S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Constance de Régloix, Shanghai

Constance de Régloix, Shanghai

Diplômée en juin 2004 de l'EFAP Lyon, Constance est partie dès le mois de Juillet rejoindre son mari, en Chine. C'est à Shangaï, qu'aujourd'hui, elle est responsable clientèle pour le Bureau Veritas LCIE China.

Constance de Régloix est partie vivre en Chine, à Shanghai juste après l’obtention de son diplôme (en juillet 2004).

Avez-vous déjà travaillé en France ?
Je n’ai jamais travaillé en France : mes seules expériences professionnelles sont les stages que j’ai effectués pendant le cursus de l’EFAP. Expériences pas faciles à vendre sur le marche professionnel chinois parce que justement en arrivant je n’avais jamais travaillé en Chine ! Paradoxe assez étrange…

Pourquoi êtes-vous partie vivre à Shanghai ?
J’y suis allée pour rejoindre mon mari déjà sur place depuis 6 mois. Il a été embauché à Shanghai à la suite de son stage de fin d’études pour monter une entreprise de trading dans l’objet promotionnel.

Vous êtes-vous bien adaptée à la vie sur place ?
Il le faut ! Shanghai est une ville très moderne, beaucoup plus occidentale que n’importe quelle autre ville chinoise. 15 millions d’habitants dont 10 000 Français, donc nous restons des petites fourmis au milieu de la jungle urbaine ! Les chinois ne parlent pas ou peu anglais (hors contexte professionnel), donc je me suis mise au chinois : c’est le meilleure moyen pour s’intégrer et mener sa vie de tous les jours. S’intégrer à la vie locale est indispensable sinon on ne reste que spectateur d’une aventure qui vaut le coup d’être vécue.

image

La Chine en quelques mots… ?
Les habitudes alimentaires sont surprenantes, les brochettes de larves et soupes de pattes de poulet sont souvent au menu ! Les Shanghaiens ont également l’habitude de se promener régulièrement en pyjama dans la rue : c’est la tenue décontractée locale ! Il est donc fréquent de rencontrer quelqu’un au supermarché en pantoufles et en chemise de nuit avec un gros Snoopy sur le ventre !

Avez-vous envie de revenir vivre en France ?
Oui, mais pas tout de suite. Nous n’avons pas fini notre aventure à Shanghai. Tout dépendra également de nos boulots respectifs : on ne rentre pas en France sans pied à terre professionnel. Et puis, on prend goût à notre vie d’expatriés… Néanmoins, on devrait rentrer en France ou plutôt quitter la Chine d’ici 2 ou 3 ans… !

Où travaillez-vous actuellement ?
Je travaille depuis 3ans et demi chez Bureau Veritas LCIE China. Nous réalisons des essais de sécurité sur des appareils électriques (outillage, électroménagers et luminaires) fabriqués en Chine et destinés à être vendus en France ou en Europe.

image

En quoi consiste votre travail ?
J’ai d’abord travaillé pendant 2 ans pour les affaires réglementaires (mise à jour et interprétation des normes françaises et européennes). J’ai créé et mis en place des bulletins d’informations bimensuels.
Depuis maintenant 1 an, je suis responsable clientèle pour un certain nombre d’importateurs français. Il s’agit de faire le lien commercial entre mon client et nos ingénieurs et entre le client et ses fournisseurs chinois.

Quelles sont les différences entre votre travail en Chine et un même poste en France ?
J’ai fait pas mal de choses en 3 ans : j’ai d’abord été embauchée chez BV parce que j’étais française. Ensuite, il a fallu que je prouve ma valeur ajoutée de française. Je pense que les opportunités sont plus nombreuses à Shanghai, notamment parce que les entreprises étrangères recherchent des profils qui connaissent une culture chinoise et étrangère.
Dans mon cas, j’ai remplacé un chinois, parce qu’il était plus stratégique de mettre un responsable clientèle français face aux clients français plutôt qu’un chinois.

Quel est le meilleur souvenir que vous gardez de l’EFAP ?
Le point fort de l’ EFAP est la possibilité donnée aux étudiants de pouvoir combiner stages et cours. Mes meilleurs souvenirs sont les travaux de groupe, pendant lesquels il s’agit de traiter des cas professionnels réels et apporter des solutions à une problématique. Ce sont d’excellents moyens d’échange qui nous poussent à défendre nos idées et construire notre argumentation pour vendre et faire accepter notre projet.

image

Que vous a apporté l’EFAP dans votre métier actuel ?
L’avantage de l’EFAP est que nous sommes menés à devenir polyvalents grâce à la diversité des stages. Dans mon métier, j’ai besoin d’être polyvalente, ouverte d’esprit et flexible pour répondre à des clients pour qui la Chine est encore “loin et inaccessible” !

Pensez-vous que l’étranger puisse être une opportunité pour nos futurs diplômés ?
Bien sûr, travailler à l’étranger est une réelle opportunité ! C’est une possibilité de découvrir une autre façon de travailler avec des collègues qui ne sont pas formés au schéma français. Il s’agit donc d’être à nouveau très flexible et être prêt à découvrir de nouvelles méthodes de travail. Il faut aussi être prêt à affronter des incompréhensions culturelles !!
> Retrouvez d’autres témoignages, en cliquant ici !
Propos recueillis par Anaïs Beurois, EFAP 2
EFAP, l’École des métiers de la communication

FISHMOB du 1er avril ...

Le gang des « Sans-Humour » a kidnappé Marcel le Poisson d’Avril...

Caroline Cannesson

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle