S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Chloé, San Francisco

Chloé, San Francisco

Rencontre avec Chloé Prudhomme, diplômée de l'EFAP Lyon en 2006 et partie vivre à San Francisco

Rencontre avec Chloé Prudhomme, diplômée de l’EFAP Lyon en 2006, et partie vivre à San Francisco.

Quels souvenirs gardez-vous de vos années d’études à l’EFAP ?

Je garde de bons souvenirs de mes années d’études à l’EFAP Lyon. J’avoue que je n’étais pas très forte en comptabilité et en marketing, mais les intervenants étaient tous passionnants et il y avait toujours quelque chose à retirer des cours et de leurs expériences professionnelles. Le plus difficile était sans doute le travail en groupe. Mais c’était très formateur. Ce qui m’a sans doute le plus servi par la suite, sont les différents stages que j’ai pu effectuer à Lyon et à Paris, ainsi que le cours de marketing personnel. Un excellent moyen de se démarquer par un CV impactant et original.

Êtes-vous partie à l’étranger durant votre cursus ?

Non, mais je pense ça m’aurait beaucoup plu.

Qu’est-ce qui vous a poussé à partir à l’étranger et plus particulièrement à San Francisco ?

Mon mari a été muté à San Jose (à quelques kilomètres de San Francisco). C’est classique, mais comme il gagnait bien mieux sa vie que moi, il m’a était très facile de quitter mon emploi pour le suivre. Et, si nous revenons en France, j’aurais acquis une expérience qui, j’en suis sûre, intéressera à la fois les annonceurs et les agences de communication.

Dans quelle société exercez-vous, et quel poste occupez-vous ?

Je viens tout juste d’obtenir mon autorisation de travail et je n’ai pas encore d’emploi. Toutefois, une amie intéressée par mon expérience RP et mon profil m’a proposé de rejoindre Talenthouse, mais rien n’est confirmé. Il s’agit d’une start-up qui met en avant le travail d’artistes (photographes, musiciens, designers…), par différents biais :

- le site Internet de Talenthouse où les artistes peuvent créer un portfolio et participer à des projets artistiques,
- les réseaux sociaux (blogs, Twitter, Facebook) où chacun peut notamment voter et inviter ses amis à voter pour son artiste préféré,
- les Creative Invites (projets artistiques) qu’organise Talenthouse pour des marques comme Ugg ou Adidas. Ces projets artistiques peuvent également prendre la forme d’un concours pour imaginer la prochaine pochette d’album de U2.
La mission de Talenthouse est donc de créer un dialogue entre les marques et leurs publics dans un contexte ciblé, pertinent et crédible. Talenthouse se concentre actuellement sur le cinéma, la mode, la musique, l’art / le design, la danse et la photographie.

Depuis combien de temps tenez-vous French Foodie’s Chronicles sur l’Express style ? En quoi consiste cette chronique ?

J’ai lancé French Foodie’s Chronicles peu de temps après notre arrivée aux États-Unis. Le but de ce blog est de montrer qu’il n’y a pas que les hamburgers en Californie ! Et plus nous rencontrons du monde, plus on s’aperçoit que les Californiens aiment la cuisine. Ici, on trouve de la cuisine de presque tous les pays : mexicaine, péruvienne, vietnamienne, chinoise… C’est très éclectique et je pense que c’est ce qui plaît aux Américains. De pouvoir goûter à tout. J’écris ce que je vois, ce que je ressens et je décris ce que je goûte. C’est mon point de vue en tant que foodie (passionnée de bonne bouffe) et de française.

Comptez-vous revenir un jour vivre en France, ou ailleurs ?

Je ne sais absolument pas si nous reviendrons un jour en France, ou si nous déménagerons dans un autre pays. Nous n’avons rien décidé à l’avance. Il y a de grandes chances que nous obtenions la green card d’ici quelques temps. Ainsi, nous ne serons pas limités par le visa de travail de mon mari (valable 3 ans). Nous verrons en fonction de nos envies et des opportunités qui s’offrent à nous.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux jeunes diplômés qui souhaiteraient partir travailler à l’étranger ?

Bien se renseigner et être patient ! Les démarches pour obtenir un visa font parfois figure de véritable parcours du combattant. Pour nous, ça a été très long : 8 mois à compter du moment où mon mari a accepté d’être muté et notre déménagement aux États-Unis… Il faut être conscient que les États-Unis ne délivrent pas aisément des visas à qui veut venir travailler… Malheureusement, les métiers de la communication ne sont pas les plus recherchés. C’est bien plus facile si vous êtes boulanger, pâtissier, infirmière (pour certains pays), ou ingénieur informatique… N’hésitez pas à vous renseigner auprès du pôle emploi international (48 boulevard de la Bastille), et sur les différents sites comme celui de la Maison des Français à l’Étranger (mfe.org). Ne vous découragez pas pour autant ! C’est toujours une expérience enrichissante et très valorisante si vous employez correctement votre temps à l’étranger.

Propos recueillis par Agathe Verguin (EFAP 2)

➜ + d’infos sur les cursus à l’international

EFAP • Ecole des métiers de la communication depuis 1961

Publié le 24/01/2012

Coralie, Canada

École de communication EFAP - Coralie, Canada

EFJ : un nouveau directeur

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle