S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Fanny Rabasse - Le Moulin Rouge

Fanny Rabasse - Le Moulin Rouge

Rencontre avec Fanny Rabasse, diplômée en 1996 de la section Entreprise de l'EFAP Paris, attachée de presse du Moulin Rouge.

Rencontre avec Fanny Rabasse, diplômée en 1996 de la section Entreprise de l’EFAP Paris. Elle est, depuis maintenant 16 ans, l’attachée de presse du Moulin Rouge.

Bonjour Fanny, qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la communication ?
Et pourquoi l’EFAP ?

Au départ, j’étais destinée à devenir professeur d’histoire. Mais, avant d’entrer à la faculté, j’ai réalisé que je n’étais pas attirée par de longues années d‘études. Ce que je voulais : un métier qui bouge, qui ait du punch ! Après avoir obtenu mon bac, ne sachant pas vers où m’orienter, j’ai tout de même passé un an à l’université, en LEA (langues étrangères appliquées). Cette année a confirmé mon point de vue au sujet du système universitaire. Puis, en 1993, après une année passée à Londres, grâce à une conseillère d’orientation, j’ai tenté le concours de l’EFAP. À l’époque, le cursus se déroulait sur 3 années. L’année 1995 est restée particulière pour moi. C’est celle où grâce à l’EFAP, j’ai rencontré le Moulin Rouge. Un mois après la remise des diplômes, j’ai signé un CDI d’attachée de presse au célèbre Moulin.
Qu’avez-vous le plus apprécié à l’EFAP ?
Je garde un très bon souvenir de l’EFAP. Tant pour les cours donnés par des professionnels de la
communication que pour la possibilité de réaliser de nombreux stages. Je me souviens aussi avoir apprécié la mixité présente au sein des élèves. Ce qui n’a pourtant pas empêché la formation d’un groupe homogène.

image

Quel est le rôle de l’attachée de presse du Moulin Rouge ? Décrivez-nous une semaine type.
Je m’ occupe de la presse et des relations publiques. J’ai la chance de travailler dans une entreprise qui est mondialement connue. Ma mission principale consiste à accueillir les médias. Je suis aussi en charge de la promotion internationale, lors de représentations dans des soirées spéciales. C’est à dire, faire parler le plus mais aussi le mieux possible du Moulin Rouge dans les médias. Il n’y a jamais de routine, dans mon métier où des milieux très différents se mélangent. Rien qu’en parlant de la presse, ce n’est pas seulement avec les médias du spectacle qu’elle travaille, mais aussi avec des revues touristiques, gastronomiques, généralistes ou internationales.

Qu’est ce qui vous plait le plus dans votre métier ?
J’éprouve beaucoup de fierté à être attachée de presse pour le Moulin Rouge, le cabaret numéro 1 dans le monde entier. J’ai la chance de m’épanouir dans un lieu très différent des autres entreprises. Au rez-de-chaussée se trouvent les danseuses avec qui je peux aller discuter. Le soir lorsque les clients arrivent, une ambiance de fête et de joie s’offre à moi. C’est tout naturellement que je reste parfois jusqu’à minuit et ce 3⁄4 fois par semaine pour accueillir les journalistes ou autre. Le Moulin Rouge est un lieu où il fait bon vivre et travailler, dont je suis tombée amoureuse.

Quelles sont les personnes, les événements, qui vous ont marqué depuis que vous occupez ce poste ?
Mon plus beau souvenir reste la sortie du film Moulin Rouge au Festival de Cannes, où les véritables danseuses du Moulin Rouge étaient à l’honneur sur les marches.
Mais aussi, notre présence, il y a deux ans, comme invités du Carnaval de Rio. C’était la première fois, que ce carnaval invitait des artistes étrangers : 10 jours incroyables avec des retombées presses mondiales. Grâce au Moulin Rouge, j’ai pu réaliser des rêves de petite fille, comme monter les marches de Cannes dans une belle robe.

Des conseils pour les étudiants ? Servez-vous des stages !
Il faut faire le maximum de stage dans des milieux différents, surtout si on ne sait pas quoi faire car un stage permet de trouver sa vocation. Comme moi, avec le Moulin Rouge. L’EFAP a un carnet d’adresses très dense avec de grandes opportunités. Le Moulin Rouge fait même appel à l’EFAP pour leurs stagiaires dans 90 % des cas. Enfin, pour le stage de dernière année, je recommande d’essayer de trouver un stage qui débouche sur un emploi. Il est toujours plus facile de rentrer dans une entreprise en tant que stagiaire que d’en frapper à la porte une fois le diplôme en poche.

Propos recueillis par Anne-Sophie Cariou

EFAP • l’école des métiers de la communication depuis 1961

Publié le 10/07/2011

Camille LITVINE - Christian Dior

École de communication EFAP - Camille LITVINE - Christian Dior

Il était une fois l’ ORDINATEUR

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle