S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efap > Anaïs à la conquête de Shanghai

Anaïs à la conquête de Shanghai

Rares sont les étudiants qui peuvent se targuer d’avoir travaillé à Shanghai. C’est chose faite pour Anaïs Jacquin qui effectue son stage de deuxième année chez Lenne Word Corporation, une entreprise française implantée dans plusieurs pays dont la Chine. Portrait.

Pourquoi as-tu choisi de faire de la communication en intégrant l’EFAP ?

J’ai souhaité intégrer l’EFAP il y a deux ans car l’École propose une formation à l’ensemble des métiers de la communication. A la base, je souhaitais devenir journaliste et vraiment m’orienter vers ce métier. Cependant, lors de mon premier stage chez France Bleu Gironde au Service communication, je me suis ouverte à plusieurs possibilités. Je dirais plutôt que mes expériences m’ont permis de découvrir ce domaine-là et d’envisager la possibilité de travailler dans la communication. C’est pourquoi, je suis aujourd’hui au Service communication chez Lenne World Corporation, afin d’en découvrir davantage.

Présente-nous rapidement l’entreprise dans laquelle tu effectues ton stage d’EFAP 2.

Je suis actuellement en stage à Shanghai chez Lenne World Corporation, une entreprise présente en Chine, en France, en Pologne et au Mexique. Elle est spécialisée dans le commerce international et aide les entreprises à devenir internationales en leur donnant accès au marché mondial. J’ai trouvé ce stage grâce à mon réseau personnel. En effet, je connais le Président Directeur Général de l’entreprise qui m’a proposé de venir travailler pour lui à Shanghai. Tout s’est fait très vite, il m’a proposé le stage le 21 février et je suis partie le 8 mars.

Quelles missions es-tu amenée à réaliser ?

Créée il y a cinq ans, Lenne World Corporation est une jeune entreprise qui n’a pas beaucoup développé sa communication. C’est une entreprise qui marche très bien (4 millions d’euros de chiffre d’affaires par an), c’est pourquoi M. Lenne m’a demandé de venir travailler pour lui, afin de développer sa communication. Ils n’ont pas de service de communication à proprement parler. Je travaille donc sur toute la communication de l’entreprise, création d’un dossier de presse, newsletters, communication web. Je réalise également des compte-rendus sur ce qu’il se passe au sein de l’entreprise (par exemple : visites d’usines, rencontres avec des clients, invitation du Président Directeur Général à la conférence économique France – Chine le 27 mars à Paris). J’accompagne également le Président Directeur Général lors de ses déplacements en Chine ou d’entretiens avec des clients. Au total, je reste deux mois dans l’entreprise, puis je rentre en mai pour faire un autre stage. Mais ma collaboration continuera certainement à Bordeaux car ils y ont des bureaux. Je continuerai donc à m’occuper de la communication de l’entreprise en revenant, moins assidûment qu’à Shanghai bien sûr.

Comment considère-t-on les stagiaires au sein d’une entreprise à Shanghaï ou en Chine plus globalement ?

En Chine il n’existe pas de réel statut juridique pour les stagiaires, c’est un vide légal autorisé. Les stages y sont souvent plus intéressants que dans les structures en France car on leur donne plus de responsabilités. Je suis dans une entreprise française, c’est donc un peu différent que si j’étais dans une entreprise chinoise. Il est difficile de trouver un stage dans une entreprise chinoise car le gouvernement a resserré ses autorisations de visa stage d’études. Ils sont très vigilants sur les visas et le statut que l’on possède dans l’entreprise, car ils considèrent qu’à partir du moment où l’on reçoit de l’argent, le poste est considéré comme un travail (et non un stage). C’est très compliqué, mais lorsque tout est en règle, tout va bien !

Que t’a apporté cette expérience à l’étranger, au contact d’une culture nouvelle, par rapport à un stage en France ?

La vie en Chine est très différente de celle en France. Beaucoup de choses sont plus simples ici. La vie est moins chère qu’en France, la ville est toujours active, c’est très différent, très dépaysant, on devient vite hyperactif ! Les gens sont très sympathiques et accueillants, surtout les expatriés (il y en a beaucoup à Shanghai). L’ambiance générale est très agréable, que ce soit dans le travail ou dans la vie de tous les jours, tout paraît moins compliqué alors que ça ne l’est pas forcément.
Cette expérience est plus qu’enrichissante, je me sens plus mature ici car on me donne des responsabilités. On ne me considère pas simplement comme une stagiaire, mais comme faisant partie de l’équipe. D’un point de vue professionnel, c’est vraiment intéressant car le marché du travail est très riche et très différent, on apprend beaucoup. Je pense que c’est très formateur de faire un stage à l’étranger, ne serait-ce que pour observer la manière de travailler et les différents marchés professionnels.

Qu’envisages-tu de faire comme stage en troisième année ?

Je ne sais pas encore ce que je vais faire comme stage en troisième année. J’attends de voir comment va se passer mon prochain stage en mai et juin avec une journaliste, cette fois en France, afin de savoir vers quel métier je souhaite m’orienter réellement : le journalisme ou la communication.

Marine Mercier – EFAP 4
Correspondante Région EFAP Bordeaux

EFAP, l’école des métiers de la communication

Un stage engagé

ENGAGEMENT

École de communication EFAP - Un stage engagé

Julia à la “Ciudad de la Luz”

ALICANTE

École de communication EFAP - Julia à la “Ciudad de la Luz”

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :

La Plaquette Grande Ecole est identique pour tous les campus; il en est de même pour la Plaquette Admission parallèle