S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Louise-Marie, canada

Louise-Marie, canada

Témoignage de Louise-Marie, étudiante à l'EFAP en quatrième année et partie étudier un semestre au Canada.

Dès le 2nd semestre de la 1ère année, les étudiants peuvent opter pour un séjour de 6 mois ou d’une année dans les EFAP, les universités ou écoles partenaires des réseaux ERASMUS (Europe) et Internationaux de l’EFAP. Louise-Marie, étudiante en quatrième année a décidé de partir étudier un semestre au Canada. Voici ses impressions sur ce séjour à l’étranger.Pourquoi être partie au Canada ? Comment vous est venue cette idée ?

C’est au cours de ma deuxième année à l’EFAP, que j’ai eu envie de partir étudier au Canada. Étant originaire de la station de ski de l’Alpes-d’Huez, j’ai toujours baigné dans un environnement plus ou moins similaire. Le froid ne me faisait donc pas peur !
De plus, j’ai fait plusieurs stages au sein des “Lions” (l’équipe professionnelle de hockey sur glace de Lyon) je voulais donc me rendre dans le pays du hockey, pour m’imprégner de cette culture. J’avais également envie de vivre une expérience humaine, et de découvrir une autre vision de la communication avant la fin de mes études.

Cette destination a donc été pour moi une évidence, un “no-brainer”.

Avez-vous appréhendé votre départ ou au contraire était-ce une source de motivation ?

J’étais partagée entre ces deux sentiments. La peur de l’inconnu était bien évidemment présente mais je me suis surtout beaucoup interrogée sur ma capacité à suivre les cours en anglais. Pour le reste j’étais plus impatiente que stressée. Ce voyage a été une source de motivation pour mes partiels de troisième année, puisque j’étais consciente qu’un bon dossier était requis pour pouvoir intégrer ce programme.

Comment s’est passé votre intégration ? Votre vie à Toronto ?

Nous sommes trois Efapiens à avoir intégré Seneca College pour un semestre, Maïlys (EFAP Paris), Valentin (EFAP Lille) et moi-même. Les premiers jours ont donc été plus faciles, car nous avons pu compter les uns sur les autres. De plus, Seneca College a tout mis en oeuvre pour que notre adaptation soit la plus rapide possible.

Dès le lendemain, nous avons été pris en charge par l’“international student office” qui nous a organisé une journée d’orientation avec, au programme : ouverture d’un compte bancaire canadien, d’une ligne téléphonique, des courses pour l’aménagement de nos chambres, les formalités administratives… Quelques jours après, le directeur de notre programme, Jeff Roch, a organisé exclusivement pour nous une “pré-rentrée”, afin de nous faire visiter le campus et nous expliquer les objectifs de notre programme. A l’image du très bon sens de l’accueil des canadiens, il nous a invités à déguster une poutine (la spécialité locale).

J’ai fait le choix de résider sur le campus de Seneca college, à “Newham Residence” et je suis extrêmement contente de ce choix.Ce mode de résidence vous permet de baigner dans la véritable vie universitaire canadienne. Rapidement, je me suis fait une “bande de potes” du monde entier, Israéliens, Jordaniens, Allemands, Canadiens, et Belges. Je ne m’ennuie jamais, entre les matchs de baskets de l’équipe de l’école, les activités organisées par la résidence, la salle de sport, ou encore les soirées TV dans les salles communes. En ce qui concerne le travail scolaire, l’ambiance est à l’entraide.

Si vous avez des difficultés vous trouverez toujours quelqu’un. Ici, tout le monde se motive pour travailler, c’est agréable de sentir cette cohésion.

Toronto est la ville la plus multi-culturelle du Canada, on peut le ressentir facilement en se baladant dans les rues de China Town, Greek Town ou Kensigthon Market. Pour les amateurs de sport, comme moi, vous ne serez pas déçus, entre les matchs de hockey des Maples Leafs, ou de l’équipe de NBA les Raptors. La culture n’est pas en reste, les nombreux musées vous permettent d’en apprendre plus sur la vie canadienne. Toronto est également très bien située, les mythiques chutes du Niagara sont à seulement 1h30 de voiture, et New York à 2h d’avion.

Pourriez-vous nous présenter rapidement l’université, votre programme d’études ?

Depuis le mois de Janvier, j’ai intégré le programme “Corporate Communication”. Ce programme est unique au Canada, il est l’un des 14 programmes Nord-Américains certifiés par “The Public Relations Society of America”, la plus grosse association professionnelle mondiale de communicants. Les professeurs sont tous issus du milieu professionnel et sont des références dans leur domaine. Il y a évidemment beaucoup de travail et plus particulièrement des travaux en groupe auxquels nous sommes très bien préparés à l’EFAP.

Les cours sont très divers : relations presse, atelier d’écriture, communication gouvernementale… Les cours sont d’abord axés vers la théorie pour évoluer rapidement vers la pratique. Ainsi, en cours d’évènementiel, nous allons organiser notre évènement grandeur nature dans l’enceinte de la fac. Un cours qui me passionne particulièrement : “Public Speechs”, où nous apprenons à rédiger des discours, essentiel pour tous les communicants. Nous tirons au sort les sujets, puis rédigeons les textes pour ensuite les lire dans des lieux publiques de Toronto (métro, gare de train, train, jardin botanique…). Certaines de nos interventions, ont même été couvertes par la presse locale !

➲ Retrouvez d’autres témoignages d’étudiants partis étudier à l’étranger :
Anne - EFAP Tokyo
Héloïse - Prague
Virginie - Anvers
Léa - GandManon et Laura - Dublin

➲ Plus d’infos sur les destinations internationalesEFAP • Ecole des métiers de la communication

Hommage à  Rémi Ochlik

École de communication EFAP - Hommage à  Rémi Ochlik

Géraldine, l’École Française des Formateurs

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle