S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Marie - CycloVille

Marie - CycloVille

Rencontre avec Marie, 20 ans, en deuxième année à l’EFAP. Elle nous fait part de son expérience de stage au sein de l’entreprise CycloVille.

Rencontre avec Marie, 20 ans, en deuxième année à l’EFAP. Elle nous fait part de son expérience de stage au sein de l’entreprise CycloVille.Flore : Bonjour Marie ! À 20 ans, tu es arrivée cette année à l’EFAP, directement en deuxième année, que faisais-tu auparavant ?
Marie :
J’ai fait une première année de licence « Industrie culturelle et média » à Lille 3.

Flore : Pourquoi as-tu finalement choisi l’EFAP pour poursuivre tes études?
Marie :
Je souhaitais continuer dans la com’ tout en bénéficiant d’une formation plus professionnelle que celle reçue à la fac. Là-bas nous n’avions aucun stage.

Flore : Qu’est-ce qui te plait dans le monde de la communication ?
Marie :
Depuis toujours j’aime beaucoup rencontrer des gens, écrire, … Je fais beaucoup de choses dans ce sens ; par exemple, depuis deux ans maintenant je travaille dans un théâtre de ma ville, ce qui m’amène à faire pas mal de relationnel avec les clients.

Flore : Dans quel domaine souhaitais-tu faire tes stages en arrivant à l’EFAP ?
Marie :
J’ai d’abord voulu faire un stage dans une rédaction, mais les cours d’EFAP II se déroulant l’après-midi, ce n’était malheureusement pas possible. Je me suis donc dirigée vers la rédaction Web et j’ai intégré la société « Pro’festival » qui sort des guides sur les festivals de la région.

Flore : Pour ton deuxième stage, tu as choisi une structure a priori très différente puisque tu travailles actuellement pour CycloVille. Tout d’abord comment et pourquoi as-tu choisi ce stage ?
Marie :
J’ai découvert CycloVille grâce à une offre de stage que m’a proposée Laurent Noel, le responsable des stages de l’école. Au début, ne connaissant pas la structure je n’étais pas particulièrement enthousiaste à l’idée d’y effectuer un stage, mais j’ai finalement accepté par curiosité. Et une fois intégrée à l’équipe, j’ai très vite changé d’opinion sur l’entreprise !

Flore : CycloVille c’est quoi exactement ?
Marie :
CycloVille existe depuis 2006. Le siège de l’entreprise est basé à Lille, mais des franchises se sont vite créé à Toulouse, Pau, … Le concept de Cyclo Ville est de proposer aux citadins un nouveau mode de transport facile à utiliser, plus rapide, plus économique et assurément écologique. CycloVille c’est également une communication responsable qui propose un affichage mobile écologique combiné à un service de transport urbain économique. En effet, CycloVille s’approvisionne en électricité verte (EDF équilibre), édite ses adhésifs avec des encres à solvants légers et soutient financièrement GoodAction.

Flore : L’environnement, c’est un problème qui te tient à cœur ?
Marie :
Oui, je me sens vraiment concernée par tout ce qui touche ce domaine. Je suis bien consciente que préserver notre planète est l’un des gros enjeux du XXIe siècle et je ne suis pas défaitiste, je ne pense pas qu’il soit trop tard pour agir.

image

Flore : Quelles sont tes missions au sein de cette entreprise écolo ?
Marie :
Mes missions sont très variées ce qui me convient tout à fait : d’une part, je fais de la rédaction d’articles sur des sujets qui me plaisent, rapportant l’actualité locale, régionale, nationale voire même internationale. Les thèmes de mes articles sont très différents les uns des autres, je peux parler un jour des nouvelles discothèques écologiques, et le lendemain de sujets plus sérieux qui demandent beaucoup plus de recherche. Dans ce cas, je suis amenée à contacter les associations locales, à rechercher de documents institutionnels…
Parallèlement, je suis en train de créer un blog CycloVille en anglais, j’y mets des articles en ligne après les avoirs écrits, ce qui me permet d’améliorer mon anglais !
Je fais également de la prospection en effectuant des recherches auprès des tour-operators basés en Angleterre et susceptibles d’être intéressés par un partenariat avec Cycloville. Ce partenariat consiste à proposer des packs aux touristes anglais qui souhaitent visiter Lille, le but de la manœuvre étant, à terme, de s’implanter en Angleterre. Dans le même genre, je m’occupe également de démarcher les hôtels du centre de Lille.
Enfin, je suis également chargée de la revue de presse quotidienne, mission qui ne me prend que peu de temps. En fin de compte, la seule chose dont je ne m’occupe pas du tout est la publicité.

Flore : Concrètement comment s’organise ta semaine ?
Marie :
Du lundi au mercredi, je m’occupe de la rédaction du blog français, le jeudi, je mets en place le blog anglais, et le vendredi est destiné au démarchage.

Flore : Et dans l’équipe, comment te sens-tu ?
Marie :
C’est une toute petite équipe, jeune, donc très conviviale. Elle se compose du chef d’entreprise, Antoine DUTHOIT (également mon maître de stage), d’un directeur commercial (ancien efapien !) et d’un responsable technique. Parallèlement, on compte une dizaine de pilotes pour conduire les taxis-vélos.

Flore : À deux semaines seulement de la fin de ce stage, quel bilan peux-tu en dresser ?
Marie :
Je suis vraiment très satisfaite de cette expérience, même si j’étais un peu stressée les premiers jours. Grâce à ce stage, j’ai été amenée à rencontrer des personnes très intéressantes, notamment des militants pour l’écologie, et j’ai pu traiter de vrais sujets de fond. Aussi, contrairement à certains stages dans des entreprises de plus grande taille, on m’a toujours laissé une grande marge de manœuvre.

Flore : Quels sont tes projets pour tes futurs stages ?
Marie :
Je souhaite me diriger vers le journalisme de presse écrite ou découvrir le monde de la télévision. Plus tard, je tenterais bien un stage dans une structure culturelle comme l’Aeronef !

Flore : Avant de se quitter, aurais-tu un conseil à donner aux efapiens pour leurs stages?
Marie :
Oui, il ne faut surtout pas renier les petites entreprises et faire attention à toutes les offres de stage que l’EFAP propose, c’est souvent dans ces petites structures que l’on apprend le plus !Propos recueilli par Flore Girard.

EFAP, l’école des métiers de la communication.

Publié le 15/06/2009

Destination : ailleurs !

Mémoires EFAP 2009

Listes des mémoires des EFAP Agence - Entreprise - Image & Médias - Com' et des EFAP en région

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle