S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Ingrid MEUNIER, JRI

Ingrid MEUNIER, JRI

Ingrid Meunier, EFAP Lyon 2004, est aujourd'hui Journaliste Reporter d'Image.

Ingrid Meunier a obtenu son diplôme de l’EFAP Lyon en 2004. Passionnée de journalisme, cette ancienne étudiante est aujourd’hui Journaliste Reporter d’Images et tourne de nombreux reportages. Ingrid nous explique ici les ficelles de son métier. Rencontre…Depuis votre diplôme de l’EFAP, quel a été votre cursus ?
J’ai été diplômée en 2004. J’ai commencé comme les 3/4 des journalistes en débutant par des piges. Quelques-unes par mois, puis, par semaine. Petit à petit, j’ai pu vivre du journalisme, même si les débuts sont toujours difficiles.
J’ai pigé pour différentes chaînes et boîtes de production. J’ai commencé d’abord en local, à Clermont 1ère, où j’étais Journaliste Reporter d’Images pour le journal TV.
Puis, j’ai commencé à piger pour le 6minutes national de M6à Paris en tant que rédacteur reporter. J’ai donc décidé de venir m’installer sur Paris pour m’éviter les trajets entre Lyon et la capitale.
À peine arrivée, j’ai été embauchée par une boîte de prod pour travailler sur l’émission “Chic” sur Arte en tant que journaliste enquêtrice.
J’ai donc laissé tomber les piges chez M6 et suis restée un an sur cette émission à temps complet.
Puis, j’ai profité de la fin de saison pour revenir à mes premiers amours, à savoir la caméra et le reportage. Je suis donc redevenue Journaliste reporter d’Images pour différentes chaînes et boîtes de prod.
J’ai travaillé sur un programme culturel diffusé sur France 24, également “Intérieurs” sur Paris Première, un magazine hebdomadaire sur “Du côté de chez vous TV” et enfin “les nouveaux contenus” pour Canal+.
Puis, j’ai réalisé une série de documentaires de 26 minutes sur les maisons d’hôtes.
Et depuis la rentrée, je travaille, toujours comme JRI, pour 17 Juin Media (la boîte de prod qui fournit “le magazine de la santé” et “Faites entrer l’accusé”). Je réalise les reportages pour 3 émissions diffusées sur Vivolta, la nouvelle chaîne de Philippe Gildas.

image

En quoi consiste votre métier actuel ?
Je réalise les reportages dans leur intégralité. Nous définissons avec ma rédactrice en chef les sujets, puis je réalise les enquêtes (trouver les personnes à interviewer, les séquences à tourner…), le tournage (prises de vue, prises de son, interview). Puis, je travaille avec un monteur pour monter le sujet. Nous choisissons les images, séquences et interviews à garder, puis, j’écris le commentaire autour de tout cela et, enfin, je pose ma voix.
Je travaille sur 3 émissions très différentes : “Temps libre” qui regroupe des reportages sur les loisirs de toutes sortes (sports, activités manuelles, voyages, déco, etc…), “Bien-être” qui regroupe des reportages sur la santé et le bien-être, et enfin “Argent et Patrimoine” qui est un magazine économique qui traite de l’immobilier, des placements et investissements.
C’est varié et donc très intéressant de passer d’un reportage sur l’investissement dans le vin à un sujet sur la chirurgie et à un sujet sur la plongée sous-marine.
On ne s’ennuie pas !

Avez-vous un rêve que vous aimeriez réaliser dans votre carrière ?
J’aimerais aller m’installer quelque temps à New York pour y travailler et continuer à réaliser des reportages.
Également, j’ai récemment été amenée à filmer sous l’eau avec un caisson étanche pour quelques reportages. L’expérience m’a plu, donc pourquoi pas réaliser quelques documentaires sous-marin.
Enfin, je n’exclus pas un jour de monter ma boîte pour travailler à mon compte mais j’ai le temps pour cela. Je viens juste d’avoir 26 ans et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre dans mon métier qui évolue tous les jours.

image

Que vous a apporté l’EFAP dans votre métier actuel ?
Ce qui a été essentiellement décisif pour moi à l’EFAP, c’est la possibilité d’effectuer plusieurs stages. Partie au départ pour faire de la communication, c’est au cours d’un stage en événementiel que je me suis rendue compte que ce n’était pas pour moi.
Puis, c’est au cours d’un deuxième stage, àTLM, la télé locale de Lyon, que j’ai découvert ma voie.
J’ai découvert la caméra et je leur ai donc demandé de prolonger mon stage pour apprendre tous les rouages du métier de Journaliste Reporter d’Images. En tout, je suis restée plus d’un an à TLM où j’ai préparé des émissions de TV, réalisé des interviews, puis, petit à petit, j’ai réalisé mes propres sujets. Mon expérience la plus significative a été mes 6 mois au service culture avec Stéphane Cayrol. Je tournais et montais un sujet par jour, c’était très formateur.
La longue période de stage que propose l’EFAP m’a permis d’avoir cette expérience de longue durée au sein de la même entreprise. Démarrer sur le marché du travail en ayant fait 1 an et demi de stage, cela a été décisif par rapport à des personnes qui sortent d’autres écoles et qui ont seulement 2 ou 3 mois de stages derrière eux.

Quel est le cours que vous avez préféré à l’EFAP ?
Le cours que je préférais à l’EFAP ? Il y avait tout d’abord les ateliers. J’adorais me retrouver dans une équipe de 15 personnes pour créer un véritable projet événementiel ou autre. J’aimais l’idée que 15 cerveaux bouillonnaient toute une semaine pour réaliser un projet. C’était parfois tendu entre certains, mais un peu comme dans une entreprise. Et, au final, chacun réalisait sa mission selon ses propres compétences pour aboutir à un projet.
Ces ateliers m’ont en plus créé de super souvenirs. Je me rappelle de certaines soirées à finir des projets à 5h du matin. Cela crée des liens très forts. Je suis toujours en contact avec certains de ma promo, et ils étaient dans mon atelier !
Sinon, j’aimais beaucoup le cours de marketing personnel car c’était du concret. On préparait des CV, des entretiens d’embauche…
Les personnes qui m’ont le plus marqué pendant ma période à l’EFAP : mon maître de stage de TLM, Stéphane Cayrol, avec qui j’ai le plus appris mon métier et également Marie-Sophie Plaziat qui était ma directrice de mémoire de fin d’études. Son aide a été précieuse dans mon projet de création d’émission TV.

image

Avez-vous une anecdote sur vos années à l’EFAP ?
Tous les matins, j’arrivais un peu en retard en cours. Et même avec une minute de retard, c’était un point de moins sur la note d’assiduité. Le jeu était de passer sans que le surveillant ne me voit. Au final, ma note d’assiduité a été de 12 : je crois honnêtement que j’étais plus près du 0 !

Quel conseil donneriez-vous aux EFAPiens qui veulent être journaliste ?
Je leur conseillerais de s’accrocher car, dans la filière journalisme, quand on ne sort pas d’une école reconnue par la profession, c’est plus difficile de convaincre. Et donc, de cumuler les expériences de stage, pour justement justifier cette expérience.

Je crois savoir que vous faites du taekwondo : un combat contre Pascal Gentil*, ça vous tente ?!
Je l’attends ! euh… pour aller prendre un café ?! lol !
*Champion d’Europe et champion du monde de taekwondo
Pour regarder des reportages d’Ingrid, cliquez sur les liens suivants :
- émission “Temps libre, le mag”, reportage “La route des vins dans la bordelais
- émission “Argent et patrimoine”, reportage “Investir dans un parking
- émission “Bien-être, le mag”, reportage “yoga du rire
et reportage “tester un atelier de massage
Propos recueillis par Anaïs Beurois, EFAP 2 et championne de jujitsu (ou pas….!)
EFAP, l’école des métiers de la communication

Mathieu -  LVDA Productions

Etudiant en EFAP Com’ 3 à Paris, Mathieu réalise son stage au sein de LVDA Productions.

Juliette - M&A

Etudiante en EFAP Com’ 3 à Paris, Juliette réalise son stage dans l'industrie musicale.

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle