S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Edouard LEFEBVRE

Edouard LEFEBVRE

EFAP & Politique - Interview d’Edouard Lefebvre, étudiant en EFAP 2 à Lille, militant au sein de l’UMP.

EFAP & Politique - Interview d’Edouard Lefebvre, étudiant en EFAP 2 à Lille, militant au sein de l’UMP.Guillaume Duplouys : Tout d’abord, pourquoi as-tu choisi d’être étudiant à l’EFAP Lille ?
Édouard Lefebvre :
Je suis originaire du Havre. J’y ai passé un bac scientifique, option scientifique. Je me suis orienté vers une année de classe préparatoire HEC à Lille, l’année dernière. Ces études ne me plaisant pas, j’ai voulu intégrer une école où l’on apprenait « sur le terrain » avec, notamment, une politique importante de stage. J’ai voulu me tourner vers ce qui m’a toujours intéressé : le milieu des médias. Je connaissais l’EFAP de réputation et surtout pour son implication dans les stages, très présent tout au long des études. Ma vie à Lille me plaisait, j’ai donc voulu rester dans cette ville pour intégrer l’EFAP.

G.D : Depuis quand t’intéresses-tu à la vie politique ? À combien de campagnes présidentielles as-tu participé ?
E.L :
C’est ma première campagne politique, je m’y intéresse vraiment depuis cette année. Je pense que lorsque l’on est « jeune », on adopte le point de vue de ses parents et l’on n’est pas forcément apte à prendre parti. De plus en 2002, le cas de Le Pen au second tour a annulé tout débat, ou tout « suspens ». Ainsi, ce sont ces élections 2007 qui m’ont véritablement donné goût à la politique.

G.D : Envisages-tu une carrière dans la politique ?
E.L :
Oui, et plus particulièrement dans la communication politique. On l’a bien vu lors de cette campagne, la communication au sein des partis est de plus en plus importante. Un candidat ne peut pas gagner si son service communication n’est pas au point. Autrement dit, je pense que la communication politique est indispensable. J’espère donc pouvoir faire un stage dans la politique. Ce stage peut se faire directement dans un parti, au sein de Matignon, ou encore dans une chaîne de TV comme Public Sénat.

G.D : Quelle a été ton implication pendant la campagne présidentielle ?
E.L :
Ces élections m’ont passionné. En effet c’était la première fois que je votais. La campagne a montré un renouveau de la politique. Étant étudiant, j’ai décidé de m’impliquer dans ces élections en prenant dans un premier temps une carte d’adhérent à un parti politique (UMP). Ensuite, j’ai décidé de m’impliquer encore plus : J’ai assisté à une réunion des jeunes de l’UMP pour mettre en place une campagne d’affichage et de tractage. Hélas, je n’ai pas pu y donner suite à cause de mon emploi du temps. Puis j’ai assisté, dans le carré étudiant, au meeting de Nicolas Sarkozy à Lille Grand Palais.

G.D : Et qu’envisages-tu pour les législatives ?
E.L :
Les législatives sont, pour moi, une continuation des élections présidentielles. Il est donc normal, selon moi, d’adopter le même comportement lors des élections législatives. De plus étant dans une école de communication, il me semble indispensable de s’intéresser avec beaucoup d’intérêt à l’actualité et notamment l’actualité politique.

G.D : Pourquoi vouloir être membre d’un parti plutôt qu’un simple sympathisant ?
E.L :
Etre membre d’un parti signifie que l’on doit s’investir davantage. Le fait de suivre les meeting, montre que les jeunes s’impliquent tout autant dans la campagne. Et puis, en étant membre, on se dit que l’on a contribué « un peu » à la victoire de notre candidat !

image

Claire Massat

Michelle KAMAR, free lance

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle