines, attachée de presse auprès du ministre délégué à l’Emploi, Gérard LARCHER. Mais depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, vous avez changé de poste. Pouvez-vous nous dire lequel et nous expliquer en quoi il consiste ?
Marion LAMURE :
Quelques jours après la nomination du nouveau gouvernement, j’ai en effet rejoint l’équipe de Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, toujours en tant qu’attachée de presse. Je travaille en binôme avec son directeur de communication qui, lui, a un rôle beaucoup plus politique.
Mon travail au quotidien est d’informer la presse sur l’actualité de la Ministre et plus largement du ministère. Je l’accompagne lors de déplacements presse, je prépare et organise ses interviews.

L.S : Vous avez travaillé en plein coeur de la vie politique française. Comment avez-vous ressenti la fin de mandat au sein du Ministère de l’Emploi ?
M.L :
Cette période était très dure, car l’activité a été en suspend pendant près d’un mois et il régnait une ambiance très particulière. Chacun préparant son future, soit dans le monde privé, soit en attendant les résultats électoraux en espérant pouvoir rejoindre un nouveau cabinet ministériel. Ce ralentissement d’activité me signalait que la fin de ma mission auprès de Gérard Larcher approchait. C’était dur car je me suis beaucoup attachée à ce ministre.

L.S : Vous étiez rattachée à un Ministre délégué. Votre place dans une institution après les élections n’était donc pas assurée. Dans quelle position se trouve-t’on dans ce cas là ? Faut-il repenser sa carrière ?
M.L :
Effectivement ma situation était très précaire. Je savais qu’elle n’allait durer qu’un temps. J’ai songé à partir dans le privé. Mais la tentation de la vie de cabinet était trop grande donc au dernier moment j’ai préféré continuer l’aventure.
Tout va très vite après la nomination du nouveau gouvernement, il faut être très réactif, actionner ses réseaux, passer des appels, signaler que l’on est disponible, etc. J’ai eu la chance d’être très soutenu par mon ancien ministre qui, comme il me l’a dit, ne souhaitait pas « que je reste au bord de la route » ! Donc finalement la reprise a été très rapide seulement quelques jours, le temps de passer deux ou trois entretiens dans différents cabinets.

L.S : Qu’auriez-vous fait, professionnellement parlant, si Ségolène Royal avait été élue Présidente de la République ? Vous aviez un “plan B de carrière” ?
M.L :
J’avais bien évidemment prévu cette hypothèse et j’avais engagé des recherches depuis quelques mois dans le privée. Un poste m’avait d’ailleurs été proposé, mais j’ai choisi au dernier moment, lorsque j’ai été appelé par le cabinet de Valérie Pécresse, de repartir pour une nouvelle aventure ministérielle. J’ai choisi de renouveler cette expérience car je pense que c’est une chance pour ma carrière et que ça me permettra dans le futur d’ouvrir des portes plus facilement.

L.S : Comme vous nous l’avez dit, vous êtes maintenant attachée de presse auprès de Valérie Pecresse, au sein du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais vous avez eu la possibilité également de rejoindre Xavier Bertrand. Sur quoi s’est porté votre choix final ?
M.L :
J’ai été en effet contacté par le cabinet de Xavier Bertrand. J’étais très tentée pour rejoindre cette équipe car je connais une grande partie des dossiers (il s’agit, entre autres, de l’ancien portefeuille de Gérard Larcher), les journalistes et surtout l’administration autour de ce ministère. Donc pour moi il n’y aurait pas eu de problèmes d’adaptation. J’étais également motivée pour voir aboutir certains dossiers commencés par Gérard Larcher. Cependant, j’ai pensé qu’il était aussi intéressant pour moi de rencontrer d’autres journalistes et de découvrir une nouvelle matière.
Pour lire tous les autres articles du dossier, c’est ici http://www.efap.com/...

Publié le 11/07/2007

Moana POUCHAN

Constance de DOMPSURE

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle