S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Blandine - Vaincre l’anorexie…

Blandine - Vaincre l’anorexie…

Rencontre avec Blandine, en 3è année d' EFAP Agence & Entreprise et actuellement en stage au sein l' Association Vaincre l' anorexie et la boulimie, en tant que responsable communication

Rencontre avec Blandine, en 3è année d’ EFAP Agence & Entreprise et actuellement en stage au sein l’ Association Vaincre l’ anorexie et la boulimie, en tant que responsable communication.EFAP / Bonjour Blandine, pouvez-vous nous présenter votre parcours avant l’EFAP ?
Blandine
: Juste avant l’EFAP, j’ai voulu réaliser un vieux rêve, sans toutefois en imaginer la difficulté : écrire un livre, et le faire connaître. Je me suis arrêtée à la moitié du chemin, aux portes de l’éditeur, avec 200 feuillés et l’immaturité de mon jeune âge. C’était un premier jet, et je n’acceptais pas qu’il soit imparfait…

Puis, j’ai laissé filer le temps pour comprendre qu’aux travers de ces lignes précoces, il y avait une hypersensibilité aux drames de notre monde, autant à cause de ma propre histoire, que de mon incapacité à changer les choses !

Et c’est à cet instant que j’ai décidé d’apprendre à communiquer.

image

EFAP : Pourquoi avez-vous choisi l’ EFAP ?
Blandine
: Justement, j’ai choisi cette école pour mieux connaître les outils de la communication, et surtout pour intégrer rapidement les secteurs qui me plaisaient.

En EFAP 1, je suis restée 4 mois en assistante attachée de presse aux éditions Minerva, du groupe le Seuil/La Martinière pour enchaîner avec une année de césure passée aux éditions Denoël, en littérature Française. L’ambiance était extra, et les échanges entres auteurs, éditeurs et attachés de presse, d’une inestimable finesse…

En quelques mots, l’EFAP propose des stages et j’estime qu’il est toujours bon de s’essayer dans un domaine avant de choisir de l’adopter. Tout le monde ne pense pas comme moi, mais cette possibilité est à mon modeste avis, une façon de mieux appréhender notre future vie professionnelle.

EFAP : Aujourd’hui, vous êtes en stage au sein de l’association Vaincre l’anorexie & la boulimie, pouvez-vous nous la présenter ?
Blandine
: En effet, je suis une stagiaire responsable de la communication de l’association Vaincre l’anorexie et la boulimie . La structure est jeune mais novatrice puisqu’elle propose des ateliers thérapeutiques (yoga, groupe de parole, art) pour les malades de troubles du comportement alimentaire, n’ayant hélas pas accès aux très coûteuses prises en charge en ambulatoire (compter une moyenne de 70 euros/consultation).

Nous sommes une équipe de thérapeutes essentiellement, et notre objectif est avant tout de soigner, et d’offrir à chacun la possibilité de se battre contre sa maladie. Il faut bien comprendre que le pronostic vital est régulièrement engagé chez les patientes, et que pour obtenir un lit dans un hôpital, elles peuvent attendre entre 3 et 6 mois…Nous nous situons donc entre l’absence de suivi et l’hospitalisation, sans toutefois prétendre remplacer la prise en charge traditionnelle, qui est composée d’un psychiatre et d’un psychologue.

EFAP : Quel est votre rôle au sein de cette association ?
Blandine
: Les malades d’Anorexie ou de Boulimie souffrent d’une image fausse, encore véhiculée par nos médias. Au risque d’en décevoir quelques uns, les patientes sont bien plus victimes de traumatismes graves (viols, décès, inceste) que des jolis mannequins « portes manteaux » !

Et c’est ici que commence ma mission, puisqu’il est impossible de lutter contre ce mal si le monde ne le comprend pas. Alors, j’écris des communiqués de presse ; je contacte des éventuels parrains ou marraines ; je cherche des subventions ou de généreux donateurs ; et au fil du temps, car nous ne sommes pas nombreux dans l’association, je réponds à des malades submergés de honte, et souvent d’idées noires…

Mais notre futur beau projet est une collaboration avec un grand couturier pour faire une collection portée par des femmes aux morphotypes variés !!

EFAP : Après l’obtention de votre diplôme, souhaitez-vous continuer dans le milieu associatif ?
Blandine
: J’aimerais poursuivre dans le milieu associatif après mon diplôme, si j’en ai les moyens. J’essaie d’ailleurs en ce moment de lancer des after work « caritatifs », appelés Before Us, in you we trust , pour récolter des fonds pour les petites ou moyennes associations. L’idée fait son chemin, et les premiers événements ne se sont pas mal passés.
Mais bon, nous verrons bien…

image

EFAP : Comment vous voyez-vous évoluer professionnellement dans les cinq prochaines années ?
Blandine
: Pour les cinq prochaines années, j’espère réussir à créer ma structure associative, et qui sait en parallèle, ouvrir un cabinet de psychologue…

Je dois encore mûrir mon choix, ce d’autant que je reste passionnée par l’écriture, la lecture, l’évolution de notre société, des hommes, et surtout de ceux qui ne vont pas bien !

Merci Blandine et bon courage…

Pour en savoir +Association Vaincre l’anorexie et la boulimie
4, rue des Immeubles Industriels
75011 PARIS
Tél. 01 43 48 02 61>Leur site web >Before Us, in you we trust
EFAP, l’école des métiers de la communication

Publié le 02/04/2009

Etudes de cas EFAP 3 2008/2009

Cécile MASSEYE, Chargée de Marketing chez Aldes

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle