S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Internet : rampe de lancement…

Internet : rampe de lancement…

Rampe de lancement pour les nouveaux artistes...

Une aubaine pour les nouveaux artistes…par Hugo DUFOUR, étudiant en ICART, 1ère année.

Depuis ces deux dernières années on a pu constater que de nouveaux artistes ont été révélés grâce à internet. Les plateformes tel que Myspace ou encore Dailymotion et Youtube permettent de booster la carrière de certains musiciens.

Par exemple, l’an dernier est apparu Grégoire, un artiste français, qui a réalisé son clip sur internet. Ce clip, Toi + moi, en libre diffusion a concquis beaucoup d’internautes, ce qui a permis à Grégoire de créer son album Toi + moi, resté pendant plusieurs semaines en première place du top 50. Ce jeune artiste a d’ailleurs reçu un double disque de platine avec plus de 400 000 cd vendus.

Il peut être un exemple pour ceux qui aimeraient se lancer dans la musique car, par internet, il crée sa propre major company qui s’appelle My Major company, ce qui nous prouve que l’on a pas besoin d’un très gros budget pour réussir dans ce milieu… Le phénomène internet perdure encore avec l’apparition récemment, de Sliimy, ce jeune français, tout droit venu de Saint Etienne. Avec son style tantôt Mika tantôt Prince, il réussit à créer un style plutôt pop anglaise avec son titre phare Wake up, ou encore la reprise de Womanizer interprété par Britney Spears. Grâce à son clip diffusé sur Youtube, il devient un artiste reconnu. En effet, les gens savent de plus en plus de qui il s’agit. On a beaucoup parlé de lui dans de nombreux magazines de musiques ou même à la télévision lors de son passage par exemple au Grand Journal de Canal +.

Je vous propose maintenant de découvrir un nouvel artiste qui se sert justement de Myspace et de CQFD pour se faire connaître du public.

Direction rue charonne, où j’ai rencontré un artiste musicien emergent, Edward Barrow… Il s’agit d’un auteur, compositeur, interprète et je peux vous dire que ça fait du bien d’entendre de la vraie musique. Eh oui ! on oublie souvent ces artistes encore dans l’ombre au détrimant des produits marketing qui nous vendent de la soupe, comme sait si bien nous offrir la star ac’…

Voici donc la présentation de ce nouvel artiste talentueux et prometteur…

image

Hugo : Bonjour, pourriez-vous vous présenter en deux
mots ?

Edward : Je m’appelle Edward Barrow, je suis chanteur, auteur et compositeur. J’ai transformé ma passion en profession très récemment. Mon style musical n’est pas facile à déterminer, ce dont je suis sur c’est qu’il est mélancolique, mais je dirais que c’est un mélange de pop, folk, alternatif.

Hugo : Depuis combien de temps êtes-vous musicien ?
Edward : J’ai toujours fait de la musique, depuis mon enfance mais j’ai décidé de m’y remettre à fond depuis le mois de septembre dernier.

Hugo : Vous faites de la pop folk, pourquoi avoir choisi ce style musical ? Quelles sont vos influences ?
Edward : Je n’ai pas choisi de faire ce genre musical. J’ai commencé à écrire des chansons pendant mon adolescence. Ces textes m’inspiraient au niveau musical, je pouvais mettre une mélodie dessus. En mélangeant les textes et la musique cela a donné naissance à ce style.
Plusieurs artistes m’ont influencés. D’abord, il y a Marianne Faithfull qui m’a conditionné. Puis quand j’étais ado j’écoutais pas mal The Doors, The Velvet underground
Je trouve que Nina Simone a une très belle voix, dans la musique j’adore les voix !
Il y a aussi d’autres artistes comme Loney dear (artiste suédois), Micah P. Hinson, Simon & Garfunkel

Hugo : La pop folk est considérée comme de la musique actuelle. Quelle est votre opinion sur les nouvelles musiques qui apparaissent ?
Edward : Je pense que l’on peut écouter de tout ! D’une manière générale, je trouve que les genres musicaux comme le néo folk sont pas mal. Cette mode de mélange des styles est une bonne évolution pour la musique comme par exemple le groupe MGMT qui mixe harmonieusement la folk et l’éléctro.

Hugo : Quels sont vos projets en cours ?
Edward : J’ai pas mal tourné sur Paris avec une série de concerts qui se sont très bien passés. En effet, je privilégie la scène. Je travaille actuellement avec des nouveaux musiciens, ils me transmettent une bonne énergie ce qui rend mes morceaux plus dynamiques, et c’est très positif !

image

Hugo : Quel type de public rencontrez vous lors de vos apparitions sur scènes ? Y a t-il un public ciblé en particulier ?
Edward : Non, durant les concerts, j’ai eu la présence d’un public très diversifié… Je me suis rendu compte que ma musique pouvait toucher plusieurs générations, qu’elle n’était pas cloisonnée. Je rencontre aussi bien des jeunes que des quarantenaires et des sexagénaires…

Hugo : Comment se déroule un concert ?
Edward : Au départ, il y a la balance à mettre en place en fin d’après midi, c’est-à-dire faire des tests son, vérifier les retours micro…
Puis la scène, qui devient un lieu d’évasion. Je m’imprègne de la musique, je la ressents ce qui permet de jouer encore mieux. Dans ces moments là, je fais abstraction du public et des bruits qui m’entourent. Sauf ! des musiciens avec lesquels je joue bien entendu !!!

Hugo : Que ressent-on quand on est seul face à un public ?
Edward : Tout est assez trascendé. Tout le travail en amont se concrétise lorsque l’on est face au public. C’est sur scène devant le public que tout prend son sens.
On ressent aussi, avant de monter sur scène, une angoisse car on se demande d’une part s’il y aura un public ! et d’autre part si la musique va plaire au public présent…

Hugo : Où peut-on vous écouter ?
Edward : Les internautes peuvent écouter ma musique sur ma page Myspace, j’y mets des news, des titres, des dates de concerts. On peut aussi m’entendre et voter pour moi sur cqfd.com . Mais le mieux reste encore les concerts, quand je suis sur scène.

Hugo : Avez-vous des festivals ou des concerts planifiés prochainement ?
Edward : Oui, Je serai en compétition au Festival Emergenza, en demi-final, le 1er Juin prochain, au New Morning, à Paris et en première partie du concert de Marianne Faithfull au festival de Rambouillet, le 28 Juin 2009. J’aime jouer dans des festivals, cela permet de diffuser mes chansons auprès d’un public qui n’est pas forcement venu me voir jouer.

Hugo : Quels sont vos projets à venir ?
Edward : Comme on vient de reformer le groupe, on a besoin de préparation pour pouvoir monter sur scène. Par la suite, je vais continuer à jouer, aller en province pour faire découvrir ma musique au reste de la France et non seulement à Paris; et ensuite enregistrer un album.

Hugo : Dans le monde de la musique, les gens ne connaissent souvent que le côté « paillette », y a t-il quelques chose qui vous a marqué concernant ce qui se passe derrière le rideau de scène ?
Edward : Pour l’instant, je n’ai pas eu de rencontre désagréable, j’ai été agréablement surpris de voir que les gens faisaient plus ce métier par passion que pour l’argent. Moi même étant plus dans une recherche artistique que dans une indemnisation pour l’instant tout du moins ! La seule chose qui m’ait troublé pour le moment c’est la négligence des salles de concerts concernant la qualité du son !

Hugo : Avez-vous un conseil à donner aux personnes qui voudraient se lancer dans la musique ?
Edward : Comme toujours, il faut travailler, être passionné, ne pas avoir peur de se bouger le…, de bouger les autres. Il ne faut surtout pas se précipiter, rester dans l’ombre jusqu’à ce que l’on soit prêt, à se jeter sur scène face au public.
* Photographies prises par Charlotte Brunet : http://www.charlottebrunet.com

voir d’autres articles

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 01/07/2009

Reggae Clam’ Festival

Créée par quatre étudiantes de l'ICART, l'association Dire le Monde présente avec le REGGAE CLAM’ FESTIVAL son tout premier événement.

Mémoires EFAP Bordeaux 2009

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle