S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Margaux chez les Girondins de Bordeaux, un stage de haut niveau !

Margaux chez les Girondins de Bordeaux, un stage de haut niveau !

Rencontre avec Margaux Anglade, une étudiante paloise de 4ème année qui effectue son stage au sein de la structure sportive référence en matière de sport girondins : le Football Club des Girondins de Bordeaux

Rencontre avec Margaux Anglade, une étudiante paloise de 4ème année qui effectue son stage au sein de la structure sportive référence en matière de sport girondins : le Football Club des Girondins de Bordeaux. Découverte de cette mécanique bien huilé avec cette passionnée de rugby qui a dût, malgré tout, se mettre au football.Comment as-tu connu l’EFAP ?
Lors de ma deuxième année d’IUT Tech de Co à Bayonne, je me suis rendue à la journée portes ouvertes organisée par l’IUT. Des représentants de l’EFAP étaient présents et leur discours m’a donné envie d’intégrer l’école. En plus, comme j’avais déjà eu des cours de communication en Tech de Co, je me suis rendu compte que j’étais davantage intéressée par la communication que par le commerce.

Où as-tu effectué tes différents stages au cours de tes années d’EFAP ?
J’ai intégré l’EFAP en 2ème année et mon premier stage, s’est déroulé au sein d’une association, Aquitaine Destination. Elle organise des événements sportifs pour récolter des fonds afin d’équiper les hôpitaux pour enfants de matériel informatique.
En troisième année, je suis allée chez Banc Public, une agence de communication. Dans cette structure, c’était davantage une formation relation presse que j’ai pu effectuer mais cela a été très instructif.

image

Pour le stage de cette année, je travaille pour le club des Girondins de Bordeaux depuis le mois d’Août. Je n’étais pas la seule à postuler mais j’ai envoyé ma candidature car je savais que le club avait demandé un stagiaire à l’EFAP et j’ai été prise. Etant passionnée par le rugby, j’avais également postulé au club de Bordeaux-Bègles mais je ne regrette pas d’avoir été choisi par les Girondins même si, à l’origine, je ne connaissais pas grand-chose au football. Enfin, j’ai très vite dû m’adapter. Et puis le club est tellement bien géré que c’est un plaisir d’y travailler. C’est une équipe réputée et cela s’en ressent à tous les niveaux, y compris en communication.

Comment s’organisent tes journées chez les Girondins ?
La première chose que j’ai à faire chaque jour, c’est la revue de presse des Girondins. Je lis tout les quotidiens qu’ils soient généralistes ou spécialisés.
Puis, je pars à l’entrainement pour assister l’attaché de presse dans la gestion des interviews. A chaque fois qu’un joueur sort du vestiaire, s’il a une interview de prévue, il faut l’amener aux journalistes. Il y a aussi une grande part de relationnel avec les journalistes car ce sont quasiment toujours les mêmes qui viennent aux entrainements. Il faut connaître leur demande en fonction de ce dont ils vont parler.

Comme le club joue un week-end sur deux à domicile, tu dois être mobilisée pour l’occasion ?
Le jour du match, j’arrive au stade deux heures et quart avant le coup d’envoi. J’installe le cocktail journaliste. Ensuite, je donne les chasubles aux photographes. Puis, je suis le match en tribune de presse. Dix minutes avant la fin du match, je pars en direction des vestiaires, dans le « paddock » afin de gérer les interviews, toujours en collaboration avec l’attaché de presse. Pour chaque match, il y a des entretiens presse avec l’entraineur des deux équipes ainsi que deux joueurs des girondins et un joueur de l’équipe adverse.

Justement, quelle est ta relation avec les joueurs et les journalistes ?
Les journalistes sont très abordables et le cocktail d’avant match permet de pouvoir parler avec eux, on peut ainsi comprendre leur fonctionnement. Ils ne mettent pas trop de barrières, même pour les plus connus.
Avec les joueurs, la relation est différente. Je considère qu’il faut rester professionnel dans son approche de la mission et ne pas s’attacher à eux.

Que t’a apporté l’EFAP au cours de ces trois ans ?
Toute la formation théorique en relations presse notamment qui me sert énormément cette année. Le côté stage est aussi un aspect important surtout en quatrième année puisque l’on est à temps plein et cela permet de s’immerger complètement dans une structure.

Comment vois-tu ton avenir professionnel ?
Etant donné que j’ai terminé ma période d’étude par un stage au sein d’une structure de haut niveau, je sais pertinemment que je n’intégrerai pas une entreprise du même calibre pour mon premier emploi. J’aimerai beaucoup rester dans les relations presse et le sport. Pourquoi pas pour un club de rugby ou une autre structure sportive. L’avenir me le dira.

Propos recueillis par Amaury LAMY – EFAP 2

EFAP, l’école des métiers de la communication

Claire, une étudiante qui fait la pluie et le beau temps sur TV7 !

Soirée de Gala EFAP-ICART

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle