S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Jean-Pierre BERTRAND

Jean-Pierre BERTRAND

Des planches à la direction de France 3 Aquitaine

Jean-Pierre Bertrand, qui se dit impatient va pendant deux heures prendre le temps de répondre en détail à chacune de nos questions. Il aurait voulu être un grand chirurgien et aime les gens tolérants. Il lit « Aujourd’hui en France » et ne supporte pas « Libération ». Son journaliste préféré ? Pierre Desgraupes. Son communiquant préféré ? « Nicolas Sarkozy, se débrouille pas mal ».
Une carrière au gré des opportunités
Jean-Pierre Bertrand a commencé par le Conservatoire de Paris. Il sera alors comédien de théâtre et de cinéma pendant une dizaine d’années. Mais ne rencontrant pas vraiment le succès il devient assistant pour de grands metteurs en scène de théâtre.
« J’ai toujours suivi le cours de ma vie », en attrapant chaque opportunité qui se présente à lui, explique, Jean-Pierre Bertrand. Et c’est grâce à cette philosophie que celui-ci devient assistant de Pierre Sabbagh au début de années 70 pour l’émission « Au théâtre ce soir ».
Jean-Pierre Bertrand rentre dans l’équipe du « Parisien libéré » puis rejoint Armand Jamot en 1975 dans « Aujourd’hui Madame » et ce pendant deux ans. L’homme sera également attaché de presse notamment pour Paul-Lou Sulitzer puis va s’occuper des « dossiers de l’écran » sur France 2 dont le concept était de mettre en place un débat en direct suite à la diffusion d’un film. Son travail était alors de « trouver les meilleurs intervenants pour illustrer le sujet du jour et monter un dossier complet destiné au présentateur, j’avais un rôle d’enquêteur ». Jean-Pierre Bertrand va, à partir des années de 1980 se consacrer à la radio et travailler sur des stations comme France Inter et Radio Bleu.
En septembre 1987, avec Jean-Marie Cavada ils vont créer « La marche du siècle » et en 10 ans produiront 400 émissions. Lors de ces diffusions un fait d’actualité est abordé et illustré par des reportages. Des personnes interviennent également qu’ils soient spécialistes du sujet, connus ou encore anonymes. Jean-Pierre Bertrand a pu rencontrer lors de ces émissions de grandes personnalités politiques tels que François Mitterrand, Jacques Chirac, Shimon Peres ou encore Nelson Mandela.
Il y a un an et demi, Patrick de Carolis et Alain Duhamel lui proposent de diriger une des antennes régionales de France 3, parmi les différents choix qui se proposent à lui Bordeaux lui « plait bien et j’arrive le 2 novembre 2006 ».
Est-ce la fin d’une carrière annoncée ? « Je partirai à 65 ans de France 3, à l’heure de la retraite mais je ferai d’autres choses »
Être directeur de France 3 Aquitaine« C’est un métier nouveau pour moi, je devais diriger 230 personnes et 80 journalistes, explique Jean-Pierre Bertrand, je suis à la fois journaliste, homme des programmes et producteur ». France 3 Aquitaine diffuse 2h de programmes chaque jour avec comme priorité absolue, l’information. Et pour cela, « nous n’avons pas réellement de direction éditoriale, mais plutôt un concept qui est assez libre. Ce qui est le plus difficile, c’est de respecter la déontologie
politique ».

image

France 3 face à la modernisation médiatique
La chaîne, n’est pas comme on pourrait le croire, vieillissante, au contraire. Depuis peu, les téléspectateurs peuvent regarder leurs émissions sur la TNT ce qui permet de recevoir une meilleure qualité d’image dans certaines régions.
De plus, de nombreuses émissions sont désormais visibles sur internet, ce qui les rend accessibles à tous et cela à tout moment. « Il faut savoir que 3 millions de téléspectateurs regardent la tv sur le net ! C’est une part importante qu’il ne faut surtout pas négliger. Ces téléspectateurs sont des itinérants ». Certaines émissions sont d’ores et déjà accessibles sur le site internet de la chaîne et petit à petit seront mis en place des journaux spéciaux qui ne seront visibles que sur le web. Internet devient « quasiment une deuxième chaîne ».France 3 s’apprête également à mettre en place son journal sur la télévision numérique d’ici à l’été prochain. L’Aquitaine sera la première région à tester le dispositif.

Et TV7 dans tout ça ?« TV7 est une émulsion pour nous, ils font des choses très bien mais on ne pas comparer car nous n’avons pas les mêmes moyens, les nôtres sont beaucoup plus importants ». Quel avenir pour les médias selon Jean-Pierre Bertrand ?« Les médias fondamentaux resteront mais autour d’eux d’autres formes de diffusions prendront de l’importance, comme les journaux sur téléphone portable par exemple. En ce qui concerne le web, c’est un média très intéressant, on peut grâce à lui donner des informations pratiques et plus pointues ». Jean-Pierre Bertrand, un homme de cœur
Tous les Bordelais voient depuis quelques jours des cœurs sur chaque porte de tram et de bus. Nous devons cette initiative à Jean-Pierre Bertrand qui s’est engagé auprès de Mécénat chirurgie cardiaque. Le but de l’association est de venir en aide aux enfants du monde entier qui souffrent de malformations cardiaques irréversibles. L’association fait donc venir les enfants souffrant des pays pauvres pour les faire soigner et pendant 4 à 6 semaines ils sont pris en charge par des familles d’accueil. Sachant qu’une seule opération coûte 20 000 euros, Jean-Pierre Bertrand s’est engagé auprès de Mécénat chirurgie cardiaque en créant divers évènements faisant gagner de l’argent à l’association.

Solène Chazal EFAP 2 Bordeaux
Rencontre professionnelle du 8 novembre 2007

Lire d’autres articles sur les autres Rencontres Pro…EFAP, école des métiers de la communication.

Les 4è années… au rapport !

Etude de cas, EFAP Com 4

Montés en véritables mini-agences, les étudiants d’EFAP Com 4 planché psur chaque cas concret d’entreprise ayant besoin d’élaborer une stratégie globale et/ou de créer des outils de communication.

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle