S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Des EFAP 4 déjà embauchées

Des EFAP 4 déjà embauchées

A peine diplômées de l'EFAP Bordeaux, trois étudiantes ont trouvé un emploi. Mélissa Pontéry, Estelle Petit et Marine Lacotte entrent dans la vie active. Entre objectifs, attentes et appréhensions, elles nous confient leurs impressions. De vraies professionnelles on vous dit !

Vous êtes officiellement diplômées, qu’est-ce que cela vous fait ?

Mélissa Pontéry : Et bien disons que je suis plutôt contente d’avoir fini car le rythme de cette dernière année a été assez lourd, surtout avec tous les déplacements vu que j’étais en stage à Toulouse. Et puis je suis assez contente de sortir diplômée et d’avoir trouvé du travail à 22 ans. Ça faisait partie des objectifs que je m’étais fixés. Le pari est tenu !
Estelle Petit : Je suis heureuse et soulagée d’être diplômée! C’est l’accomplissement du travail réalisé au bout de 4 ans.
Marine Lacotte : Je dois avouer que je suis assez nostalgique de quitter l’EFAP et également de quitter Bordeaux. Mais le rythme de travail de la dernière année étant très soutenu, je suis quand même bien contente que ça soit terminé. Et puis il me tarder de rentrer “dans le grand bain”.

Vous faites partie de ceux qui ont trouvé un emploi dès la fin de l’EFAP, comment vous y êtes-vous prises ?

MP : J’ai multiplié les candidatures assez tôt dans l’année pour mettre toutes mes chances de mon côté. Je partais avec une petite contrainte puisque je souhaitais rester à Toulouse où j’habite maintenant donc je me suis dit que commencer tôt était la meilleure solution. Pourtant, ce n’est pas grâce à ces recherches que j’ai trouvé un emploi. Mon patron m’a contacté sur Linkedin en m’expliquant qu’il cherchait à embaucher pour mettre en place la communication de son magazine. On s’est rencontré plusieurs fois de manière informelle et il m’a confirmé son souhait de me recruter en mai.
EP : Quant à moi, j’ai gardé contact avec mes anciens stages. J’ai ainsi pris connaissance d’une offre d’emploi au sein de la Direction de communication du Musée du Quai Branly, où j’ai réalisé mon stage de 2ème année.
ML : Personnellement, 3 mois avant la fin de mon stage j’ai commencé à postuler à toutes les offres d’emplois de ma région natale (Limousin) et à Bordeaux. Ensuite, j’ai fait deux candidatures spontanées : l’une au CSP Limoges (équipe de pro A basket) et l’autre à Notariat Services, l’entreprise où j’évolue actuellement basée en Corrèze. Les 2 sociétés ont répondu favorablement à ma candidature et après plusieurs entretiens j’ai eu la chance de pouvoir choisir entre les deux.

Maintenant parlons de vos emplois. Dans quelle entreprise travaillez-vous ? Et en quoi consistent vos postes ?

MP : L’entreprise s’appelle Captendance, un magazine que l’on peut retrouver sur http://www.captendance.fr/. C’est un média mode, beauté et lifestyle basé à Toulouse, dont l’audience couvre l’ensemble de la moitié Sud de la France. Notre spécialité est plutôt l’actualité du Sud-Ouest mais nous avons également une rédaction à Paris, pour couvrir tous les événements mode notamment. J’ai été employée comme Chargée de communication. Je m’occupe donc de toute la partie Relations médias et publics, de l’événementiel, des partenariats et d’autres missions qui restent encore secrètes. Il y a plein de fonctionnalités à penser. J’y suis en CDD pendant 6 mois, et si ça se passe bien je serai reprise en CDD voire en CDI.

EP : Mon travail au Musée du Quai Branly est un CDD de 2 mois à plein temps au sein de la Direction de communication. Mon poste consiste à travailler dans les différents pôles du service (événementiel, communication interne, relations presse..) au cours de l’été. Ce premier emploi dans le domaine de la communication va me permettre de mettre en pratique l’ensemble des compétences acquises lors de mes 4 années au sein de l’EFAP Bordeaux.

ML : J’ai donc été employée à Notariat Services Communication pour un CDD de 7 mois (remplacement de la Responsable de communication partie en congé maternité). Spécialisé dans les nouvelles technologies, le groupe conçoit et réalise des sites Internet, des magazines (30 magazines gratuits diffusés sur 40 départements), des supports de communication, des prestations graphiques et des logiciels d’expertise et de négociation pour la profession notariale. Le site phare du groupe est http://www.immonot.com, le premier site d’annonces immobilières notariales. Mon poste consiste principalement à gérer les relations presse, à développer les partenariats médias, à gérer les demandes de sponsoring. Je devrai actualiser certains sites et réseaux sociaux, animer la conférence de rédaction d’une lettre d’informations en direction des notaires, puis enfin réfléchir à la conception des produits de promotion de la société.

Vous sentez-vous prêtes à entrer dans la vie professionnelle grâce à la formation de l’EFAP ?

MP : C’est quelque chose que j’attends depuis longtemps. Je ne voulais plus être dépendante de mes parents qui m’ont soutenu pendant toutes mes études. J’avais également envie d’avancer dans ma vie personnelle donc ça passait par cette indépendance. Je pense évidemment avoir encore plein de choses à apprendre, mais c’est en étant sur le terrain que l’on se forme le mieux.
EP : En ce qui me concerne, je me sens prêtre à entrer dans la vie professionnelle. L’ensemble des stages proposés par l’École nous permet d’appréhender le monde professionnel. Ils nous offrent également la possibilité d’acquérir des compétences et de prendre confiance en soi dans nos travaux professionnels. J’ai tout de même une certaine appréhension car cet emploi sera ma première expérience en dehors du cadre de l’École.
ML : J’ai débuté ma prise de poste début juin alors oui il fallait bien être prête. J’ai bien sûr eu quelques appréhensions au départ mais j’ai eu la chance de passer mes 2 premières semaines avec la personne que je remplace. C’est donc plus confortable pour bien réussir la continuité de ses missions.

Quels sont vos projets ?

MP : Dans l’immédiat, je compte partir prendre quelques jours de vacances à Londres. En effet, mon contrat commence début juillet, ça va surement être mes seuls congés jusqu’à janvier. Après, signer un CDI ! Mais il va falloir attendre un peu pour faire mes preuves.
EP : Je souhaiterais intégrer le service de communication d’une institution culturelle.
ML : Je n’ai pas de projets en particulier pour le moment à part prouver au sein de ma société actuelle que je suis à la hauteur de leurs attentes. A titre personnel, je suis depuis peu rédactrice pour le site Internet http://www.sportbusinessetmoi.com.

Pouvez-vous faire un bilan de vos 4 années passées à l’EFAP Bordeaux ?

MP : Je retiendrais surtout les stages qui m’ont offert plein d’opportunités. J’ai appris énormément lors de ces périodes-ci. Je garde également un très bon souvenir de mon semestre Erasmus. Ces six mois à Gand (Belgique) m’ont permis de rencontrer des gens formidables avec qui je garde de très bons contacts. C’était également intéressant de voir comment les autres pays abordent la communication.
EP : Ces 4 années passées m’ont permis d’explorer différents domaines de la communication et de découvrir le domaine dans lequel je souhaitais travailler depuis le lycée : la culture et plus particulièrement le domaine muséal. J’ai également pu rencontrer des personnes formidables sur le plan personnel et professionnel.
ML : 4 années très formatrices tant sur le plan personnel que professionnel. Après une première orientation ratée à la sortie du bac, je suis arrivée à l’EFAP Bordeaux où j’ai vraiment eu l’impression de “trouver ma voix” sans trop vouloir faire dans les clichés. Les deux premières années sont très riches, on a des cours très variés et de solides bases dans beaucoup de domaines. La troisième et la dernière année sont permettent de cumuler le plus d’expériences professionnelles possible car au final c’est là où on apprend les vraies ficelles du métier. Les études de cas sont les travaux que j’ai préférés dans mon cursus, elles sont très enrichissantes et permettent d’adopter de vraies méthodes de travail.

Un conseil pour les Efapiens ou les futurs étudiants ?

MP : Je ne pense pas qu’il y ait de conseil particulier à donner. J’ai l’impression que c’est surtout une question de chance, d’être au bon endroit, au bon moment. Peut-être tout simplement de ne pas perdre espoir.
EP : Travaillez régulièrement et profitez des stages pour découvrir et développer les connaissances acquises au sein de l’EFAP Bordeaux. Pour finir, entretenez votre réseau professionnel.
ML : En dernière année, commencez les recherches d’emploi dès le mois de janvier car si vous attendez l’été le nombre d’offres sera bien moins important. Après au niveau du rythme de travail à l’EFAP, organisez-vous. Vous risquez de vous retrouver vraiment en difficulté si vous laissez trainer les gros travaux à rendre puisque les échéances arrivent souvent aux mêmes moments.

Marine Mercier – EFAP 4
Correspondante Région EFAP Bordeaux

EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 03/07/2014

Vive la promotion 2014 !

DIPLÔMES BORDEAUX

École de communication EFAP - Vive la promotion 2014 !

Frédéric Mitterrand parrain de la 52è promotion

DIPLÔMES PARIS

École de communication EFAP - Frédéric Mitterrand parrain de la 52è promotion

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle