S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Etude de cas, épisode 2

Etude de cas, épisode 2

Résumé de la 2ème semaine...

Lundi 26 mars 2007

Ce week end, nos pendules se sont arrêtées pendant une heure, ce qui a destabilisé certains de nos efapiens. Inutile de citer les noms, nous ne sommes pas là pour ça. N’empêche que ce lundi matin, on a rangé les sourires optimistes et on a sorti les grimaces. Ce qui bloque : les moyens de communication que l’on va proposer au client. Que va t-on lui vendre ? Une conférence, un séminaire, un événement quelconque ? On bloque. La machine semble s’être irrémédiablement enrayée. On regarde les différents logos, on discute beaucoup, on rigole bien moins. À 10h30, comme tous les matins, la « coach Danièle » laisse ses poulains face à leurs responsabilités et quitte l’école la tête pleine d’idées pour le projet de l’Agropole. Car s’il est bien une chose évidente, c’est qu’au bout d’un moment on ne pense plus qu’à ça. Les études de cas, c’est un peu comme une histoire d’amour. Cela peut être le coup de foudre radical et alors on ne vit plus que pour ça, mais ce peut être aussi un échec triste et douloureux et alors, on met du temps à s’en remettre. Pour nos 12.COM, il semblerait que l’histoire d’amour soit possible, mais la route est encore longue…

Mardi 27 mars 2007« Il y a du boulot ! ». Première constatation du jour, l’avance dont on se félicitait il y a peu, n’est plus de rigueur. Plus que jamais nos 12.COM réfléchissent sur les moyens de communication à mettre en place et chacun se prend en main pour faire avancer le projet. Nicolas a pris possession du tableau et note les idées qui affluent de toutes parts. La meilleure idée à ce jour semble être de faire un tour de France itinérant où l’Agropole proposerait des colloques et des séminaires dans les lieux où elle passe. L’ambiance remonte d’un cran et la bonne humeur revient. Le fait d’avoir trouvé ce tour de France de l’agro-alimentaire redonne le sourire à ceux qui l’avaient perdu. Les tâches sont à nouveau réparties dans le groupe et chacun se sépare en se donnant rendez vous le lendemain matin.

image

Mercredi 28 mars 2007

Le jour se lève sur Bordeaux et sur l’EFAP. Mais aujourd’hui il fait gris, il fait froid, il pleuvra bientôt… La morosité gagne nos 12.COM en ce jour du Gala de fin d’année. « On est complétement à coté de la plaque, ça tient pas la route ! » soupire l’un des membres du groupe. La « coach Danièle » n’a pas été très emballée en effet par le projet du tour de France itinérant. Et tous les espoirs de la veille semblent s’effondrer comme un mauvais chateau de cartes. Les moyens de communication sont moyennement finalisés, et on n’a toujours pas eu le déclic pour cette étude de cas. Pourtant tout avait bien commencé… Les esprits pourraient s’échauffer quelque peu mais il n’en est rien, la bonne humeur plane toujours dans la salle de classe des 12.COM. en plus ce soir c’est la fête de l’EFAP à l’occasion de la troisième nuit de la com’ et il y aura peu de monde demain matin pour bûcher sur l’Agropole. N’empêche que l’oral lui, accourt à grands pas. Plus que huit jours…

Jeudi 29 mars 2007

On vous avait prévenu hier, personne n’est présent à l’école aujourd’hui pour l’Agropole. Comme quoi pendant les études de cas, il y a quand même la place de faire la fête… Et quelle fête ! Ce matin les têtes doivent être lourdes, les corps fatigués, les cerveaux lents et personne ne doit se soucier beaucoup de l’Agropole. Mais l’échéance se rapproche toujours… Plus qu’une semaine.

Vendredi 30 mars 2007

Aujourd’hui tout le monde est là et bien là. Il reste encore pas mal de travail, mais il reste aussi six jours. Le temps d’en faire encore beaucoup, le temps de finaliser les quelques imperfections. Car à une semaine de l’oral, le dossier est tout de même bien avancé. Le groupe est ambitieux et veut réussir cette préstation. Ambitieux, car la stratégie de communication de nos 12.COM semble être à la hauteur de la demande du client. Maintenant, tous s’en remettent à la « coach Danièle », qui continue inlassablement de motiver ses troupes, instaurant une confiance générale bénéfique à chacun. En parlant beaucoup, en expliquant des points troubles, en usant d’une psychologie efficace, la « coach Danièle » croit plus que jamais à l’exploit. Son réalisme positif ne laisse personne indifférent : « Il y a encore du boulot pour l’oral, mais il faut rester confiants ». Il reste un week end et trois jours aux 12.COM pour montrer qu’ils sont digne de cette confiance que la « coach Danièle » a mis en eux.

Lire la suite…

Etude de cas, épisode final…

Eude de cas, épisode 1

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle